une épreuve sexuellement transmissible

une épreuve sexuellement transmissible

12345
Loading...

Mickelkel




Sa bouche  entr’ouverte laisse échapper un petit gémissement alors qu’elle reprend son souffle. Elle serre très fort ses paupières tout en essayant de garder ses cuisses écartées au maximum.Mais c’est dur pour Annouk, jolie jeune femme de 35 ans pas du tout exercée à ce genre d’épreuve.

Elle bande ses muscles au maximum, dévoilant sa fine cambrure dorsale et ses petites fesses galbées. Pour résister à l’envie, son corps est totalement cambré,détaché du lit sur lequel elle repose.

Elle reste agrippée de toute ses forces au drap de soie blanc sur lequel elle est étendue pour résister au mieux aux fortes sensations qui la tenaille.

« Surtout ne jouis pas tout de suite » pense-t-elle.

Elle se doit de contenir à tout prix cette envie qui grandit en elle sous la stimulation constante de son clitoris.

Oh Chéri , je t’en supplie arrête quelques secondes de m’exciter ainsi . Tu ne peux pas imaginer à quel point les décharges qui se déclenchent dans le bas de mon ventre sont violentes, et dures à maitriser. J’ai vraiment envie de jouir tu sais ! Te rends-tu compte de ce que tu es en train de me faire ? Tu ne m’en voudras pas si je flanche ? Si je crie ? Oh, oui ! c’est ça, il faut que je crie, j’ai envie de crier, cela me soulagerait. Je sens que ça monte dans mon ventre et devient de plus en plus violent ! Je sens que je ne vais pas pouvoir tenir encore longtemps. C’est tellement dur de résister dans ces conditions !…

Totalement nue, allongée sur un grand lit à baldaquins richement décoré de voiles transparents, Anouk a écarté ses cuisses et étiré ses bras. Son mari la caresse depuis un long moment déjà, et chaque geste lui procure d’énormes frissons qui parcourent son corps des épaules jusqu’au bout de ses pieds.

Tout cela pourrait paraître banal, si ce n’est que la scène se déroule sous les yeux ébahis d’un petit groupe d’amis.

C’est Anouk elle même qui s’est lancé ce défi, celui de se laisser dévêtir et caresser nue sur toutes les parties les plus sensibles de son corps. Elle voulait voir jusqu’où elle pourrait aller avant de craquer, c’est à dire jouir, ou demander d’arrêter l’épreuve à tout moment, dans le cas où elle n’oserait pas aller plus loin.

Avait-elle vraiment conscience de l’épreuve qu’elle allait s’imposer ?

………. A suivre

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *