Anguille sous gode

12345
Loading...

Julien


soft



L’an dernier, pour les vacances sans, j’ai réservé une place dans un camping près de Narbonne, à deux pas de la mer. J’avais pour voisine une jolie petite nana, qui buvait une bière assise devant sa tente. Je lui ai fait un beau sourire, nous nous sommes présentés (elle s’appelait Caro), et j’ai commencé à déballer mon matériel.

Monter la canadienne m’a vite pris la tête. Ma jolie voisine a essayé de m’aider, mais c’était peine perdue. On n’allait pas y passer la nuit, alors on a décidé de dormir tous les deux dans sa tente. Moi, j’assurerai le repas et la boisson. Je me suis dépêché d’aller acheter une pizza et trois bouteilles de rosé à côté du camping, et je suis retourné auprès de ma sympathique voisine. La pizza n’était pas terrible, mais le rosé nous a vite décoincé. On a adouci la lumière un peu crue de la lampe de poche en posant un linge dessus, et c’était mieux qu’au resto ! On s’est un peu raconté nos vies.

À la fin de la soirée, un peu bourré, j’ai renversé sans le faire exprès un petit sac lui appartenant sur le matelas gonflable. Mes yeux se sont agrandis quand j’ai vu ce qu’il contenait : un gode mauve en forme de bite, d’assez belle taille, un vibro rose plus petit (elle m’a expliqué plus tard qu’il servait à stimuler le clito), et deux boules de geisha ! Je suis resté bloqué, et puis j’ai rigolé. Caro, d’abord un peu embarrassée, s’est marrée aussi. Elle m’a expliqué qu’elle était du genre insatiable, et que souvent elle se finissait avec le gode quand son ex ne durait pas assez longtemps. La façon qu’elle a eu de dire ça m’a direct donné envie d’elle. Ensuite, elle m’a avoué qu’elle aimait bien porter les boules de geisha un peu tout le temps dans la journée. Je lui ai demandé si elle les portait quand on s’est rencontré, elle m’a dit oui en me faisant un sourire très très chaud… Pour rire, je lui ai proposé de les mettre devant moi… et elle a dit oui ! Elle s’est un peu contorsionnée pour ôter son string, et m’a offert une vue imprenable sur sa chatte déjà ouverte. J’ai bandé direct, et elle l’a vu. Elle m’a demandé si je ne préférais pas la voir essayer le gode. Bien sûr, j’ai dit oui ! Elle a souri d’un air gourmand, et à attrapé le gode. Elle s’est godée d’une main, et de l’autre elle caressait son clito. Après deux ou trois va et vient, elle a sorti le gode en soupirant, et me l’a montré. Il luisait de mouille. Je me suis rapproché d’elle. Elle a continué à se goder, et de son autre main m’a massé la bite à travers le short. Nous nous sommes embrassés. Son haleine chargée d’alcool me donnait encore plus envie d’elle. Elle avait des seins plutôt volumineux, et ses tétons sont vite devenus très durs. Elle a joui en gémissant très fort, le gode enfoncé jusqu’au bout, et j’ai éjaculé dans sa main et sur son ventre. Elle a gardé sa main sur mes couilles. C’était très doux. J’ai adoré jouir et à voir jouir ! Le lendemain, nous ne nous sommes pas pris la tête à essayer de monter ma tente, et j’ai eu toutes les vacances pour découvrir tout ce qu’on pouvait faire d’amusant avec un gode !

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...