Les Chroniques d’Ericque – Chapitre 1 : La découverte

12345
Loading...

ericquevanieroti


initiationpremière foisromancesoft



Pas de soucis à tout à l’heure !

Éricque raccroche. Nous sommes à la toute fin des années 90 et, à ce moment-là, nous n’étions pas tous connectés par des smartphones capables de tout faire, c’est donc pour cela que le combiné que l’adolescent repose est muni d’un fil et que la communication qu’il vient de passer a transité par les lignes que l’on appelait fixes.

Comme quasiment tous les jours au cours de cet été-là, Éricque va se rendre chez son meilleur ami qu’il considère quasiment comme un frère même s’il ne le connaît que depuis très peu de temps : Jean-Philippe. Ils se sont rencontrés en début d’année scolaire au lycée et se sont très vite bien entendus en s’étant rapidement trouvés de multiples points en commun : une passion certaine pour le football ainsi que pour les jeux vidéos mais aussi leur incapacité à pouvoir séduire les filles.

Cela peut se comprendre pour Jean-Michel qui a malheureusement un physique bien trop rond pour pouvoir plaire à des adolescentes plutôt attirées par des beaux gosses du style de Johnny Depp ou de Robbie Williams et la manière très spéciale qu’il a de s’habiller n’aide pas mais en ce qui concerne Éricque c’est surtout sa timidité et son manque de confiance en lui qui l’empêche de pouvoir conquérir le cœur des filles qu’il convoite.

Éricque a 17 ans. Il est pourtant un jeune homme très charmant avec des yeux verts magnifiques et une musculature plutôt bien développée pour son âge alors qu’il fait très peu de sport en règle générale.

Nous sommes déjà à la fin du mois de juillet et l’été est très chaud à Marseille où il vit avec ses parents et son petit frère. En se préparant face à son miroir, Éricque ne peut manquer de poser ses yeux sur le reflet de son pénis dans le miroir en se lamentant du fait que la seule main qui ait pu jouer avec soit la sienne exception faite de celle d’Émilie qui est la fille d’un ami de sa mère avec qui il a fait connaissance l’été dernier. Il se souvient très bien de comment les choses avaient « dérapé », par un concours de circonstances assez surprenant, il s’était retrouvé seul dans sa chambre avec elle et elle lui avait fait un rentre dedans pas possible qui l’avait conduit à la laisser le masturber alors qu’elle avait deux ans de moins que lui et qu’au fond, elle ne lui plaisait vraiment pas si ce n’est ce regard d’aguicheuse et de petite cochonne qu’il n’avait apparemment jamais vraiment bien remarqué avant cet épisode. Hormis cela, rien du tout, et ceci commence réellement à le travailler et à lui faire se poser des questions comme de savoir s’il perdra enfin sa virginité un jour et si oui, qui sera l’heureuse élue. Qui sera l’heureuse élue qu’il pourra pénétrer et faire jouir à outrance ? Qui sera l’heureuse élue qui acceptera de balader ses lèvres sur son corps ? Qui sera l’heureuse élue qui voudra bien le laisser jouer avec ses lèvres, ses tétons, ses fesses et son sexe ?

C’est avec toutes ses interrogations encore en tête qu’il fait le court chemin qui le sépare de chez lui à chez Jean-Philippe : à peine une centaine de mètres tout au plus. Arrivé devant chez son camarade, il ne prend pas la peine de sonner, il pousse le portail du pavillon que, celui que ses copains de lycée surnomment J-P, partage seul avec sa mère célibataire. C’est ce qu’il a l’habitude de faire depuis maintenant plusieurs semaines puisqu’on peut dire que cette petite villa sympathique quoiqu’un peu vieillotte est comme sa seconde maison.

Par contre, ce qu’il a moins l’habitude de voir est cette personne qui se tient là  debout au milieu du jardin et qui habituellement n’occupe pas les lieux : une fille, non disons plutôt une femme. Une femme. Une femme adulte. Une jeune femme. Une jeune femme adulte mais tellement magnifique : des yeux éclatant de beauté dont on ne saurait dire s’ils sont bleus, gris ou verts tellement toutes ces couleurs se mélangent entre elles au sein d’un regard perçant et espiègle à la fois, une longue chevelure raide et noire qui descend jusqu’à des fesses spectaculairement rondes et appétissantes coincées dans un jean que beaucoup aimeraient certainement déboutonner pour libérer ces splendides rondeurs que l’on peut retrouver au détour d’une généreuse poitrine subtilement mise en valeur par un décolleté assez plongeant pour qu’on vienne y perdre un désir envieux de savoir si ces seins sont aussi doux qu’on veut bien le croire. Doucement, alors qu’Éricque reste figé sur place, elle se retourne et lui adresse un grand sourire qui la rend encore plus divinement belle et désirable découvrant des dents d’une blancheur éclatante encadrées par des lèvres pulpeuses dont on rêverait qu’elle vienne se promener sur nos verges agrandies par le désir. Durant ce court laps de temps, il a aussi la possibilité de pouvoir deviner à quelle point sa peau doit être douce, une peau que l’on voudrait couvrir de baisers dans une étreinte chaude et effrénée.

Il ne le sait pas encore mais il vient de trouver l’heureuse élue.

À suivre…

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *