Retrouvailles…

Retrouvailles…

12345
Loading...

Vanda




Ils ne s’étaient pas vus depuis plusieurs semaines et Marie avait un besoin impérieux d’assouvir son désir et de prendre possession du corps de Julien. Quand il ouvrit la porte ce jour-là, elle mouillait déjà d’excitation. Une fois entrée, elle posa sac, manteau et plaqua Julien au mur pour l’embrasser… Ses mains parcouraient son torse, ses bras, ses fesses, remontaient vers la nuque.

Julien fut surpris mais, à son tour, l’excitation monta. Marie déboutonna sa chemise, dégrafa le pantalon et le lui enleva… Une bosse prometteuse commençait à poindre.

Elle le poussa vers le bar tandis qu’à son tour, elle se ôtait sa robe, se retrouvant en ensemble soutien-gorge, jarretelle et bas noirs. Marie caressa Julien tout en l’embrassant avant de baisser brusquement son caleçon. Elle était brûlante de désir et mouillait de plus en plus… Comme une chatte en chaleur qui réclamait l’assaut.

Le sexe dressé de Julien devant les yeux, sa bouche se fit gourmande et elle le prit, intensément, jouant de sa langue autour du gland, de la queue et l’enfonçant au plus profond pour en laper les bourses. Julien eut un sursaut de surprise et soupira de plaisir…

Les mains de Marie parcouraient le torse, les cuisses, les fesses, le sillon, s’aventurant vers le petit trou… Ses seins étaient tendus à travers la dentelle de son soutien-gorge et elle regardait Julien tout en le suçant… Des va-et-viens amples et profonds, lents et rapides en alternance, aspirant cette belle queue pour la sentir chaque fois un peu plus…

Elle obligea Julien à se pencher, à la toucher les seins, le dos, à lui caresser ces fesses qu’il appréciait tant, à les gifler… Pris au jeu, il intensifia ces mouvements, caressant les lèvres gonflées de Marie, sa fente humide, s’aventura vers le sillon des fesses, écartant sans ménagement sa culotte pour y glisser un doigt. Penché sur elle, Marie à quatre pattes et continuant à sucer cette queue… Ils suivaient leur rythme, toujours plus vite, plus fort…gémissaient de plaisir… La queue de Julien était dure, grosse…

Marie était femme, chatte et chienne à la fois et ce soir, elle voulait être baisée comme telle. Alors elle se releva… Elle embrassa Julien fougueusement et lui intima l’ordre de la prendre là, tout de suite… Elle voulait sentir cette queue envahir sa chatte, son cul… Elle voulait sentir les coups de rein de Julien… Elle voulait qu’il la baise bestialement… Qu’il assouvisse leurs désirs.

Alors, Julien la retourna, lui écarta les jambes et sans prévenir, enfonça sa queue dans sa chatte ouverte, humide et chaude par l’excitation… Chatte, chienne en chaleur…

Sa main droite la retenait à la hanche, tandis l’autre parcourait les fesses, les claquant, montait le long du dos, caressait les seins, serrait la gorge…

Marie se cambrait chaque fois davantage, à chaque assaut de Julien… Et elle gémissait, et elle sentait son souffle s’accélérer, chaud dans sa nuque…

Et puis, il se dégagea, elle le suça, goûtant à son propre jus… Julien la maintenait par ses cheveux trempés de sueur… Et elle lui griffait ses fesses, son dos… Oh ! Qu’elle aimait cette queue qui la baisait si bien…

Et puis, il se retira d’elle, la releva et la pencha en avant… Mouillée de désir, elle attendait l’assaut…

Il caressa son petit trou et s’enfonça en elle. De petits va-et-viens pour l’habituer, jouant avec Marie qui n’en pouvait plus… Puis de plus en plus profondément, jusqu’à la garde, et Marie en avait mal de plaisir… Julien resta en elle pour qu’elle se détende… Alors, elle commença à onduler du bassin pour sentir cette queue en elle, exciter Julien qui regardait ce cul offert… Il bandait dur et commença des va-et-viens lents, puis de plus en plus rapides, Marie se contractant autour de cette queue… C’était si chaud, si humide, si étroit…

Julien râlait de plaisir et Marie gémissait sous ces assauts… Elle voulait le sentir, elle aimait cette queue… Leurs corps électrisés étaient parcourus de frissons de plaisir… Julien se pencha en avant pour lui caresser le clitoris, elle bougea le bassin pour se sentir envahie…

Et Julien accentua ses mouvements, Marie se cambrant chaque fois, se caressant… Et ils gémissaient, leurs corps électrisés…

Et dans un dernier sursaut, un dernier coup de rein, Marie sentit le foutre de Julien envahir son cul… Elle ondula pour sentir jusqu’au bout son sexe tandis que dans une dernière caresse, une chaleur monta en elle et elle reçut sa jouissance…

Encore en elle, Julien la prit dans ses bras, tendre… Laissant leurs corps repus reprendre leur souffle…

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *