conseils d'écriture (2/4)

Salut à tous et à toutes !

Peut-être que vous vous demandez s’il existe des « trucs » pour écrire une bonne histoire de cul ?

Si vous envisagez de poster des textes sur MesHistoiresPorno, ou de proposer un manuscrit à La Mauvaise Herbe, sachez que non : il n’existe aucune tactique qui marcherait à tous les coups pour rendre une histoire passionnante ou une scène érotique excitante. En revanche, si vous observez quelques règles simples mais indispensables, vous augmenterez nettement vos chances de captiver votre auditoire et de le faire bander ou mouiller !

Voici pour vous aider une série de quatre articles. La semaine dernière, la concision (lisible ici : http://www.meshistoiresporno.com/2018/08/22/conseils-decriture-14/), cette semaine, les personnages, et les deux suivantes, les scènes de cul.

Les personnages, donc. Pourquoi ont-ils une telle importance ?

Parce que s’ils ne sont que des accessoires du récit, s’ils ne vous servent qu’à enfiler les scènes de sexe, ça ne marchera pas. Les lecteurs s’emmerderont et iront voir ailleurs. Pour des bites et des chattes sans être humain autour, pour une branlette hygiénique et dépourvue d’émotion, on a déjà Youporn, merci.

La littérature, c’est autre chose. Pour bander, pour mouiller, il faut y croire !

Comment faire en sorte, alors, que les lecteurs y croient ?

Première chose : il vous faut des personnages qui sont les moteurs de l’action.

Dans la vie réelle, ce sont les gens qui agissent, et, agissant, provoquent les événements. Pas l’inverse – sauf si vous croyez au Destin ou à un Dieu tout-puissant qui contrôle nos misérables existences absolument dépourvues de libre-arbitre, auquel cas je ne peux rien faire pour vous.

Donc, ce sont des personnages que doit découler la narration. De leurs caractères, de leurs actions, des conséquences que celles-ci entraînent, des interactions des uns avec les autres, etc.

Vu que nous parlons de littérature pornographique, tout ça devra tourner autour du cul. Ce qui rendra donc un personnage intéressant, ce sera sa capacité à nous exciter, à nous faire fantasmer, à désirer avec lui, à jouir avec lui.

Et là aussi, dans un livre de cul, c’est comme dans la vie : on n’est excité que par des personnes excitantes (merci Lapalisse !)

Mais qu’est-ce qui rend les gens excitants ? Leur beauté ? Leur intelligence ? Leur charisme ? Sans doute en partie, mais ça n’est pas le plus important. Ce qui rend les gens excitants, c’est une qualité impalpable mais essentielle : leur présence. Les gens qui donnent le plus envie de baiser avec eux sont ceux qui, et ils peuvent être méchants comme des teignes, cons comme des chaises, laids comme des CRS un jour de grève, ce sont ceux qui, disais-je, paraissent le plus vivants. Regardez autour de vous. Vous verrez que j’ai raison.

Et en littérature, alors ? Eh bien, c’est plus ou moins pareil. Vous pouvez créer des protagonistes aussi positifs ou négatifs que vous voulez, vous pouvez les barder de défauts si ça vous amuse, mais ils doivent posséder une caractéristique indispensable : ils doivent exister. Sans ça, vous pourrez bien les agiter dans toutes les situations possibles, le lecteur sera aussi émoustillé qu’une nouille trop cuite (ça marche aussi pour les lectrices, mais là tout de suite je manque de métaphore rigolote).

Mais alors, me demanderez-vous, comment rendre un personnage vivant ?

Quelles sont les techniques ? Il y en a plein, mais concentrons-nous sur les deux principales :

D’abord, ça a l’air bête et évident énoncé comme ça mais beaucoup d’auteurs débutants l’oublient, il faut qu’il arrive des trucs au personnages – et pas n’importe quels trucs : des trucs qui nous permettent de mieux le connaître, et des trucs qui nous permettent de nous attacher à lui. Attention : s’attacher, ça ne signifie pas l’aimer, mais s’intéresser à lui, tenter de le comprendre, être impatient de découvrir ce qui lui arrive et, d’une manière générale, éprouver à son égard des émotions fortes. Si votre vous créez ce lien entre vos personnages et vos lecteurs, c’est gagné.

Ensuite, il faut exprimer les émotions qu’il ressent. Là encore, elles peuvent explorer un spectre très large, et ne sont pas forcément agréables ou positives. Mais plus vos personnages – si tant est que le fameux lien évoqué au paragraphe précédent est tissé entre lui et vos lecteurs – vont ressentir de choses, et plus les lecteurs vont vivre dans sa peau. Vous n’êtes pas obligé d’être littéral et bourrin (mais si vous aimez ça, lâchez-vous !) : entre le mélodrame victorien et la sécheresse d’Hemingway, toute une gamme de styles et de manières de mettre en scène l’émotion existent. Trouvez votre nuance, celle avec laquelle vous vous sentez à l’aise.

Si vous réussissez ça, votre personnage vivra. S’il vit, son désir sera partagé avec vos lecteurs, et aussi ses frustrations, son plaisir, et tout ce qui constitue une scène de cul réussie. Ne restera plus, alors, qu’à l’écrire correctement, cette fameuse scène de cul !

Mais ça, les ami-e-s, ça fera l’objet des deux autres articles !

D’ici là, n’hésitez pas à partager et commenter. Et si vous avez des remarques ou des questions, vous pouvez m’écrire à collectionmauvaiseherbe@gmail.com

À bientôt !

Christophe Siébert

 

 

  1. Intransigeant le à
    Intransigeant

    Je retire ce que j’ai fit (et je déteste me retirez, croyez-moi !) le lien vers le précédent article est là, en tête d’article… mais rien en queue en texte ! Tout dans la tête, rien dans la queue : pour un site d’histoires pornographiques, avouez que c’est un peu cocasse !

    Pour le contenu lui-même du texte, je dirais que le texte doit faire évoquer au lecteur des émotions, images et projections et le texte devient en peu de mots plus que sa taille initiale dans l’imaginaire de celui qui, littéralement, se tape ses lignes, et devient accro à la suite. Une drogue consommée avec plaisir et sans effets secondaires ! Les mots ont ce pouvoir… mais les maitriser demande une alchimie complexe et difficile à expliquer. Il y a toujours une part de mystère dans cet art plus que science. Merci tout de même de s’y essayez !

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *