Julie bonne à tout faire: l’anniversaire partie 4

12345
Loading...

Frederic Gabriel


à plusieurs



PARTIE 4

Michel sentit les plissements de son anus s’écarter, et sa queue roide glisser dans le conduit anal. Il rentra en elle jusqu’à ce que sa queue soit totalement enfoncée, son pubis venant buter contre ses fesses pleines. Elle tendit alors la main vers Phil et lui dit :

Viens dans la chatte…Je veux que vous soyez tous les deux en moi en même temps.

Il fallait bien le reconnaître, il avait envisagé cette possibilité très souvent depuis qu’il avait proposé à Julie ce plan à trois pour son anniversaire et qu’elle avait accepté. Lui qui regardait souvent du porno avait toujours été fasciné par ce qu’on appelait des coups à trois.  Le vivre…Il n’y avait que Julie pour lui proposer cela.

Phil se positionna plus près. Il avança vers ce sexe ouvert qui ne demandait qu’à l’avaler. Il y eut le premier contact entre le gland et les lèvres, et il se trouva englouti. Michel eut cette sensation étrange, mais tellement excitante qu’il dut se contrôler pour ne pas jouir de sentir le sexe de Phil remplir le vagin de Julie. Il n’avait pas vraiment réalisé auparavant que, si cela se produisait, comme il l’avait imaginé dans ses fantasmes, la paroi qui séparait un vagin d’un anus était si fine qu’il sentirait tout. Il se demanda ce qui était le plus excitant, savoir qu’ils étaient deux dans Julie, et qu’ils allaient être deux à la fouiller, ou que ce sexe qu’il avait déjà sucé et caressé tant de fois, était là, contre le sien, bien que séparé par une fine membrane, et qu’en faisant l’amour à Julie, il faisait aussi l’amour à Phil.

Ils comprirent immédiatement que dans une telle position, il fallait que l’un d’entre eux reste immobile pendant que l’autre bougeait. Julie les encouragea :

Je veux que vous me fouilliez bien, que vous rentriez bien profond en moi et que vous me caressiez à l’intérieur.

Michel l’attrapa par les hanches et l’immobilisa, pendant que Phil faisait aller et venir sa queue dans son vagin, procurant autant de plaisir à Julie qui frémissait et gémissait qu’à lui qui jouissait non seulement d’être enserré par l’étroit conduit anal, mais aussi de sentir la queue de Phil évoluer contre la sienne. Quand Phil relâcha la pression, ce fut lui qui fit aller et venir son sexe dur comme la pierre dans l’étroit conduit anal. Il avait toujours le sentiment, quand ils faisaient l’amour qu’il gardait le contrôle, c’était la première fois qu’il se sentait partir, un peu comme s’il était ivre, et cette sensation n’était pas désagréable. Une chose était sure, Julie éprouvait un plaisir intense  à être ainsi prise par deux hommes. Elle gémit :

-Oh que c’est bon d’avoir deux queues en soi…Je voudrais qu’elles soient encore plus longues et que vous me traversiez tout le corps…

Ils bougèrent ainsi longtemps, avant qu’elle n’expulse la queue de Phil, et  ne s’arrache du pieu de Michel planté dans son anus. Elle ôta les deux préservatifs et les fit se rapprocher pour que leurs queues soient proches.

Je veux que vous m’arrosiez de sperme, mais que vous restiez durs pour qu’on joue encore.

Elle les branla vigoureusement juste devant son visage, fermant les yeux en prévision de ce qui allait se produire. Ils jouirent en hurlant, libérant leur semence sur son visage. Elle les laissa se vider et, le visage maculé, elle se mit à les caresser, pour garder leur dureté. Mais ce n’était pas vraiment un problème, leurs queues, bien qu’ayant légèrement ramolli, retrouvèrent rapidement leur fermeté.

Elle attrapa à nouveau deux capotes, et les gaina avec autant d’habileté que de rapidité. Michel la regarda, puis regarda Phil. Il lui apparut comme une évidence que Julie était un catalyseur et que ce qui allait se produire dans les prochaines minutes n’aurait sans doute pas eu lieu s’ ils ne s’étaient pas rapprochés en sa présence. Certaines personnes faisaient ressortir le meilleur chez les autres, d’autres le pire, Julie, elle, amenait les gens qu’elle côtoyait à vivre enfin cette sexualité qu’ils n’auraient pas forcément exprimé, enfouie en eux, et à en tirer du plaisir.

Elle les guida, faisant s’installer Phil sur le lit, puis amenant Michel au dessus de lui. Elle attrapa la queue de Phil, la masturba en même temps que la sienne, geste pas vraiment utile parce qu’ils étaient tous les deux au maximum de leur érection, excités par ce qui allait se produire, puis amena le gland dilaté contre la muqueuse anale de Michel. Ce dernier se rendit compte qu’il attendait cela depuis plusieurs semaines sans se l’être vraiment avoué. Julie appuya sur ses hanches, et il s’empala sur le membre épais. Il craignait d’avoir mal, mais lorsque le gland ouvrit la muqueuse anale, il n’y eut qu’une légère brûlure. Sentir la queue glisser en lui et le remplir lui procura une rare félicité. Quand il eut enfin totalement absorbé la queue, assis sur les cuisses de son amant, éprouvant le bonheur intense de se sentir rempli, Julie vient masturber son sexe, dressé contre son ventre. Il se sentait déjà au bord de la jouissance et il dut se maîtriser pour ne pas se libérer dans la main de Julie.

Phil l’attrapa par les hanches et le fit monter et descendre sur son sexe qui à chaque fois qu’il ne pénétrait lui semblait s’enfoncer en lui plus profondément, jusqu’à remplir son corps tout entier. Julie n’interrompait pas sa masturbation, et c’était pour lui à la fois un délice un supplice, parce que sa jouissance provenait de deux sources, qui finirent à un moment par se rejoindre, mais aussi parce qu’il se sentait au bord de l’orgasme et il devait faire un effort surhumain sur lui-même pour ne pas y céder.

Julie se décida à le prendre dans sa bouche, faisant aller et venir ses lèvres sur lui dans un mouvement qu’elle s’efforça d’accorder avec celui qui ouvrait ses chairs. Il sut qu’il n’allait pas tenir longtemps, et effectivement il explosa, se vidant une deuxième fois dans la capote. Il glissa sur le côté, vidé, regarda Julie venir le remplacer et s’empaler sur la queue dilatée, se la fourrant dans l’anus. Elle bougea sur lui, en même temps qu’elle frottait d’un moment rapide et convulsif sa main sur ses lèvres. Ils jouirent ensemble, et elle cracha de grands traits de liquide.

Un quart d’heure plus tard, ils partageaient ensemble un gâteau au chocolat que Julie avait mis à cuire juste avant qu’ils ne commencent à faire l’amour. Michel, la regardant, puis regardant Phil se dit, dans un moment d’émotion qu’il se souviendrait jusqu’à sa mort de cet anniversaire et de la manière que Julie, maîtresse de la cérémonie, avait eu de le fêter.

*****************

Retrouvez la série complète :

Épisode 1 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-1/

Épisode 2 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-2/

Épisode 3 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-3/

Épisode 4 : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/julie-bonne-a-tout-faire-lanniversaire-partie-4/

Retrouvez les autres histoires de Frédéric Gabriel : http://www.meshistoiresporno.com/author/frederic-gabriel/

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *