Crampes excitantes

12345
Loading...

Calamicu


soft



Alors que je me glissais sous la couette, je la vis passer langoureusement sa main sur la cambrure de son postérieur me disant : « Ah, ces méchantes crampes au creux de mes fesses ! Ladji, je donnerais tout pour les faire passer, tant elles m’ont fait souffrir depuis ce matin ! N’aurais-tu pas une de tes incantations magiques pour transformer ces méchantes douleurs en de délicieuses sensations ? »

Un cœur et un corps aimant ne peuvent que répondre par l’affirmative à de telles paroles !

Me mettant à califourchon sur elle, j’avais une vue et une prise parfaites sur les monticules fessiers lisses qui chutaient vers son dos en une pente abrupte. Le contact des faces intérieures de mes cuisses sur sa peau, déclenchèrent en nous des frissons de plaisirs.

Frémissant, je pose mes paumes froides sur ses petites fesses charnues. Et en resserrant les mains pour faire la pression sur l’endroit où sévit cette méchante crampe, je surprends chacun de mes pouces se glissant dans sa petite fente toute chaude et mouillée. Le plaisir se sent au bout de mes doigts et la crampe elle-même se met à fondre quand mon arc phallique, lui se met à durcir et se dresser.

Délicatement, mais fermement pendant que je malaxe ses galbes fessiers doux, je la sens se redresser sur ses avants bras faisant onduler ses beaux reins bien dessinés et offrant à ma vue excitée sa belle petite chatte aux lèvrettes superbes, exposées par derrière. Comme aimantée, ma bite se dirige vers cette ouverture soyeuse et frémit de plaisir. Je ne sais pas si je tiendrais encore.
Je ne peux pas tenir ! Comme aspirée par sa fleur dévoreuse, ma queue bien tendue s’y introduit en elle chaude et humidifiée. Tout son corps, que dis-je, tout son être et mêmes ses petites lèvres, se couvrent de durillons de frissons.
Tentant de me retenir alors que sa chatte m’aspire tendrement, j’imprime des va-et-viens si langoureux, et si excitant dans la résistance que je sent mon éjaculation se préparer et se déclencher depuis mon cerveau pour jaillir en elle.
Je me sens comme dans de nébuleux nuages plusieurs secondes, et n’en émerge que lorsque je la vois se délecter avec nonchalance du spectacle de mon sperme coulant hors d’elle et que machinalement j’étale, avec ma bite en pinceau, sur ses fesses, aux endroits que les maléfiques crampes avaient endoloris.
Telle une potion magique, ma semence calmante procure une délicieuse jouissance post-orgasmique, à ma hadja préférée !…
C’est vrai que j’ai eu sur ce coup, l’art ou la formule incantatoire parfaite pour la faire jouir de crampes excitantes.

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *