Aventures intergalactiques

12345
Loading...

Trixie


à plusieursscience-fictiontransgenre



 

Chapitre I

Année terrienne 12.214, quelque part dans la galaxie d’Andromède. Cette nébuleuse, également identifiée sous les numéros M31 et NGC 224, est une galaxie spirale située à environ 2,55 millions d’années-lumière du Soleil, dans la constellation d’Andromède.

Depuis que les humains ont commencé avec succès l’exploration de l’espace, il y a environ 10.000 ans, grâce à de nombreuses découvertes, plus particulièrement dans le domaine de l’espace-temps, ils ont été vraiment surpris de trouver un nombre incalculables de planètes semblables à la Terre. Des formes de vie intelligentes s’étaient développées à leur surface. La plupart ne ressemblaient pas aux hommes. Certaines évoquaient les humanoïde gris trouvés en juillet 1947 sur terre à Roswell. Cet événement fut l’un des éléments les plus probants de la visite de la Terre par une civilisation extraterrestre avancée malgré les tentatives d’en garder le secret.

D’autres avaient les apparences des formes de vie primitives de la terre, hexapodes, xanthie, insectes géants, plantes vivaces, mammifères extravagants… Tous dotés d’intelligence, possédant parfois des technologies avancées. Certains étaient télépathes, mais beaucoup parlaient la langue universelle qui s’était développée pendant les millénaires écoulés.

Beaucoup de choses avaient changé… Il n’y avait pas eu de conflits importants. Cela avait permis l’échange des technologies, et des avancées importantes se produisirent à tous les niveaux. La science avait réussi à ralentir le vieillissement des cellules, l’espérance de vie des peuples de l’univers avait été presque multipliée par trois. Parfois, des bandes de brigands essayaient de s’approprier à moindre frais les découvertes, par des actions répréhensibles.

Presque tous les tabous étaient tombés, la plupart des aliens ne portaient aucun vêtement. Les différentes espèces se métissaient, les femelles étaient considérées sur tous les points comme les égales des hommes, libres de leurs esprits comme de leurs corps. De nouvelles méthodes de contraception avaient été découvertes lors de ses échanges, le sexe inter-espèce n’était plus tabou depuis bien longtemps. Petit à petit, au cours des siècles, les organes sexuels – surtout féminin – des différentes peuplades s’était modifiés. Les muscles vaginaux s’étaient assouplis, la cavité vaginale s’était allongée…

Des Laboratoires scientifiques continuaient l’exploration de l’Univers. Des vaisseaux spatiaux presque entièrement automatisés parcouraient le cosmos.

C’est l’histoire de l’équipage du Protée que nous allons suivre.

Le voyage harassant et monotone avait duré de longs mois. Le vaisseau spatial était en orbite basse autour d’une planète inconnue, où un signal avait été repéré semblant émaner d’une civilisation avancée. Le Protée était un astronef de taille imposante. Un ordinateur de la dernière génération le pilotait entièrement. Tout était automatisé à bord. Son équipage se composait en tout et pour tout de trois jeunes filles, toutes issues de la Terre. Le Capitaine de bord, Sariah, une belle blonde aux yeux bleus, âgée vingt huit ans avait obtenu son diplôme dans l’une des meilleures académies de formation de sa planète mère. Elle avait des seins bien fermes et assez développés, des jambes musclées aux cuisses fuselées, et mesurait 1m71. Ses deux subordonnées avaient une confiance absolue en elle.

Jayline était un excellent ingénieur. L’informatique et même la mécanique n’avaient aucun secret pour elle. Elle avait les cheveux auburn, une poitrine magnifique, des fesses fermes. Elle mesurait 1m74, pour un poids d’environ 58 kilos.

Abbigaïl, que tout le monde appelait Abby, était à seulement 21 ans une biologiste à l’excellente réputation. Sa chevelure de jais était souvent attachée par une longue tresse qui lui arrivait sur les fesses. Elle avait de grands yeux verts, un petit nez légèrement retroussé, une bouche où flottait en permanence un sourire. Elle était si jolie que l’on aurait dit une petite elfe. Elle était menue, elle ne pesait que 50 kilos pour une taille de 1m66. Sa soif de connaissances n’était jamais rassasiée, et tout ce qui avait trait à la médecine et à la biologie la passionnait au plus haut point. L’ethnologie, notamment, et spécialement l’exo-ethnologie, était son cheval de bataille.

Pour l’instant les trois jeunes femmes étaient en train de visionner sur un écran géant 3D, ce qui c’était passé la veille. Tout ce qui se passait sur l’astronef devait être enregistré, pour être étudié ensuite sur Terre.

En scannant la surface de la planète, elles avaient repéré différentes sortes d’aliens inconnues dans la base de données. Abby en tant que responsable scientifique avait donc décidé d’en téléporter quelques uns à bord. Ce qui fut fait. Plusieurs créatures complètement abasourdies par ce qui leur arrivait se retrouvèrent apeurées à l’intérieur du Protée.

Il y avait un bipède gris ressemblant vaguement à un lézard, qui était connu sous le nom de reptoïde, il possédait 4 membres antérieurs terminés par de longs doigts et une longue queue traînant au sol derrière lui. Un Alien vert d’environ 1 mètre de long avec des antennes, à mi chemin entre la crevette et la sauterelle, pour finir une sorte d’araignée crabe blanche munie de six pattes, tous de sexe mâle.

Ils étaient très méfiants envers ces étranges femelles venues de l’espace dans le ventre de cet énorme oiseau. Le jeune médecin décida que pour les mettre en confiance, et pouvoir ensuite étudier leur comportement, il fallait d’abord acquérir leur amitié. Un succulent repas bien arrosé devrait faire l’affaire, surtout qu’elles mêmes tout au long de ce fatiguant voyage dans l’espace à une vitesse fantastique, n’avaient pas eu beaucoup de distractions.

La robotique du navire avait donc préparé le repas commandé, sélectionné les meilleures denrées et meilleurs alcools, les plus rares et les plus forts. Les convives avaient beaucoup apprécié. Les ordinateurs eurent vite fait de décrypter le langage des habitants de cette planète, et traduisaient les échanges verbaux. L’alcool aidant l’atmosphère devint vite festive. Les trois terriennes en confiance se laissèrent aller elles aussi … ce qui suivit fut torride… c’était ce qu’elles visionnaient, leurs invités étant partis depuis longtemps.

La caméra montrait tout d’abord Sariah dans le poste de pilotage, se faire pénétrer par l’Alien vert qui ressemblait à un insecte. Ses six pattes entouraient fermement le corps dénudé du jeune capitaine, sa bouche en forme de mandibule suçait le mamelon gauche de la jeune fille. Son appendice caudal gris, entrait et sortait rapidement de la chatte offerte. La jeune femme semblait flotter sur un nuage de volupté. L’étreinte sauvage dura environ 10 minutes, puis il éjacula, un flot de sperme vert s’écoula du vagin de Sariah. Il se retira et disparu rapidement.

Le plan suivant le montrait, à cheval sur Abby, qui elle aussi était dépouillée de ses vêtements, il enfonçait sa bite grise à l’intérieur du sexe de la jeune fille brune. Là aussi lors de l’éjaculation l’excès de sperme coula entre les jambes de Abby. La caméra pivota de 90 ° et montra Sariah, qui maintenant couchée sur le sol se faisait chevaucher par le le reptoïde à quatre bras. Il lui tenait fermement le bassin et la pénétrait de son énorme pénis rose avec des grands coups de rein.

Jayline avait sur les fesses une sorte d’araignée blanche qui devait sans nul doute la sodomiser. La caméra zooma sur la jeune femme, puis se déplaça vers la droite. Sariah avait appuyé les mains au le sol, les jambes écartées, elle soulevait son bassin pour aller à la rencontre de la grosse bite qui la pourfendait, elle lançait des petits cris de plaisir à chaque centimètre de bite rugueuse du gros bipède à tête de saurien qui s’enfonçait en elle.

Jayline cramponnait fermement la rambarde, envoyant ses fesses vers l’arrière pour mieux recevoir le pénis rose dans son orifice vaginal. Elle aussi hoquetait de plaisir. Elle ne savait pas si la bête qui la pénétrait comprenait, mais elle lui demandait d’aller encore plus profond et plus vite.

Sariah elle aussi râlait maintenant de plaisir, demandant au monstre qui la besognait de rentrer entièrement son pénis au fond de sa chatte, ce qu’il fit d’un seul coup. Cela déclencha la jouissance de Sariah qui ne pu retenir un énorme cri d’extase. L’Alien éjacula sa semence avec de grands jets chauds, puis il laissa choir le fille blonde sur le sol et parti explorer le vaisseau.

Le plan suivant montrait Abby qui serrait les jambes pour mieux enserrer le sexe de l’espèce d’hexapode qui lui labourait maintenant les parois anales. Elle aussi gémissait de plaisir. Elle comprima ses fesses l’une contre l’autre pour mieux ressentir le frottement de l’appendice qui la pénétrait. L’Alien eut l’air contrarié de trouver une résistance accrue à sa pénétration, d’un seul coup il enfonça son gland turgescent dans le cul de d’Abby. Sa bite rose pénétra d’un seul coup entièrement, Abby cria de surprise. L’Alien augmenta sa cadence de pénétration, Abby comprit qu’il allait jouir, elle non plus n’en était pas loin. Rapidement, il changea d’orifice et explosa dans la chatte chaude et humide avec de longs jets de sperme que Abby sentit couler dans son utérus. Cela déclencha son orgasme. Les images montrèrent ensuite Jayline se cambrer de jouissance contre la balustrade, ses spasmes firent se décrocher l’Alien blanchâtre qui tomba au sol sur le dos, la chatte béante de Jayline palpitait chassant le surplus de sperme qui coula sur le plancher métallique. L’araignée gesticulait pour se remettre sur ses pattes, elle y arriva et remercia chaudement la jeune femme du plaisir qu’elle avait pris.

Ils s’installèrent ensuite confortablement, les Aliens indiquèrent alors à leurs hôtesses qu’un « grand oiseau » comme le Protée s’était écrasé sur leur planète. C’était sûrement le signal capté. La vidéo s’arrêtait là.

Une fois les extraterrestres téléportés sur leur planète, le Capitaine du Protée décida d’aller inspecter le navire qui s’était crashé sur cette planète. Elles s’habillèrent, si l’on peut dire, entrèrent chacune dans une cabine de téléportation, les ordinateurs firent le reste.

Abby se réveilla dans une grotte sombre et humide. La grotte scintillait d’une lueur provenant de plantes bioluminescentes grimpant le long de la paroi. L’air était épais et chaud, elle sentait l’humidité accrochée à sa peau… sa peau nue !!

Abby réalisa qu’elle était complètement nue à part ses bottes noires à hauts talons. Le téléporteur avait encore une fois mal fonctionné. Il l’avait bien transportée entièrement, mais son manque d’équipement et de vêtements ne rendraient pas cette mission facile. Son transpondeur était toujours avec elle, elle tenta de communiquer avec ses partenaires. Tout ce qu’elle obtint ce fut des grésillements. Elle entendit quand même une bribe de mot et déduisit qu’au moins une de ses coéquipières était en vie.

Mais nue ou pas, elle avait une mission à accomplir. Savoir ce qu’il en était de cette planète, recueillir si possible des informations sur les peuples qui l’habitait, et aller voir l’astronef. Elle se trouvait dans un environnement hostile, démunie de tout. Elle fit le bilan de sa situation. Elle s’assit un moment, essayant de s’orienter. Elle ne voulait surtout pas se faire surprendre par une créature indigène, ne sachant pas si elle serait aussi amicale que celles de hier au soir. Il ne fallait donc pas faire de bruit.

En regardant aux alentours, elle vit la lueur d’un bleu froid de sa tablette informatique. Elle rampa vers elle lentement. Elle se figea lorsqu’elle entendit un cliquetis soudain de ce qui ressemblait à un insecte géant. Elle resta immobile, ne voulant pas attirer l’attention de l’Alien. Mais il était trop tard. La créature aborda vite Abby et commença à la renifler. C’était une xanthie géante d’un vert brillant, avec de grands yeux à facettes multiples. Une petite tête dardait une langue épaisse entre ses mandibules noirs. Il n’avait pas l’air agressif. La curiosité scientifique reprit le dessus, une bonne occasion de parfaire ses connaissances.

La biologiste appuya sur la touche « on » du caméscope ultra perfectionné contenu dans sa tablette, le contrôle des différentes fonctions était vocal. Elle posa la tablette sur le replat d’un rocher. Elle pourrait ainsi étudier avec le film, les aboutissements et enseignements tirés de cette rencontre. Elle se mit à genoux devant l’extra-terrestre, tendit amicalement la main paume vers le haut, ce qui permit à la créature de sentir son odeur. La langue lécha la main tendue, laissant derrière elle une bonne quantité de bave avant de poursuivre son exploration. Abby remarqua une légère sensation de brûlure où la salive de l’animal avait pris contact avec sa peau. Ce n’était pas douloureux, mais c’était… stimulant. Sa main devint beaucoup plus sensible au toucher que d’habitude … un événement curieux, mais son esprit commençait à se brouiller légèrement. Elle aurait voulu attraper cette créature et l’emmener au laboratoire du Protée pour étudier cette espèce, mais avant qu’elle ne puisse faire quoique ce soit, la langue de la créature avait trouvé son entrejambe.

Elle cria tandis qu’elle tentait par gestes de convaincre l’énorme Xanthie de s’occuper d’autres parties moins intimes de son corps, mais il ne voulait rien savoir…

Elle se leva en essayant de se séparer de la créature. L’attention de l’insecte géant se fixait sur son mont de vénus nu et épilé. Faisant preuve d’une étonnante agilité la langue rampa jusqu’à la chatte d’Abby et commença à lécher furieusement son clitoris et ses lèvres. Toutes les pensées de résistance de la jeune femme furent effacées lorsqu’un vague de plaisir bondit dans son cerveau, une sensation de bien-être envahi alors son corps. Elle sentait son clitoris enfler et durcir tandis que son vagin était humidifié par un afflux important de son foutre, la bave de la Xanthie lui donnait une sensation de réel bien-être..

La colossale Xanthie poursuivait l’ exploration de Abby, sa langue imprégnait ses organes génitaux d’une épaisse couche de sa bave stimulante. Abby glissait lentement dans l’extase, sa chatte surexcitée s’ouvrait et se fermait, douée d’une vie propre. Une béatitude incommensurable s’abattait sur elle, elle n’avait jamais connu cela. Elle ne pouvait plus respirer, souffle coupé. Elle avait déjà pris du plaisir mais à ce point…!! Cet insecte Alien était tout simplement merveilleux, bien qu’elle ait eu une relation sexuelle hier au soir Abby ne reniait pas l’exaltation de ses sens que lui procurait cette créature.

Un orgasme en foudroyant déchira son corps, ses orteils se crispèrent dans ses bottes, elle serra les poings en criant de jouissance, tandis que son corps se délectait dans le bonheur de ce coït merveilleux. L’insecte se retira momentanément, mais seulement pour mieux se repositionner, c’est alors que Abby remarqua qu’une énorme bite s’était formée à l’extrémité inférieure de l’abdomen de son amant. Sans réfléchir, elle écarta les jambes pour mieux lui permettre de la pénétrer. Elle gémit doucement de bonheur lorsqu’il se fraya un chemin à l’intérieur d’elle. La grosse bite de plus de 30 cm lui rempli complètement le vagin, écartant ses parois vaginales, mais elle mouillait tellement que l’insertion du membre monstrueux se fit sans heurt.

Il commença rapidement à pilonner sa chatte, son rythme était mesuré mais énergique. Abby saisit le dos de l’insecte, ajoutant encore plus de force à ses coups, pour le pousser plus profondément en elle. La jeune biologiste ronronnait incontrôlable, elle ne tarda pas à atteindre son deuxième orgasme. Elle frissonna avec force lorsqu’elle jouit sur la bite de la créature. Ses jambes se dérobèrent sous la force de la volupté, elle tomba sur le sol.

Elle voulait garder en elle ce sexe monstrueux, elle se coucha lentement sur son dos. Son amant ne perdait pas un centimètre de sa pénétration. Il recommença ses va et vient dès qu’elle fut dans une position confortable. Sa tête était maintenant fermement plantés entre les seins de Abby qui rebondissent à chaque coup de boutoir. La terrienne sentait dans son conduit vaginal les battements de la queue en elle, les rushs étaient de plus en plus énergiques et rapides.

Un moment plus tard, il jouit à nouveau, sa bite palpitait violemment lorsqu’il éjaculait de plus en plus de sperme à chaque contraction. La xanthie avait entièrement joui à l’intérieur de Abby. Elle gémit doucement en savourant le plaisir de sentir couler le liquide séminal dans ses entrailles, elle flottait dans les limbes de son deuxième orgasme. La créature sorti sa bite avec « Scholpp » humide son sperme se répandit sur le sol.

La jeune terrienne roula sur le ventre, essayant de reprendre son souffle et de réaliser ce qui venait de se passer. Sa chatte était encore trempée et palpitante, des frissons de plaisir la parcouraient encore. Quand son amant monta encore une fois sur elle ! Abby sentit à nouveau l’énorme phallus se positionner contre ses lèvres recouvertes de foutre avant de forcer doucement son orifice vaginal, elle gémit timidement tandis qu’elle écartait les jambes et se préparait à être baisée à nouveau.

L’insecte allait plus loin, mais heureusement plus lentement lors de chaque pénétration, le résultat calculé fit complètement perdre la tête à Abby. Elle pouvait tout juste se concentrer pour rester consciente. Elle sentit tout d’un coup l’énorme mandrin poisseux effleurer son anus, la créature la pénétra avec une vigueur renouvelée, on aurait dit que les facettes de ses yeux brillaient de mille feux.

Après ce qui lui sembla une éternité Abby sentit l’insecte se pencher en arrière, cherchant à se repositionner. Elle se redressa sur les genoux pour répondre à sa demande, ses mains étaient sur posées sur le sol, ses cuisses, ses seins rebondissaient à chaque poussée.

Il ne fallu que quelques instants, et Abby atteignit pour la troisième fois le nirvana de la jouissance. Elle se sentait succomber à la surcharge de plaisir qui agressait son cerveau. Elle sentait les contractions de la bite qui tressautait en elle. La dernière chose que Abby ressentit ce fut les jets de sperme chauds qui envahissaient sa chatte à nouveau, avant de finalement perdre un court instant la motion de la réalité…

La créature se retira lentement du vagin trempé et palpitant, qui se convulsait encore autour de son phallus. Son sperme coulait le long des jambes de la jolie terrienne, il s’enfonça dans les ténèbres de la caverne.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *