UNE PETITE HISTOIRE DE LA PIPE Troisième épisode : Sucer, c'est tromper ?

Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, les articles se trouvent ici : http://www.meshistoiresporno.com/2017/02/22/une-petite-histoire-de-la-pipe-et-du-cunni/ ; et ici : http://www.meshistoiresporno.com/2017/03/01/une-petite-histoire-de-la-pipe-deuxieme-episode-le-diable-au-corps/

Du Spring Break américain à l’affaire Levinsky (ou l’affaire Clinton ?), en passant par Clerks, le fameux film de Kevin Smith, c’est LA question sur toutes les lèvres – pour ne pas dire dans toutes les bouches : est-ce que donner, ou recevoir, une fellation, ou un cunni, alors qu’on est en couple par ailleurs, c’est rompre la fidélité ?

N’est-ce pas un peu triste, de voir les jeux de bouche comme une échappatoire, un exutoire en attendant mieux, destinés aux jamais avant le mariage, aux ados majeurs mais trop jeunes pour baiser, une manière pour les conjugaux de tromper-sans-tromper-tout-en-trompant-quand-même ? Le frisson du désir mais pas son réel spasme, l’ombre du plaisir sans sa lumière, le fantôme de l’adultère – quel mot horrible, au passage ! Le sexe oral en somme comme joie secondaire, remplacement, préliminaire, au mieux, et en attendant mieux ?

Mais enfin ! Où avons-nous la… tête, pour penser à des choses pareilles ? Pour mettre nos valeurs dans des recoins si peu reluisants ? Je veux par cet article réhabiliter la pipe pour elle-même, bon sang de bois ! Et redonner au cunni ses lettres de noblesses ! Jouir et faire jouir avec ses lèvres, sa langue, ses dents, sa gorge, en y allant à fond et sans se poser de questions oiseuses ! Ce sont les Dieux et les Déesses de l’Ancienne Égypte, qui ont raison ! L’élixir de vie se boit cul-sec et à gorge (profonde ?) déployée !

De la chantilly sur le mont de Vénus, du champagne ou du chocolat fondu pour tremper la queue, un glaçon dans la bouche, les yeux bandés pour un blind-test, en recueillant le foutre ou la cyprine dans la gorge, sur la langue, sur les lèvres, les paupières, les cheveux, partout où on veut ! Suçons, léchons de toutes les manières que notre imagination nous le dicte ! Et laissons ces questions de tromper, ou pas tromper, aux pisses-froid.

  1. Alfonce le à
    Alfonce

    Vu de ma fenêtre : si l’on promet à une personne que l’on ne va pas baiser ailleurs, et qu’on le fait; c’est trahir la confiance de cette personne et peut-être perdre la complicité dans le couple.
    Ce n’est pas de l’infidélité ou de la tromperie mais + une histoire de construction de relation.

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *