Julie bonne à tout faire: l’anniversaire partie 3

12345
Loading...

Frederic Gabriel


à plusieurstriolisme



Partie 3

Phil se tenait devant lui. Il avait jugé poli d’amener un superbe bouquet de roses rouges. C’était le genre d’attentions qu’il pouvait avoir, très encombré par les codes.

Julie et Phil se connaissaient déjà, car Phil était souvent passé la maison, et elle était là. Ils avaient d’ailleurs sympathisé.  Il guida Phil jusqu’à la cuisine. Julie parut ravie par le bouquet de fleurs.

Je vous propose un café ?

Ils passèrent une bonne dizaine de minutes ainsi, à discuter autour d’une tasse de café, s’observant du coin de l’œil, dans un mélange de tension, d’envie et d’excitation, en imaginant ce qui pouvait se passer entre eux et ce qui avait pu se passer entre les autres. Pour autant qu’il le savait, Phil était comme lui, autant attiré par les hommes que par les femmes. D’ailleurs le regard qu’il jetait à Julie était sans équivoque. Ça bascula quand elle reposa sa tasse de café sur la table, et proposa aux deux garçons :

Et si vous veniez me caresser ?

Ils ne se le firent pas dire deux fois et venant près d’elle, ils posèrent leurs mains sur elle, se partageant le terrain ou s’y rencontrant. Ses seins, son ventre, ses fesses, sur le tissu de ses vêtements et dessous. Ils étaient comme des enfants à qui l’on donne un jouet et qui en profitent pour la première fois, mais elle aussi, yeux clos, renversée en arrière, éprouvait aussi un réel plaisir à laisser les garçons balader leurs mains sur elle, qu’ils touchent des zones plus ou moins sensibles. Elle ne les empêcha en rien quand ils dézippèrent sa jupe et la firent glisser pour mieux prendre ses fesses à pleines mains, puis venir appuyer de la pointe de leurs doigts sur ses muqueuses, ou firent tomber son débardeur pour engloutir les pointes de ses seins de leurs bouches. Mais même des caresses plus simples, une main descendant le long de son dos ou tournant sur son ventre la firent frémir, la remplissant de chaleur et faisant s’humidifier et couler son sexe.

Ce fut en une sorte de récompense qu’elle attrapa leurs deux queues à travers les tissus de leurs pantalons et les massa doucement. Deux queues que le désir avait déjà rendues roides. Elle ne tarda pas à les extraire des tissus qui les enveloppaient. Elle les caressa avec une infinie lenteur, tournant sur leurs chairs, raffermissant leurs érections déjà bien affirmées. Du liquide se mit à couler de deux glands, bientôt épais. Elle s’agenouilla pour en prendre un sur sa bouche, pendant qu’elle continuait de masturber l’autre. Elle commença par donner des coups de la langue sur la première tige, avant de l’avaler et de faire aller et venir sa bouche dessus, puis elle descendit sur ses couilles, baladant sa langue dessus, avant de les avaler doucement. Quand elle bascula sur l’autre, la queue qu’elle venait de délaisser était dilatée à exploser. Il aurait peut-être fallu deux ou trois aller et retour dessus pour que la semence jaillisse. Mais justement, elle voulait qu’ils restent durs le plus longtemps possible, pour qu’elle puisse aller au bout de ce qu’elle avait prévu. Elle ne se faisait de toute façon pas d’inquiétude. Même s’ils jouissaient,  leurs queues d’êtres jeunes rebanderaient très vite.

Elle fut réellement elle-même, la Julie qui non seulement connaissait les gammes du sexe sur le bout des doigts, mais qui de plus était très inventive quand elle revint de placer devant Michel. Elle attrapa sa queue et amenant le gland contre l’entrée de son sexe. Elle le balada sur ses lèvres, remontant sur son clitoris, allant jusqu’à ce triangle de toison qu’elle avait gardé, sans pour autant le faire rentrer en elle. C’était terriblement excitant de sentir au bout de sa queue les lèvres humides et dilatées, de s’imaginer glisser dans la gaine de son sexe sans en avoir pour autant la possibilité. Michel crut un instant qu’il allait exploser mais il se retint. Elle en fit autant pour la bite de Phil, pendant que Michel  la caressait de nouveau, mais cette fois avec sa queue, la baladant contre ses cuisses, ses fesses, son dos. Elle finit par attraper, dans le haut des bottes qu’elle avait gardées deux préservatifs dont elle déchira les emballages pour gainer leurs queues qui n’auraient pas pu être plus roides. Puis les attrapant par ces mêmes queues, elle les entraîna vers l’une des chambres où d’habitude, ils s’ébattaient, Michel et elle. Là, elle les fit basculer l’un comme l’autre sur le lit. Puis, sans hésitation, elle vint se placer sur Phil, et guida son sexe en elle. Michel regarda avec fascination le moment d’ajustement, le gland tapant contre les lèvres, puis s’ajustant dans la niche humide. Elle se laissa tomber, le sexe totalement avalé en elle. C’était terriblement excitant, et Michel crut qu’il allait jouir, et ce d’autant qu’elle tendit la main vers lui, pour le masturber pendant que Phil la soulevait pour aller et venir dans la muqueuse qui le gainait.

De manière logique, quand elle se dégagea de lui, le préservatif trempé de sécrétions vaginales qui disaient qu’elle prenait du plaisir à ce qu’elle faisait, elle vint sur Michel, et l’ajusta de la même manière, avant qu’elle ne s’empare de sa queue. Il avait connu bien des vagins de fille autour de lui, mais ça n’était jamais, et ça ne serait jamais comme lorsque Julie était autour de lui. Elle se fit monter et descendre sur lui plusieurs fois, avant de tendre la main vers Phil et le branler pour qu’il ne se sente pas esseulé, pendant qu’il attrapait ses fesses à pleines mains et la faisait bouger sur lui.

Quand elle se dégagea, Michel comprit qu’ils allaient passer à autre chose. Lui tournant le dos, elle se laissa descendre sur lui, avant de s’immobiliser à mi-hauteur. Elle tendit la main en arrière pour attraper sa queue, mais cette fois, au lieu de la faire rentrer dans sa chatte dilatée, elle l’amena entre ses fesses, contre le plissement de son anus. Il avait déjà sodomisé Julie plusieurs fois, aimant la sensation différente du conduit anal, et il savait que cette fois encore, il rentrerait aisément en elle. Mais il savait aussi qu’avec la présence de Phil, ça allait être le prélude à autre chose.

*****************

Retrouvez la série complète :

Épisode 1 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-1/

Épisode 2 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-2/

Épisode 3 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-3/

Épisode 4 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-4/

Retrouvez les autres histoires de Frédéric Gabriel : http://www.meshistoiresporno.com/author/frederic-gabriel/

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *