Théâtre érotique

12345
Loading...

Jérôme


adultère



 

Je voyais ma belle-famille pour la première fois, et ma copine n’était pas avec moi ce soir-là. La soirée était prévue depuis longtemps, mais Joëlle était clouée au lit par une bronchite. Nous étions ensemble depuis six mois, et ses parents nous avaient invités au resto et au théâtre. Je pensais passer une soirée ennuyeuse, mais je n’ai pas été déçu ! Céline, la mère de Joëlle, avait seulement 38 ans (nous en avions 20 tous les deux), et j’avoue qu’elle ne m’a pas laissé indifférent… Elle était très belle, sa peau était parfaite. Elle avait des yeux bleus pénétrants, et des cheveux blonds aux épaules. Sa robe noire sexy soulignait ses hanches pleines et ses seins lourds, et ses bas mettaient en valeur ses cuisses. Le repas s’est bien passé.

Au théâtre, nous occupions une loge en hauteur. L’ambiance était intime. Je matais, avec de moins en moins de retenue, ses cuisses magnifiques. J’avais vu un peu plus tôt le haut de ses bas, retenus par un porte-jarretelle, et ça m’avait déclenché une érection qui ne me quittait pas. Très vite, son mari s’est assoupi. Céline suivait la pièce. J’étais de plus en plus excité… Nous avions des jumelles, que nous nous passions à tour de rôle. A un moment je n’en ai plus pu, je l’ai embrassée dans le cou tandis qu’elle se penchait pour me redonner les jumelles. Elle s’est raidie un instant. Je me suis reculé en m’excusant, et elle m’a regardé en me faisant signe de me taire, sans sourire. J’étais encore plus excité. J’ai laissé passer quelques minutes. J’ai effleuré ses doigts, et elle a continué à se laisser faire. Son visage restait neutre, je ne pouvais pas savoir ce qu’elle pensait, et ça m’excitait encore davantage. J’ai recommencé à l’embrasser dans le cou. Nous avons joué à ça pendant un moment, et elle continuait à se concentrer sur la pièce.

Quand j’ai touché ses seins, elle a poussé un petit soupir. Au même moment, son mari a ronflé. Ça nous a fait rire. Je pelotais ses seins. Je bandais si fort que j’avais presque mal. Nous nous sommes embrassés. Sa bouche était chaude, et j’ai aussitôt eu envie d’y enfoncer mon sexe. Elle a pris ma langue et l’a sucée comme si c’était mon gland. J’ai mis la main entre ses cuisses, contre sa culotte. Elle était trempée. Je sentais son clito gonflé à travers le tissu humide. Quand je l’ai frotté, elle a serré ses cuisses en soupirant. Je ne faisais plus attention à rien, ni à son mari, ni à la pièce, ni aux gens. Elle a sorti ma queue de mon pantalon et m’a branlé rapidement, en pressant fort. J’ai joui presque tout de suite. Je lui ai dit : « attention, je vais venir », je ne voulais pas qu’elle s’en mette partout. Elle s’est penchée pour me pomper jusqu’à la dernière goutte ! J’ai tout lâché dans sa bouche et dans sa gorge, et elle a tout avalé.

Son mari dormait toujours. On s’est embrassé et caressé jusqu’à ce que je rebande. Elle a relevé a robe sur ses hanches et enlevé sa culotte. Elle avait une superbe chatte couverte de poils noirs et ras, aux lèvres charnues. Elle s’est empalée sur moi. Sa chatte était brûlante. Elle a donné le rythme, en roulant des hanches. Je pétrissais ses fesses. Elle avait un gros cul, une chatte profonde, je me régalais… J’ai libéré ses seins pour les lécher en même temps. Elle soupirait de plus en plus fort. Elle me chuchotait de la prendre plus vite, plus fort. On a terminé en levrette. Elle se tenait à la rambarde et me tendait son cul. On surplombait toute la salle. Au moment de jouir, elle a passé une main entre ses cuisses pour me presser les couilles. On a joui ensemble. J’ai senti sa chatte palpiter autour de ma queue et j’ai tout lâché en grognant.

Quand tout été terminé et qu’on était de nouveau assis, j’étais un peu gêné. Elle m’a chuchoté à l’oreille : « c’était très bon chéri, je suis très heureuse d’avoir fait ta connaissance ». Et puis elle m’a proposé d’essayer de suivre la fin de la pièce. Je dois avouer que nous nous sommes revus souvent, après cette surprenante soirée…

Jérôme

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *