AUX GALERIES DES DAMES

12345
Loading...

BALCHOI Pol

ContraintesMedia 1000


BDSMpunitionSM


Broché / 160 pages


Papier 7€25 Ebook 4€49

Acheter

Non disponible
7€25

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

À chaque instant, il se passe quelque chose, aux Galeries des Dames du Monde, et pas seulement des promotions juteuses… Mais ils sont juteux quand même, ces apartés furtifs au milieu de la foule anonyme. Voyez Liliane, avec ses beaux légumes et un client avantagé, ou Corinne, victime du harcèlement du boucher en chef, Sophie dans les parfums… Rayon literie, ou papeterie, ou jardinage, mêmes débauches frénétiques, mêmes savoureuses obscénités. Pas étonnant que des terroristes s’attaquent à ce temple du vrai chic parisien. La cause est toujours pudibonde… Et pendant ce temps, au dernier étage, derrière ses écrans de contrôle, madame la directrice distribue promotions arbitraires et punitions cinglantes avec cette calme perversité de l’abus de pouvoir… Imperturbable, très dame du monde.

Débuter la lecture

Lundi 2 juin – Rue de Boulainvilliers

— Arrêtez, vous me faites mal ! Je vais crier !

— Crie !

Elle hurle, appelle à l’aide. L’homme ne prend même pas la peine de la bâillonner de sa main. Il durcit encore, grossit… Comme si c’était possible… Des pines comme ça, ça n’existe pas ! Et pourtant… Les larmes aux yeux, elle sent ce tronc d’arbre, ce bélier, la fourrager, aller, venir en elle. Et grossir encore… Elle est vaincue. La gorge en feu, la nausée au bord des lèvres, elle se tait. Le cri est inutile. Les sanglots montent, débordent.

Les rangées de vêtements sur les cintres, l’entourant de partout, l’étouffent de leur odeur de neuf. Ainsi, à la lumière crue de la lampe de poche, toutes ces manches sans mains, ces épaules sans corps, accentuent sa solitude sous les coups du violeur. Ses grognements et la douleur à chaque fois.

— Je vous en supplie… gémit-elle.

— Ta gueule !

Des tenailles insensées s’abattent et lui broient les épaules. Des tenailles pleines de doigts, les mains de l’homme. Il va lui briser les os. L’un après l’autre, à la lumière blafarde de la lampe de poche, sous des centaines de vêtements alignés. Le nez dans la moquette poussiéreuse, les lèvres baveuses, elle glisse dans cet au-delà de la souffrance, s’abandonne à son bourreau.

Quelque chose lui écrase le clito. Son corps entier s’embrase. Une flamme, une unique flamme de plaisir la calcine jusqu’au tréfonds des os, la désintègre.

Elle hurle.

Tournoie, tombe à en mourir dans la jouissance insupportable.

S’affale, vidée, sur la moquette poussiéreuse. Baudruche sous les vêtements alignés.

 

 

— Madame ?

Elle grogne, la joue contre la moquette, le nez morveux.

— Tenez.

Sans ouvrir les yeux, elle tend le bras, prend le peignoir de soie qu’on lui tend et s’assied, nue et brisée, dans l’odeur sèche de l’apprêt.

— Faut-il vous aider ?

— Ça ira, merci.

Une voix de canard grippé. Chaque fois pire.

— Je vous laisse.

— C’est cela.

Elle ne peut s’en passer. Une drogue, ce cagibi bourré de fringues et ce veilleur de nuit qui la surprend. Jamais vu un braquemart pareil. Un monstre de foire. Sa pine lui fait les couilles en or, à ce bonhomme. Elle n’est pas sa seule cliente, elle le sait. Femmes riches, toutes…

Elle se lève péniblement, passe le peignoir de soie, va prendre une douche.

— Voici et voici pour l’étalon, dit-elle en remettant une enveloppe supplémentaire.

Honorine Laiguisier glisse, sans les compter, les billets dans le coffret en acajou et remercie.

— À bientôt, madame.

— J’espère que non.

Flore Beycherelle, 37 ans, directrice des Galeries Les Dames du Monde sort de la pièce lambrissée sans un mot, le cul broyé. Femme de pouvoir et cliente malgré elle du très confidentiel salon SM de la rue de Boulainvilliers, dans le seizième arrondissement. Un des plus chers et des meilleurs de Paris. Du sur mesure : « Exigez, nous nous chargeons du reste ! » Flore a fait reconstituer une entière réserve de vêtements pour jouer à la voleuse surprise par le gardien de nuit… Un régal.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *