Sacrée soirée !

12345
Loading...

ZeroG


adultèreondinismetriolisme



Quelques semaines après ma première visite, je retourne chez mes amis lorrains.

Ma venue chez Marine et Jean est comme d’habitude très conviviale.

Mes hôtes m’attendent pour dîner, accompagnés d’une invitée surprise, Océane.

Océane, une amie de lycée de Marine, dentiste de profession, est une fille blonde d’une trentaine d’années aux courbes agréables.

Légèrement plus petite que son amie, elle parait beaucoup s’intéresser aux « sciences parallèles » telles que j’aime les pratiquer.

Lors de la conversation, Marine aborde le sujet tant convoité : les vertiges dont elle souffre.

Océane lui avoue qu’elle aussi, a de temps à autres ce type de malaises et qu’elle ferait n’importe quoi pour s’en débarrasser.

Eh bien, cela tombe bien car nous avons ici un spécialiste qui va pouvoir t’aider, n’est-ce pas mon ami !

Ne sachant pas trop quoi répondre car embarrassé par la présence de Jean, je bafouille quelques banalités puis j’avoue enfin que je possède des connaissances permettant de calmer ces soucis.

La soirée se poursuit dans une franche rigolade et comme je suis un peu fatigué du voyage, je demande la permission de monter me coucher. Nous avons bu plus que de raison et demain sera une dure journée de travail. Océane se lève également de table pour aller aux toilettes. Sa chaise recule, la jeune femme titube et s’affale au sol, heureusement sans mal.

Ouh, la tête me tourne, gémit-elle.

Tu ne peux pas conduire dans cet état, lui dit Jean. Nous allons te garder pour la nuit !

Océane, dans un état second, parvient à rejoindre le siège des toilettes où malgré la porte fermée, on peut entendre le chuintement de son urine qui s’écoule dans les WC.

Un bruit délicieusement excitant pour moi…

Après en être sortie, Jean lui propose de s’installer sur le canapé du salon où elle pourra passer la nuit.

Marine et Jean montent se coucher et alors que je vais en faire autant, Océane m’appelle auprès d’elle.

Peux-tu m’aider à guérir ces malaises ? me demande-t-elle.

Certainement, mais pas dans ton état.

Marine m’a parlé du traitement que tu lui as fais subir et elle en est ravie, mais rassure-toi : Jean n’est pas au courant.

Ça, c’est une bonne chose, me dis-je, car je ne veux pas créer d’histoires entre eux.

Fais-moi ce que tu lui a fais, me dit-elle. Je suis prête à tout, même aux pire !

Quelle invitation ! J’ai devant moi une jolie poupée avec laquelle je vais pouvoir jouer !

OK, nous avons un peu de temps devant nous et comme tu as déjà pris une partie du traitement, nous allons passer à des choses plus sérieuses.

Tout d’abord, permets-moi de te dévêtir, car le traitement n’est efficace que lorsqu’on est nu ; tu es sûre que tu veux vraiment poursuivre ?

Vas-y ! me dit-elle à voix basse.

Je me mets donc à genoux devant Océane qui est assise sur le canapé du salon. Mes mains s’affairent à déboutonner son chemisier et j’aperçois rapidement ses deux petits seins enfermés dans son soutien-gorge, qui ne demandent qu’à être libérés. Je m’attaque à présent à son jean.

Elle m’aide dans l’opération en soulevant son bassin. Elle est à présent en petite tenue devant moi et je commence à sentir mon sexe qui se manifeste.

Peux-tu continuer seule ? je lui demande.

Océane enlève son soutien-gorge puis sa petite culotte. Elle est maintenant prête et offerte à mon bon plaisir. De son pubis châtain clair taillé en triangle, ressort une magnifique vulve et on peut deviner à son sommet un joli clitoris rebondi, prêt à être manipulé.

Je prends sa petite culotte et la porte à mes narines, prétextant le début de l’examen. Son odeur de femelle en chaleur mêlée d’urine m’excite profondément et je sens mon sexe battre comme un fou dans mon pantalon.

Nous allons passer aux toilettes pour éliminer les mauvaises ondes, lui dis-je.

Bien sûr, me répond-elle d’un air entendu. Les mauvaises ondes ! Tu ne crois tout de même pas que je vais gober ton histoire de médecine parallèle tout de même ! Si je peux te rassurer, Marine non plus n’y croyait pas !

Étonné par cette réflexion, je repense aux ébats auxquels nous nous sommes livrés. Marine n’y croyais donc pas et elle s’est laissée faire ! La bière, le tampon, l’urine sur ma main, l’auscultation gynécologique, les pénétrations…

Tous ces jeux sexuels auxquels nous avons goûtés, Marine les a donc acceptés sans rechigner !

Troublé dans cette réflexion, j’en oublie presque Océane qui attend que je l’accompagne aux toilettes.

Elle s’assied sur le siège et commence à faire pipi.

Attends ! lui dis-je en écartant ses cuisses accueillantes. Je passe ma main droite sur son sexe humide et écarte légèrement ses petites lèvres gonflées. Ce geste déclenche alors une réaction espérée.

Océane se tortille et je sens le flot chaud et odorant de l’urine dorée couler sur ma main.

Tu aimes ça hein ! me dit-elle.

Bien sûr que j’aime çà ! J’aurais même souhaité qu’elle le fasse dans ma bouche mais je ne vais pas la première fois, demander l’impossible !

Sa miction terminée, de deux doigts j’entrouvre sa vulve qui ressemble à présent à un papillon prêt à s’envoler.

Elle écarte encore plus largement ses cuisses et je m’approche du bord de la cuvette des toilettes afin d’explorer de ma langue sa petite chatte encore trempée de pisse chaude.

Par manque de place, la porte des toilettes est restée ouverte et pendant mon exploration, j’éprouve à plusieurs reprises le sentiment bizarre d’être observé.

Après ces préliminaires, Océane essuie son sexe puis nous sortons des toilettes un peu groggy par ces attouchements particuliers.

Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? me demande-t-elle naïvement.

Je n’ai pas pris mes instruments d’auscultation mais je vais quand même m’occuper de ta petite chatte, lui réponds-je. 

J’y compte bien ! me dit-elle d’un air entendu.

Océane m’observe et je sais qu’elle me prend pour un vieux pervers.

Mais une exhibitionniste et un pervers vont si bien ensemble…

Allongée sur le canapé, elle attend passive et lascive que je commence à la caresser.

Lève un peu les jambes.

Les jambes relevées, j’entreprends d’écarter à nouveau ses cuisses afin qu’elle me présente son sexe poilu.

Sa chatte est magnifique. La blondeur des poils dévoile une vulve charnue qui me fait bander comme un âne. Je sors mon sexe qui n’en peut plus, puis je me couche à la place d’Océane et lui dis :

Viens sur moi que je te lèche !

Elle m’enjambe puis vient placer son magnifique postérieur sur ma langue goulue.

Dans cette position du soixante-neuf elle fait de même en m’aspirant la bite, dans un concert de bruits de succions.

Je lui mange la vulve et aspire tout ce qui passe à portée de ma bouche. Je mordille ses petites lèvres charnues, aspire le petit bouton d’amour et astique son vagin de ma langue pointue.

Océane n’en peut plus. Les orgasmes se succèdent à un rythme effréné. Je bois la cyprine qui s’écoule de son sexe et je sens que je vais bientôt me déverser dans sa bouche accueillante.

Mais ma petite vicieuse est experte en la matière et elle sait très bien jouer de la langue et serrer mon pénis pour empêcher une éjaculation trop précoce.

Je lui demande de changer de position. Elle se retourne et m’enjambe à nouveau puis vient s’asseoir sur ma bouche, de sorte que j’aie un accès direct à toute son intimité.

Je peux la voir onduler et tressauter sous mes coups de langue agiles qui pénètrent son vagin humide. Depuis ma position, j’ai une vue panoramique sur ses petits seins qui se balancent au gré de ma dégustation.

Tandis que je la fouille de ma langue, j’entends un bruit léger qui semble provenir des escaliers qui montent dans les chambres.

Pas de doute, quelqu’un arrive à pas feutrés vers nous, mais depuis l’étau serré des cuisses d’Océane, je n’arrive pas à identifier la personne.

Puis je sens un autre frôlement, une main qui agrippe ma verge prête à exploser et une paire de fesses qui viennent s’asseoir sur mes jambes, puis sur mes cuisses, puis…je sens ma bite aspirée par un organe chaud et humide.

Cela fait un moment que je vous observe tous les deux, dit Marine en s’empalant sur mon sexe. « Vous semblez bien vous amuser et j’aimerais aussi en profiter un peu !

Incroyable ! Je vis un rêve éveillé. Deux magnifiques poupées pour moi tout seul !

Je soulève légèrement les fesses d’Océane afin de dégager ma bouche.

Et Jean, que fait-il ? Je demande à la nouvelle immolée entre deux coups de langue sur la vulve d’Océane.

Il dort à poings fermés, me répond Marine. Il a eu une journée éprouvante et semble bien incapable de me satisfaire ce soir !

Et puis moi ce soir, j’ai envie de baise, alors s’il te plaît, occupe toi de moi comme tu l’as si bien fait à ta dernière visite !

Demandé de la sorte, je ne peux que m’exécuter.

Marine me chevauche si bien que quelques mouvements saccadés suffisent à provoquer l’éjaculation fatidique.

Elle sort mon sexe de sa chatte et mon sperme part aussitôt en giclées qui éclaboussent largement le dos d’Océane.

Puis elle lèche avec application les quelques gouttes de liqueur qui perlent encore au bout du gland rougi par les frottements répétés.

J’en veux encore ! dit-elle sur un ton d’enfant gâtée. C’est pas juste, Océane t’a trop fatigué !

Allons jouer dans la salle de bains, je propose. Nous y serons mieux pour la suite de nos expériences.

Je sens les poils pubiens d’Océane frôler mes narines pendant qu’elle descend de ma bouche avide.

Marine en fait autant et nous nous dirigeons vers l’endroit qui doit nous permettre de rebondir sur une nouvelle partie de jambes en l’air.

À pas feutrés, afin de ne pas réveiller Jean, nous entrons dans la pièce d’eau et Marine entreprend de faire couler un bain d’eau claire.

J’ai encore envie de faire pipi, dit Océane d’un air innocent et presque coupable en s’asseyant sur la cuvette des toilettes.

Je l’embrasse alors goulûment comme pour la remercier de cette nouvelle douche dorée et caresse son entrejambe de ma main libre.

Mes doigts s’aventurent dans ses replis vulvaires et je sens couler un flot d’urine chaude sur ma main.

J’aime bien quand tu me caresses pendant que je fais pipi, me dit-elle. C’est la première fois qu’on me le fait.

N’est-ce pas que c’est bon ! renchérit Marine. Moi aussi j’en ai envie ! Avec toi, mon ami, j’ai découvert des choses insoupçonnées que je n’avais même pas imaginées dans mes fantasmes les plus débridés, me dit-elle en prenant la place encore chaude sur les toilettes.

Elle s’assied sur la cuvette, ouvre en grand ses jambes fuselées, afin que je puisse distinguer son minou encore insatisfait, me prend la main qu’elle dirige vers son sexe et ouvre ses écluses dans un chuintement presque indécent. Je caresse sa vulve, descends vers le périnée et trouve le petit trou plissé que j’ai tant aimé perforer à ma dernière visite.

Oooohhh !!! Ouiiiii !!! Vas-y, mets-moi ton doigt ! Je veux jouir du cul ce soir !!!

Demandé de la sorte, comment refuser ! Mon majeur imprégné d’urine et de cyprine fouille le petit trou du cul de Marine, qui commence à se trémousser sur la cuvette des toilettes.

Attentive à nos attouchements, Océane nous observe, assise sur le bord de la baignoire, en caressant ses petites lèvres rosées et pendantes.

Mon va et vient digital dans le cul de Marine réussit à provoquer une nouvelle érection de mon sexe qui reprend vigueur subitement.

Ton doigt est bien petit, j’aimerais quelque chose de plus gros » me dit Marine en lorgnant du côté de ma bite raidie.

Moi aussi j’aimerais bien essayer par derrière, dit Océane tout en se masturbant frénétiquement.

Comment résister à de telles demandes ! Surtout de la part de deux superbes filles en chaleur !

En attendant, prenons un bain, çà nous rafraîchira un peu les idées » proposais-je.

Je m’assieds donc dans la baignoire, Océane vient me rejoindre en me tournant le dos puis Marine fait de même. Je peux donc avoir accès à toutes les parties intimes des filles et les caresser à volonté.

Nous nous savonnons abondamment. Le savon a même tendance à lubrifier ces corps que j’ai bien l’intention de pénétrer à nouveau. Marine se met debout dans l’eau et pose la jambe droite sur le bord de la baignoire. Océane s’avance légèrement et se positionne exactement sous sa chatte. À mon grand étonnement, elle se met à laper le sexe de mon amie à grands coups de langue et à pénétrer sa chatte avec ses doigts imprégnés de savon.

Je peux à loisirs profiter de la position des deux filles pour insérer mon index dans l’anus de Marine qui commence à se tortiller de plaisir.

Oooohhh, que c’est bon, continuez, oh oui, je vais jouir…! râle la femme pénétrée des deux côtés.

Et en effet, elle jouit, mais en silence afin de ne pas réveiller son conjoint endormi…

Séchons-nous et retournons dans le salon, nous y serons mieux pour la suite, je propose.

Sur le parquet du salon est posé un épais tapis qui conviendra très bien pour la séance de sodomie que je réserve aux deux filles. Nous aurons plus de place et l’endroit est plus frais.

J’invite Marine à se coucher sur le dos et place Océane tête-bêche au dessus d’elle.

Les filles ne tardent pas à se caresser et à faire mouiller leurs jeunes chattes.

Je m’installe donc en levrette derrière Océane qui me présente son fessier dodu et sa rondelle prête à être perforée.

Tu es toujours d’accord Océane ? je lui demande.

Vas-y, tu peux y aller, mais doucement, ce sera encore meilleur, me répond-elle.

Je mets un préservatif sur mon sexe tendu puis pénètre son vagin lentement pour y chercher la cyprine lubrifiante. Quelques va et vient plus tard, je présente ma verge sur sa petite rondelle plissée et force doucement le passage de l’anus.

Détends-toi, fais comme si tu poussais pour ouvrir ton petit trou quand tu vas aux toilettes. Elle m’écoute et mon sexe entre plus facilement dans ses fesses écartelées.

Mes mouvements répétés dans ce superbe fessier ne tardent pas à provoquer un premier orgasme à Océane, pourtant occupée à brouter le minou de Marine.

Celle-ci peut à loisir lécher la chatte d’Océane et me sucer les testicules lorsqu’ils passent devant sa bouche.

Maintenant, on inverse ! j’ordonne.

Océane passe donc en dessous et Marine au dessus.

Je vais maintenant prendre Marine comme j’ai pris Océane. Mais avant de lui perforer la rondelle, je remplace le préservatif, hygiène oblige !

Quelques allers et retours dans son vagin, puis direction le petit trou !

À ma grande surprise, ma verge n’a aucun mal à entrer par sa petite porte.

Ma parole, tu t’es entraînée pendant mon absence, non ? je la questionne.

Tu as deviné, c’est vrai, mais sans le concours de Jean qui n’aime pas cette pratique…

Mais comment fais-tu alors, tu te godes ?

Oui, au début avec des légumes puis j’ai acheté sur Internet un vibromasseur spécial qui me fait régulièrement monter au septième ciel.

C’est parfait, cette fois je ne risque donc pas de laisser le préservatif dans le fondement de ma petite chérie !

Marine prend donc son pied comme il se doit et je sors de ses fesses pour éjaculer dans son bel abricot fendu.

Les deux filles sont ravies de cette expérience à trois. Elles se découvrent une attirance mutuelle et se promettent de se revoir seules. Elles se regardent malicieusement et me disent en concert :

On a encore envie de faire pipi !

Quand on dit des filles que ce sont des pisseuses, c’est bien la vérité !

Allons sur la terrasse, nous y serons plus à l’aise, je propose à mes deux fontaines.

Je m’assieds par terre, sur la dalle de la terrasse encore chaude, Océane vient se placer au dessus de moi et laisse couler un filet d’urine en direction de ma bouche grande ouverte.

Je bois et me délecte du nectar doré qui s’échappe de son méat. Sa pisse chaude et salée coule le long de mon menton et se répand partout sur la terrasse. Marina en fait autant mais cette fois en collant sa chatte directement sur mes lèvres entrouvertes. Je profite de l’occasion pour jouer de la langue sur cette vulve magnifique.

Elle se met à gémir lorsque j’introduis deux doigts dans son vagin tout en mordillant son petit clito.

Son urine se mélange à présent à sa cyprine et je sors mes doigts de temps à autre pour déguster ses sécrétions vaginales qui me rendent fou.

Les deux filles ont des vulves charnues comme je les aime. Les petites lèvres bien développées ressortent nettement au milieu de leurs pubis poilus et c’est un ravissement de les voir se caresser et écarter leurs sexes pour que je puisse voir l’intérieur de leurs chattes humides.

Océane n’est pas encore rassasiée de sexe. Comme elle est fine, je décide de lui manger la chatte en réalisant un soixante neuf debout. Je l’entraîne vers le canapé, m’assieds, puis l’attire vers moi.

Suce moi et viens mettre ta chatte sur ma bouche !

Elle s’exécute et j’en profite pour lui mettre les fesses en l’air, les jambes appuyées sur le dossier du canapé. Dans cette position, j’ai une vue incroyable sur son abricot poilu. Les effluves remontent jusqu’à mes narines et je commence mon repas par son petit trou encore entr’ouvert que je lèche à grands coups de langue.

Je me redresse alors pour me mettre debout. Océane se retrouve la tête en bas, et s’applique à lécher la sucette magique qui palpite dans sa bouche. De mon côté, je m’affaire à triturer et à mâchouiller ses petites lèvres, à lécher son clitoris, et je prends un malin plaisir à introduire ma langue dans son vagin trempé de cyprine.

Maintenue par la taille, ma bouche plaquée sur sa vulve, elle est prise de soubresauts lorsque l’orgasme arrive. Marine nous regarde et je vois bien qu’elle a encore envie de baise.

Je sors donc de la chatte d’Océane pour aller plonger dans celle de mon amie.

Encore quelques va et vient et je décharge une nouvelle fois dans son vagin brûlant tout en jouant avec son clito gonflé de désir.

On va peut-être aller se coucher maintenant ! je propose aux filles rassasiées de sexe.

Je te laisse aller rejoindre Jean ? je dis à Marine. Océane, tu viens avec moi dans la chambre du haut ?

Je te suis, me dit-elle, le canapé c’est bien pour la baise, maintenant il nous faut un grand lit pour faire l’amour.

Décidément, Océane en veut toujours plus !

Nous nous couchons, enlacés dans un baiser sans fin.

Je pénètre doucement Océane une dernière fois et nous nous endormons l’un dans l’autre jusqu’au lendemain matin.

Quelle sacrée soirée !

********

Retrouver les autres épisodes de UAR et les autres textes de ZeroG :

http://www.meshistoiresporno.com/author/zerog/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. ANTHIME JEAN le à
    ANTHIME JEAN

    c’est un tres beau texte bien ecrit avec chaquevmots bien place en
    lisant cela je voudrait faire pareil sa me fait jouir
    ecrive sur mon adresse fb que je relirait volontier
    a bientot de vous lire

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *