UNE PAUSE ENFLAMMÉE

UNE PAUSE ENFLAMMÉE

12345
Loading...

Calamicu




 

Sans interrompre mon explication, je sortis machinalement de la poche de ma veste mon cell-phone, attiré par le frémissement doux du vibreur.

Allo Hadja ?

Salam aleykoum Elhadj, me répondit à l’autre bout du fil ma compagne. Elhadj, je n’en peux plus. J’ai la chatte en flamme depuis ce matin et que Dieu me pardonne, j’ai beau effleurer ma petite fleur, je n’arrive pas à éteindre ce brasier qui me consume. Trouve n’importe quoi, si tu es en réunion ou je ne sais où, mais rejoins-moi s’il te plaît, Elhadj ; J’ai juste ce voile léger et transparent pour tout te donner.

Un problème ? m’interrogea d’un regard sensuel ma belle secrétaire qui me connaissait jusqu’à l’extrémité sensible de mon âme.

Une heure trente voire deux heures maximum de suspension de séance, on reprend cette réunion dès mon retour, m’entendis-je lancer à mes collaborateurs.

Dix minutes après, je poussais à peine la porte de ma chambre débouclant ma ceinture, déboutonnant mon pantalon et desserrant ma cravate qu’elle m’offrait cette vallée rosée toute trempée, les jambes en équerre. Je ne senti presque pas le contact feutré de ses longs doigts sur ma queue qu’elle en avait déjà cerclée le gland de ses lèvres chaudes, la suçant et l’aspirant au fond chaud de sa gorge, la faisant amplifier de volume et de taille.

Je la vis alors d’un geste d’une sensualité inouïe, effeuiller d’une main experte sa chatte. Mon plaisir de la voir, pour la première fois, prendre son pied par elle même, se décupla lorsqu’elle porta ma bite, chaudement grossie, à la loge de convergence de ses petites lèves abritant son petit bourgeon. Par de lents et petits frottements en va-et-vient, m’introduisant presqu’en elle, elle fit durcir sa petite queue et la grosse mienne.

Je ne vis ni le temps ni le plafond chavirer tant la chaleur de ses vulves aspira mon dard de plaisir et fit exploser d »elle un jet de jouissance dont le plash fut à peine couvert par un cri soutenu de ma Hadja préférée qui venait de connaître sa première éjaculation et jouissait de plaisir avec des convulsions comme une possédée. L’éjaculation féminine n’est donc pas uniquement du cinéma pornographique, et le gros plan de cette scène m’accompagna jusqu’à mes bureaux.

Devant mes collègues, je repris ma réunion content d’avoir éteint l’un de mes plus beaux feux.

 

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *