Acheter

Disponible sous 48 heures
7€50 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

La vie de Florian pourrait sembler, au départ, identique à celle de pas mal de jeunes adultes : il couche avec deux femmes, dont l’une est la mère de l’autre. Chose somme toute banale, direz-vous. Sauf que Florian a un don rare : c’est un bricoleur de génie. Vous allez lire comment, à la suite d’un accident de la route heureusement sans gravité, mais traumatisant pour sa virilité, ses deux passions, la mécanique et les filles, vont se rejoindre de la manière la plus surprenante…

On ne présente plus Frédéric Mancini aux lecteurs de cette collection. Pour ce qui est du sexe, il est au moins aussi « inventif » et « bricoleur » que le personnage de son dernier roman.

Débuter la lecture

CHAPITRE PREMIER

Dans la vie, j’ai deux passions. La première, le bricolage, m’est venue quand j’avais six ans, un jour que mon père s’escrimait sur un de ces vieux magnétophones qu’il s’obstinait à utiliser, alors que l’on était déjà à l’ère des CD. Il avait en effet enregistré et conservé des bandes très rares de jazz. Il y avait un problème dans l’appareil. Il avait voulu le réparer lui-même mais, s’il avait localisé l’origine de la panne et remplacé la pièce défectueuse, il était bloqué pour le remontage. Enervé au possible, il était sorti fumer.

J’étais petit, et il serait présomptueux de me prêter la moindre des vanités. Je passais par là et, simplement, ce don naturel que j’avais en moi s’est exprimé. Je suis monté sur la chaise. En quelques minutes, le temps qu’il fume sa cigarette, j’avais tout remonté. Quand il est revenu dans la pièce, mon père a été sidéré. Dès lors, il m’a testé sur toutes sortes d’appareils. J’avais une sorte de génie naturel pour remettre en place, à l’instinct, ce qui était démonté, mais aussi pour trouver ce qui était défaillant et le changer. Je suis devenu la coqueluche de mes parents mais aussi des gens du quartier et je réparais tout ce qui n’allait pas. J’en ai vu défiler, des appareils ménagers ! J’avais, quasiment chaque semaine, droit à des cadeaux offerts par mon père : outils, manuels techniques et même, très vite, une pièce à moi dans la maison familiale où je pouvais bricoler. Très vite aussi, toujours guidé par quelque chose qui me traversait et que je ne comprenais pas vraiment, je me suis mis à inventer. J’ai fabriqué des objets très simples en premier lieu, avant de me lancer dans plus compliqué.

J’ai monté un appareil assez inutile qui permettait de bourrer automatiquement une pipe, un autre tout aussi superflu qui permettait de suspendre automatiquement des vêtements, avant de créer un robot, un vrai qu’il m’a fallu deux ans pour construire, qui avait à peu de choses près la forme d’un aspirateur traîneau qui se déplaçait à travers la pièce et dont la fonction essentielle était de porter et d’apporter par simple impulsion d’une télécommande. Rien sans doute de bien exceptionnel, mais ça a amusé tout le monde, et Robbie, comme on l’avait surnommé, était très pratique. Surtout, au moment où il a été achevé, j’avais atteint l’adolescence et c’est là qu’est née ma seconde passion : les filles.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *