MA SELECTION DE LA SEMAINE / 5

Salut à tous !

Alors déjà, merci d’être si nombreux à nous suivre ! Je viens d’apprendre que vous étiez 500 à visiter chaque jour notre site, c’est une très agréable surprise !

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter la Bibliothèque Érotique, une nouvelle collection de livres numériques lancée par La Musardine. Cinq bouquins sont déjà parus. Particularité de cette collection ? Elle n’est constituée que d’anciens titres épuisés et jamais réédités appartenant au (vaste) catalogue Media 1000. Pour ouvrir le bal, vous pourrez vous délecter de Une femme vertueuse et Nuits de vice de Christian Defort, La secrétaire de Marylène, La mauvaise élève de Sylvain Parker et Droit de cuissage de Rémy Charnat. Deux nouveaux titres paraîtront chaque mois, à chaque fois tiré du vaste Enfer de La Musardine. Avis aux amateurs !

Mon préféré de cette première livraison, c’est La mauvaise élève, qui raconte l’histoire d’un jeune homme habitué aux faciles aventures des bals populaires, qui rencontre par hasard une bourgeoise… Elle va l’entraîner peu à peu sur les chemins de traverse d’une sensualité cérébrale et perverse. Solange est en effet une dominatrice de femmes. Elle aime livrer à ses amants de rencontre les femmes qui tombent en son pouvoir. D’un cynisme total, elle ne recule devant rien. Un livre déconseillé aux âmes sensibles ! (S’il en reste)

Les premières lignes : La maison des Duverneuil était une vieille bâtisse construite à l’écart de la ville, avec un parc où le député trouvait chic d’élever deux ou trois biches en liberté. Claude avait fini par me convaincre d’accepter l’invitation… d’après lui, une bonne occasion pour décrocher quelques contrats. Je crois que ce qui m’a décidé, c’est la perspective de devoir passer la soirée seul dans cette petite ville de province. Dès que je quittais Paris, j’avais une sensation paradoxale d’étouffement, insensible à l’exotisme de l’air pur et des bistrots fermés à neuf heures, le soir. Diriger une petite entreprise de transports nécessite pourtant quelques concessions, et faire bonne figure chez le politicien local en fait partie…

En entrant dans le salon, j’ai su tout de suite que j’allais m’ennuyer à mourir. Ça sentait le mauvais champagne et tout le monde se donnait des tapes sur l’épaule avec des sourires hypocrites. J’ai suivi Claude qui se frayait un chemin dans le bloc compact des invités. Duverneuil pérorait au milieu d’un petit groupe qui buvait ses paroles. Il était célèbre pour sa pruderie acharnée, et je savais que son cheval de bataille du moment était la lutte contre ce qu’il appelait le « déferlement pornographique » sur les murs des villes. Le moindre bout de nichon sur une affiche contribuait pour lui à la déchéance de la jeunesse. Moi, du moment qu’il m’aidait à décrocher quelques affaires…

Claude nous a présentés, et j’ai eu droit à une poignée de main chaleureuse, dans laquelle j’ai reconnu l’habitude de celui qui pouvait en serrer des centaines par jour. Il a fait mine de s’intéresser à mon baratin, m’a proposé une prochaine invitation, et puis il a voulu nous présenter sa femme. C’était une petite blonde gracile, vêtue d’une sage robe blanche, qui participait à une conversation animée en nous tournant le dos. Elle défendait les idées de son mari et l’importance de son combat moral. Duverneuil lui a touché l’épaule et elle s’est retournée.

Je l’ai reconnue aussitôt. Le temps n’avait fait qu’accentuer son aspect de femme-enfant. Elle a pâli, et a dû faire un effort considérable pour se contenir. Le verre qu’elle tenait à la main a tremblé de façon imperceptible mais elle a réussi à donner le change. Elle m’a dit « enchantée, monsieur », avant d’aller à la rencontre de nouveaux arrivants.

 

Pour découvrir les différents titres de cette nouvelle collection, cliquez ici : http://www.meshistoiresporno.com/collection/bibliotheque-erotique/

 

Et sinon, du côtés de vos histoires à vous, comment est-ce que ça se passe ? Fort bien, merci ! J’ai – pour ne pas changer – accumulé un retard considérable dans la correction et la mise en ligne de votre prose, mais ça devrait s’améliorer bientôt. Malgré tout, n’hésitez pas à poster les vôtres ! Surtout – vous l’ai-je déjà mentionné ? – que vous êtes 500 lecteurs quotidiens à visiter le site !

Cette semaine, je voudrais mettre en avant Trixie, une auteure qui s’attaque à un genre rarement exploité : la SF classé X ! Si vous fantasmez sur des relations érotiques entre humaines et créatures d’outre-espace toutes plus lubriques les unes que les autres, n’hésitez plus, lisez toutes affaires cessantes les différents épisodes de ses Aventures galactiques ! Et si vous ne vous étiez jamais posé la question jusqu’à présent, voici un extrait qui vous mettra l’eau à la bouche !

La robotique du navire avait donc préparé le repas commandé, sélectionné les meilleures denrées et meilleurs alcools, les plus rares et les plus forts. Les convives avaient beaucoup apprécié. Les ordinateurs eurent vite fait de décrypter le langage des habitants de cette planète, et traduisaient les échanges verbaux. L’alcool aidant l’atmosphère devint vite festive. Les trois terriennes en confiance se laissèrent aller elles aussi … ce qui suivit fut torride… c’était ce qu’elles visionnaient, leurs invités étant partis depuis longtemps.

La caméra montrait tout d’abord Sariah dans le poste de pilotage, se faire pénétrer par l’Alien vert qui ressemblait à un insecte. Ses six pattes entouraient fermement le corps dénudé du jeune capitaine, sa bouche en forme de mandibule suçait le mamelon gauche de la jeune fille. Son appendice caudal gris, entrait et sortait rapidement de la chatte offerte. La jeune femme semblait flotter sur un nuage de volupté. L’étreinte sauvage dura environ 10 minutes, puis il éjacula, un flot de sperme vert s’écoula du vagin de Sariah. Il se retira et disparu rapidement.

Le plan suivant le montrait, à cheval sur Abby, qui elle aussi était dépouillée de ses vêtements, il enfonçait sa bite grise à l’intérieur du sexe de la jeune fille brune. Là aussi lors de l’éjaculation l’excès de sperme coula entre les jambes de Abby. La caméra pivota de 90 ° et montra Sariah, qui maintenant couchée sur le sol se faisait chevaucher par le le reptoïde à quatre bras. Il lui tenait fermement le bassin et la pénétrait de son énorme pénis rose avec des grands coups de rein.

Jayline avait sur les fesses une sorte d’araignée blanche qui devait sans nul doute la sodomiser. La caméra zooma sur la jeune femme, puis se déplaça vers la droite. Sariah avait appuyé les mains au le sol, les jambes écartées, elle soulevait son bassin pour aller à la rencontre de la grosse bite qui la pourfendait, elle lançait des petits cris de plaisir à chaque centimètre de bite rugueuse du gros bipède à tête de saurien qui s’enfonçait en elle.

Jayline cramponnait fermement la rambarde, envoyant ses fesses vers l’arrière pour mieux recevoir le pénis rose dans son orifice vaginal. Elle aussi hoquetait de plaisir. Elle ne savait pas si la bête qui la pénétrait comprenait, mais elle lui demandait d’aller encore plus profond et plus vite.

Sariah elle aussi râlait maintenant de plaisir, demandant au monstre qui la besognait de rentrer entièrement son pénis au fond de sa chatte, ce qu’il fit d’un seul coup. Cela déclencha la jouissance de Sariah qui ne pu retenir un énorme cri d’extase. L’Alien éjacula sa semence avec de grands jets chauds, puis il laissa choir le fille blonde sur le sol et parti explorer le vaisseau.

Le plan suivant montrait Abby qui serrait les jambes pour mieux enserrer le sexe de l’espèce d’hexapode qui lui labourait maintenant les parois anales. Elle aussi gémissait de plaisir. Elle comprima ses fesses l’une contre l’autre pour mieux ressentir le frottement de l’appendice qui la pénétrait. L’Alien eut l’air contrarié de trouver une résistance accrue à sa pénétration, d’un seul coup il enfonça son gland turgescent dans le cul de d’Abby. Sa bite rose pénétra d’un seul coup entièrement, Abby cria de surprise. L’Alien augmenta sa cadence de pénétration, Abby comprit qu’il allait jouir, elle non plus n’en était pas loin. Rapidement, il changea d’orifice et explosa dans la chatte chaude et humide avec de longs jets de sperme que Abby sentit couler dans son utérus. Cela déclencha son orgasme. Les images montrèrent ensuite Jayline se cambrer de jouissance contre la balustrade, ses spasmes firent se décrocher l’Alien blanchâtre qui tomba au sol sur le dos, la chatte béante de Jayline palpitait chassant le surplus de sperme qui coula sur le plancher métallique. L’araignée gesticulait pour se remettre sur ses pattes, elle y arriva et remercia chaudement la jeune femme du plaisir qu’elle avait pris.

Pour lire tous les épisodes de cette saga hors-norme (deux épisodes sont en lignes, d’autres sont à venir), cliquez ici : http://www.meshistoiresporno.com/author/trixie/

À la semaine prochaine !

Christophe Siébert

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *