DEVENIR UN COUPLE SOUMIS

1 – La rencontre d’un Maître

Nous sommes un couple uni depuis plusieurs années, Laly est une belle femme de trente-six ans, avec une belle poitrine malgré sa silhouette menue. Moi, malgré un peu de ventre on me dit séduisant ; ma carrure me donne un aspect imposant.

Nous avons décidé de réaliser un fantasme….

Entre nous, nous faisons des jeux de domination de temps en temps, mais là nous avons décidé d’être le temps que cela nous plaise, un couple soumis à une seule personne, de vrais esclaves sexuels offerts aux désirs et envies de cette personne.

Nous sommes encore pudique et plutôt débutants, ce qui nous stresse encore plus.

Après plusieurs semaines de recherche sur Internet, nous trouvons un maître charmant de par ses textes et ses idées. Pour ne pas gâcher la surprise il ne souhaite aucun échange photo, mais nous garantit un physique agréable, fin et sportif… De plus notre physique ne l’intéresse pas, nous lui avons quand même précisé que nous étions un charmant couple entretenus.

Il nous fixe un mot de passe (« rouge ») qui arrêtera tout immédiatement s’il est prononcé.

La première rencontre a lieu un après-midi. Nous aurions préféré en soirée mais jouons néanmoins notre rôle de soumis et ne discutons pas.

Devant sa porte, habillé selon le dress-code imposé par le Maître (pour Laly une robe noire, des talons et des bas noir sans aucun sous-vêtements et pour moi une chemise sobre, un pantalon en lin et rien dessous). Je demande une dernière fois à mon épouse si elle est sûre, elle me dit oui.

Lors de cette première rencontre nous devons l’appeler Monsieur et le vouvoyer. Si on souhaite continuer à lui appartenir nous l’appellerons Maître.

On sonne.

L’attente semble interminable…

Au bout de trois très longues minutes, la porte s’ouvre.

Et là, surprise ! Le Maître qui nous accueilles n’est pas un inconnu mais Xavier, que nous connaissons sans pour autant que nous soyons amis. Nos cœurs s’emballent, nos visages palissent, une gêne atroce nous traverse.

Xavier affiche un léger sourire.

Quelle surprise, dit-il serein. Deux solutions : soit vous partez et nous en restons là, soit vous franchissez le pas et vivez des moments inoubliables.

Je regarde Laly stressée d’être là, nue sous sa robe devant une personne qu’elle connaît bien. Après un silence de plusieurs secondes elle se met à genoux et dit « bonjour Monsieur » en lui baisant les pieds. Je fais de même.

J’admire votre courage, dit- il. Suivez moi !

On rentre dans son grand salon bien éclairé, c’est classe, propre.

D’un ton plus autoritaire et presque hautain, il ordonne :

J’ ai envie de vous voir nu, à poil esclaves !

Je vois la tête de Laly se décomposer. Je suis surpris qu’ elle ait accepté de se soumettre, car Xavier lui fait des avances depuis des années et elle l’a toujours repoussé.

Mais elle est décidée, comme moi, à vivre une expérience troublante et unique.

Elle se déshabille. En glissant au sol sa robe dévoile son jolie corps nu. Je me déshabille également, sentant le regard de Xavier fixé sur Laly.

Il s’ approche et dit :

Première position, position d’attente, debout jambes écartées, ceci afin d’avoir accès plus facilement à vos orifices. La tête haute, fier d’être soumis, regard baissé et mains dans le dos au-dessus des fesses car elles doivent être accessibles aussi.

Il conclue d’un ton sec :

En position d’attente !

Et voilà, nous ne cachons plus rien. Il nous observe, détaille les moindres parties de nos corps nus et sans défense. Cela semble durer temps interminable.

Il touche les seins de Laly et descend doucement vers son sexe. Elle se recule légèrement Comme pour esquiver. Il dit d’un ton doux :

J’ai une cravache aussi, ne bouge pas.

Cela stoppe net Laly. Il continue et prend son temps pour fouiller son sexe. Elle frissonne.

Il passe derrière elle, lui écarte les fesses tandis qu’elle rougit, et la contourne à nouveau pour se tenir avec autorité devant elle.

Ton ticket de métro c’est joli, mais La prochain fois tu sera intégralement épilée.

Oui, Monsieur.

C’est bien. Tu vas devenir une bonne soumise obéissante.

Puis à ma grande surprise il saisit mon sexe et le pétrit, ce qui me fait me dandiner de semi douleur et de gêne.

Il passe derrière moi et écarte mes fesses. Je suis aussi que Laly. Je l’entends dans mon dos :

Toi aussi, épilation intégrale. Pour devenir une bonne salope tu ne dois pas avoir de poil .

Un mélange de honte et de gêne me submerge.

Timidement, je réponds :

Oui, Monsieur.

Deuxième position : soumis offert.

Il saisit sa cravache.

À quatre patte.

On s’exécute.

Cambré.

Cette nouvelle position dégage nos trous et nous gêne à nous faire frissonner.

Et là un claquement, une brûlure sur ma fesse.

Plus que ça, esclave ! Jambes écartées, tête au sol.

La honte totale, être ainsi devant une connaissance…

Avec sa cravache il guide Laly pour que sa position soit parfaite et s’adresse à nouveau à moi :

On va l’agrandir ton petit trou de salope, Alex, tu vas devenir une vraie petite chienne.

Je suis tellement gêné que je reste muet. Une autre brûlure sur les fesse qui me rappelle à l’ordre.

Oui, Monsieur.

Nous restons longtemps dans cette position ultra gênante.

Il va même jusqu’à téléphoner à un copain pour prendre des nouvelles ce qui a pour effet de relancer nos battements de cœur : pourvu qu’ il ne parle pas de nous ! Nous ne bougons d’un centimètre, le temps s’étire jusqu’à la douleur. Il se ré intéresse à nous au bout de cinq minutes qui ont paru une éternité.

Laly, lève-toi, pose tes mains sur la table et cambre les fesses.

Elle obéit sans rien dire.

Alex, à genoux devant elle.

Puis il s approche et me dit :

Ouvre la bouche, salope, tu vas me mettre en condition pour que je puisse baiser ta femme.

Un mélange de honte, d’énervement et d’ excitation troublante me traverse à l’écoute de ces mots. J’ouvre la bouche et avale sa queue, c’est la première fois que j’ai un sexe d’homme entre les lèvres et toutes sortes d’émotions me traversent. Je me sens bander. Un coup de cravache me sort de mon trouble.

Mieux que ça ! Applique-toi.

Dès qu’il est bien dur il me donne un nouvel ordre :

Lèche Laly pendant que je me soulage.

Elle est crispée mais déjà bien humide. Je la lèche tandis que Xavier se place dans son dos pour la baiser.

Depuis le temps que j attends ça, ajoute-t-il.

Laly baisser la tête et je n’arrive pas à savoir ce qu’elle pense.

Elle ne tarde pas à jouir. Est-ce ma langue, la bite du Maître ou la scène elle-même qui l’excite à ce point ?

Dès que Xavier a joui il me tend son préservatif pour que j’aille le jeter.

Si vous souhaitez poursuivre je vous baiserai sans capote, mais avant on fera un test.

Oui, Monsieur.

À mon retour je vois Laly en position de soumise et le Maître prendre des photos en disant :

C’est pour mes amis. Je ne les leur montrerai que si je deviens votre Maître.

Puis il se tourne vers moi.

Esclave, à toi, en position !

J’ai évidemment des questions plein la tête. Nous avons sûrement des connaissances communes. Si je deviens soumis, vais-je l’assumer ? Est ce que Laly pense la même chose ?

Après la séance photo, Xavier repasse derrière moi et je sens qu’il m’introduit quelque chose dans l’anus. Je ne bouge pas.

Tu porteras ce rosebud souvent pour devenir une bonne chienne.

Une étrange sensation de douleur et d’excitation m’envahit.

Levez-vous et rhabillez vous. Ce n’est qu’un avant-goût de ce qui vous attend. J’enverrai un texto demain. Si vous répondez « oui, Maître », alors nous pourrons passer aux choses sérieuses.

Durant tout le chemin du retour, nous nous sommes posés des dizaines de questions, incapables de nous arrêter de discuter de cette expérience des plus troublantes.

À peine arrivés à la maison, nous avons fait l’amour trois fois, en repensant à cette aventure et en jouissant très fort.

Le lendemain, pas de texto.

Nous attendions, sans savoir quoi répondre, mais rien.

Cette attente était comme si nous étions des enfants qui espèrent une surprise. Le texto ne venait pas et il nous tardait de le recevoir, même si nous n’étions pas du tout certain de ce que nous allions répondre.

Il arrive enfin deux jours plus tard :

« Ce soir 19 h chez moi en tenue sexy. »

Je regarde Laly :

Que fait on ?

 

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? LAISSEZ UN COMMENTAIRE ET PARTAGEZ-LÀ !

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. Saumitou le à
    Saumitou

    Oui, très intéressant mais quid de la suite ?

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *