La femme trompée (partie 1)

12345
Loading...

tiphaine2000


adultèrevieux et jeunevoyeurisme



LA FEMME TROMPEE

Partie 1

Je suis une femme de trente-huit ans, assez mince, brune, mariée depuis sept ans.

Ce jour-là, je rentre du travail plus tôt que d’habitude et j’arrive donc chez moi une heure plus tôt que normalement. Lorsque j’approche de la maison, je remarque une voiture garée dans l’allée. Mon mari doit recevoir.

Je me gare donc à coté et me dirige vers la maison. Aujourd’hui le temps est assez doux, je porte une jupe qui tombe juste au dessus des genoux et un corsage.

En me postant devant la fenêtre, je peux voir parfaitement le salon. Et là je découvre les fesses de mon mari sur le canapé… avec des jambes qui entourent ses hanches.

Je reste figée là, regardant ce fessier disparaître et réapparaître derrière la table . je reste plantée sans rien faire, ne pouvant plus mettre un pied devant l’autre, complètement tétanisée par cette vue.

Mon mari me trompe, et sous notre toit en plus ! Mais bizarrement, aucune colère ne monte en moi, je regarde mon mari prendre du plaisir avec une autre et je ne fais rien, je reste là comme si je regardais un porno. Un mauvais porno d’ailleurs, car il faut savoir, que mon mari est loin d’être un étalon, au contraire, il est du genre petite bite qui chatouille. Cela m’arrive très régulièrement de me goder après son passage pour que je prenne un peu mon pied.

Quoiqu’il en soit, je le regarde s’envoyer en l’air sans oser rentrer, sans oser m’énerver, sans oser dire quoique ce soit. C’est à ce moment là que je voit mon mari se relever et sa maîtresse se mettre à quatre pattes devant lui. De là où je me trouve, je peux voir son joli cul galbé, car oui faut l’avouer elle semble avoir un sacré fessier bien rebondi.

Elle tourne la tête… Oh !… je la connais ! C’est sa jeune collègue de dix-neuf ans… il me trompe avec une femme qu’il m’a déjà présentée et invitée à la maison et qui a la moitié de mon âge. J’imagine alors sa petite bite dans ce cul qui me fait face, je me surprend a sentir une excitation en l’entendant un peu gémir. Sans vraiment m’en rendre compte je remonte ma jupe et commence à glisser ma main dans ma culotte. Mon clito se gonfle rapidement de plaisir, mes doigts jouant avec au rythme des coups de reins de mon mari dans le cul de sa maîtresse. Ma culotte glisse doucement le long de mes cuisses, puis de mes jambes, jusqu’à mes chevilles. Mes doigts alternent alors entre se glisser dans mon vagin et jouer avec mon clito. Je sent un peu de mouille couler dessus et sur mes cuisses, que j’écarte pour me doigter plus vite en regardant cette salope donner son cul a mon mari.

Je le vois ensuite se retirer de sa maîtresse, qui se retourne et me fait face. Elle dirige sa main vers le sexe de mon mari et je devine qu’elle commence une masturbation, sûrement pour le faire jouir. Je la vois regarder dans ma direction, elle va me voir… elle m’a vue, oui suis certaine qu’elle m’a vue.

D’ailleurs, elle me sourit, et je la devine accélérer ses mouvements masturbatoires. Elle tourne un peu de profil mon mari, exprès pour que je vois sa bite bander pour elle. Elle s’agenouille. En me lançant des regards sans équivoque, elle prend petit à petit la bite dans sa bouche. Mes doigts s’enfoncent entièrement dans ma chatte. Ses lèvres glissent jusqu’à ses couilles. Elle suce tout en me dominant du regard, me figeant encore plus que je ne l’étais. Je la vois masser ses bourses tout en accélérant ses mouvements de va et vient, je reconnais les mouvements de mon mari, il va jouir… Il lui jouit dans la bouche. Elle me montre bien le sperme sur sa langue, elle me nargue…

Quelques minutes plus tard, elle se rhabille et se prépare à sortir. Je n’arrive pas à bouger, suis toujours figée là, la culotte sur les chevilles au moment ou elle ouvre la porte.

Elle sort, me regarde, regarde ma culotte et met un doigt devant sa bouche m’indiquant quoi ? Qu’elle dira rien ? Ou que je dois rien dire ?… Elle s’éloigne.

Il me faudra bien une bonne dizaine de minutes pour rentrer après son départ. Je ne dis rien à mon mari, mais l’image de sa maîtresse le suçant en me regardant va rester encrer dans ma tête le reste de la journée.

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *