Comment j’ai découvert mon candaulisme

12345
Loading...

Coquin-coquine


candaulisme



COMMENT J’AI DECOUVERT MON CANDAULISME

Nous sommes un couple plutôt pas mal, ma femme grande, sportive, bien foutue, plaît aux hommes. Nous fréquentons de temps en temps les clubs échangistes, aussi bien en voyeur qu’en nous offrant en spectacle.

Cette année, nous sommes partis au Cap d’Agde pour la première fois.

Comment est né mon fantasme candauliste ? Je vais vous le raconter.

Nous fréquentions les clubs échangiste dans la capitale, petit à petit ma femme s’était laissée aller, et maintenant elle s’assumait exhibitionniste sans problème. Nous étions ce qu’on appelle des « côte-à-côtistes », ce qui veut surtout dire qu’il ne se passe rien en dehors du couple.

Ma femme aime se montrer et porter des vêtements sexy qui la mettent en valeur, et le Cap d’ Agde est parfait pour ça. Ce soir-là, chemisier transparent sur ses jolis seins bien fermes, mini jupette en cuir cachant à peine la naissance de ses fesses et dévoilant son intimité dès qu’elle se baissait – ce qu’elle ne manquait pas de faire en toute innocence – et sous laquelle elle portait un string ouvert, très joli, des bas et des cuissardes avec lesquelles elle dépassait le mètre 80, aussi la remarquait-on quand elle déambulait dans les allées du Cap.

Nous avons tranquillement commencé en prenant un verre dans un des bars les plus fréquenté, comme à l’habitude, les couples se promenaient, les femmes sexy, les hommes jetant des regards entendus sur leurs épouses respectives. J’avais remarqué aimer que les hommes regardent ma femme avec un désir non dissimulé. Sur la plage, au restaurant, souvent des couples nous abordaient pour nous inviter à leurs soirées…Nous déclinions à chaque fois poliment.

Mon épouse, assise sur un tabouret haut, étant d’un naturelle très exhibitionniste ouvrait suffisamment les cuisses pour que personne n’ignore, moi y compris, ce qu’elle portait sous sa jupe, et qui ne dissimulait pas grand-chose de sa jolie petite chatte partiellement épilée. Je la savais déjà humide de l’excitation procurée par ce petit jeu.

Après avoir sagement dîné tous les deux, nous sommes allés prendre un verre avant d’aller dans un des nombreux clubs du Cap. Ce bar ou nous allions était sympa, les femmes s’y montraient, les mains se baladaient, les couples dansaient lascivement en préparation de la soirée. Nous avons bu et dansé un peu, j’en ai profité pour la caresser de façon très visible tandis qu’elle se frottait contre moi. Elle était trempée et moi, devinez ….

Puis nous sommes allés en club.

Arrivé assez tôt, encore assez peu de couples, donc de la place sur la piste. Ma femme dansait de façon très explicite, et il ne fallut pas longtemps pour que les regards des hommes et des femmes se portent sur elle. J’adore ces moments. Le club se remplissait, nous avons pris encore quelques verres, la piste était maintenant bondée. Plus guère de place pour danser de façon agréable, en effet, tout le monde se frottait plus ou moins et ce n’était pas forcément agréable pour ma femme de se faire serrer de trop près par n’importe qui.

Elle a décidé de monter sur l’estrade et de s’approprier la barre de pole dance, elle n’en avait jamais fait, mais elle maîtrisait, s’exhibait avec nonchalance, pour mon plus grand bonheur et celui des hommes qui ne la quittaient pas des yeux, dont un bel homme tout en blanc, entre 35 et 40 ans, à qui elle plaisait assurément. Elle se caressait lascivement et d’un petit signe m’a demandé de m’approcher d’elle, ce que j’ai fait, voyez la scène, elle sur l’estrade, et moi sur la piste, donc le visage à la bonne hauteur si je puis dire. Elle me faisait face et a pris mon visage entre ses mains, se baissant pour m’embrasser, s’est relevée sans lâcher mon visage et m’a dirigé vers son entrecuisses. Devant tout le monde, sans penser à rien, j’ai écarté les bords de son string fendu et l’ai léchée goulûment, elle dansait doucement pendant que je lui administrais cette gâterie. Elle semblait complètement « partie ». En reprenant ma respiration, je me suis aperçu que l’homme tout en blanc se tenait tout à côté de moi, le seul près de moi, car les couples présents sur la piste nous avaient fait une sorte d’arène. Soudain, l’envie de le voir à ma place m’a transpercé, j’ai pris une main de ma femme et lui ai indiqué d’un regard l’homme en question. Ses yeux se sont fermés doucement, m’indiquant un accord tacite. Je me suis écarté tout en regardant l’homme dans les yeux, qui n’attendait que cela, je l’ai vu prendre ma place, poser ses mains sur les jambes de ma femme et remonter lentement vers ses cuisses, poser ses mains sur ses fesses, une de ses mains est arrivée entre ses cuisses et je l’ai vu pénétrer la chatte trempée de ma femme et commencer une masturbation en bonne et due forme. Elle a continué de se balancer au rythme des mouvements de l’homme qui à son tour, après avoir ôté ses doigts, a plongé son visage entre ses cuisses pour la lécher lui aussi.

Visiblement elle a adoré, ma femme, et, oubliant où elle se trouvait, s’est baissée et s’est assise face à lui, les cuisses relevées et ouvertes, la chatte offerte, là, sur scène, devant tout le monde et devant moi, et il a replongé alternativement ses doigts et sa bouche, bandant sans doute à mort. Quant à moi cette vision me faisait l’effet d’un électrochoc. Voir un autre homme donner du plaisir à ma femme était une révélation. Je suis devenu candauliste, ou plutôt j’ai pris conscience que je l’étais, à ce moment précis. Une véritable extase. Puis j’ai vu ma femme agitée de petits soubresauts, elle venait de jouir sous la langue et les doigts agiles de cet homme devant tout un public conquis.

Elle a repris ses esprits, est descendue de scène et comme si de rien n’était a embrassé à pleine bouche l’homme pour le remercier. Ce baiser m’a fait un drôle d’effet, je dois dire, bien plus que le reste. Elle est venue contre moi, m’a embrassé à mon tour et m’a glissé dans l’oreille, tout en caressant mon sexe dur à travers mon pantalon : « tu as aimé on dirait, moi j’ai adoré », nous nous sommes retirés dans un petit salon, ou nous avons fait l’amour, l’homme nous aurait bien accompagné, mais nous lui avons seulement laissé le plaisir de nous regarder, ce qu’il avait eu ce soir-là était déjà pas mal. Nous sommes rentrés enlacés et le lendemain nous sommes convenus tous les deux que nous avions passé une excellente soirée.

Nous restâmes quelques jours encore avec quelques sorties puis nous partîmes passer les quelques jours nous restant à l’île du Levant.

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? LAISSEZ UN COMMENTAIRE ET PARTAGEZ-LÀ !

Découvrir d’autres histoires de Coquin-Coquine : http://www.meshistoiresporno.com/author/coquin-coquine/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. Puterflam le à
    Puterflam

    Très excitant cette histoire…Merci !!!
    Didier, candauliste depuis très longyemps

  2. Puterflam le à
    Puterflam

    J’ai beaucoup aimé ce texte qui m’a fort excité !
    Didier, candauliste même avant de connaitre ce terme…

  3. Francis Delelis le à
    Francis Delelis

    ce devait errer une superbe et agréable expérience

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *