Acheter

Disponible sous 48 heures
7€50 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

Avant de devenir une quadragénaire épanouie, Mélanie était déjà une belle plante. Elle avait ce qu’’il faut, où il faut, et n’’en était pas avare. Secrétaire de direction, il n’’y en avait pas une comme elle pour aider un PDG surmené à trouver un moment de détente. Une perle ! Signalons en passant une particularité de Mélanie : elle était très velue du minou. Ses patrons raffolaient de son buisson ardent ! Comment aurait-elle jamais imaginé qu’’elle en viendrait à se raser la touffe pour séduire de jeunes voyeurs excités sur une plage naturiste ? Elle qui se croyait destinée aux vieux amateurs de toison bien fournie se découvre une seconde nature, en s’’offrant, très épilée, aux rayons du soleil et aux regards ardents de ses jeunes admirateurs. A trente-cinq ans, elle vire sa cuti et se transforme en ogresse exhibitionniste……

Débuter la lecture

Une grande brune bien en chair

Je m’appelle Mélanie G. et j’atteins doucement la quarantaine. J’ajoute tout de suite « plantureuse ». D’origine grecque, je suis, en effet, grande, brune et bien en chair.

La nature m’a gâtée. Tout est trop chez moi : mes cheveux noir aile de corbeau longs jusqu’aux fesses, ma bouche sensuelle à l’excès, mes seins lourds, assez fermes pour se passer de soutien-gorge, mes cuisses larges de Méditerranéenne, sans oublier une croupe de jument à faire tourner les têtes dans les rues et sur les plages.

Au naturel, je suis très poilue sur le sexe et entre les fesses. Quand je reste quelque temps sans m’épiler, je constate que, sous mon ventre bombé, des poils fournis et très noirs commencent à s’entrelacer.

Il y a quelques années, quand je laissais tout pousser sous la ceinture, mon buisson hirsute s’étalait du nombril à l’entrecuisse, sans cependant parvenir à cacher mes lèvres intimes épaisses comme le doigt.

Je me souviens qu’en bas, après avoir recouvert le périnée, ma toison remontait le long de la raie
de mes fesses, d’où elle débordait en bouclettes serrées.

A propos de poils, je me rappelle avec précision avoir eu affaire dans mon travail à un patron très particulier. Cet homme d’âge mûr était un fétichiste enragé des pilosités féminines. Il me proscrivait formellement l’emploi du rasoir et des ciseaux.

Il avait pour habitude de me faire asseoir nue dans son fauteuil de direction. Ensuite, il installait mes chevilles sur les accoudoirs, s’agenouillait entre mes cuisses grandes ouvertes et me « pourléchait en détail », comme il disait.

Sa langue montait et descendait sans cesse de mon nombril à mon coccyx, sans se faire faute de visiter mes orifices au passage. Le type reniflait comme un chien dans ma fourrure, qu’il m’interdisait aussi de désodoriser.

Le spectacle de cet énarque, craint dans l’entreprise, à mes pieds et me rendant un service humiliant pour un homme de cette importance, me faisait jouir à pousser des cris. Heureusement, son bureau était insonorisé.

A un moment, excité, le patron en question se redressait, ouvrait sa braguette, en sortait une petite queue congestionnée et se branlait dans l’épaisseur de ma touffe. Au moment d’éjaculer, il enfonçait son gland dans mon vagin, et s’agitait en criant :

— Ah, ton slip de poils… ton hérisson à frisettes… ta mygale à suçoir… ta crapaudière à cresson…

J’exerce le métier de secrétaire de direction intérimaire. L’entreprise de travail temporaire qui m’emploie sait que l’on peut compter sur moi et n’hésite pas à me confier les remplacements les plus difficiles.

Trilingue, rompue au maniement des derniers logiciels de gestion, je suis très professionnelle, mais je ne désire surtout pas prendre racine. Servir, soutenir et dorloter un PDG pendant une semaine, un mois, voire un trimestre, c’est mon maximum. Au-delà, comme l’on dit dans les bureaux, « je sature ».

Chaque fois ou presque, j’ai des relations sexuelles avec mon patron du moment. Sans qu’il ait besoin de me forcer. Je considère que cela fait partie de mon travail. Ou plutôt que ledit travail s’en trouve tellement facilité qu’il n’y a pas à hésiter.

Les PDG en question sont des hommes stressés qui n’ont que peu de temps à consacrer à leur vie personnelle et qui ressentent de temps à autre un violent besoin de se détendre. Partir au hasard draguer dans les rues ? Faire l’amour à l’épouse qu’ils ne désirent plus depuis des années ? Fréquenter des établissements spécialisés hors de prix et loin du centre ?

Pourquoi se donner tant de tracas quand la secrétaire intérimaire est pourvue d’un physique agréable, de rondeurs confortables, et qu’elle ne demande que ça ?

 

Mais, il y a cinq ans, tout d’un coup, j’ai découvert de nouveaux plaisirs. J’ai pris goût aux fruits verts. Je veux parler des adolescents de quinze à dix-huit ans.

Mon nom est bien Mélanie, mais je me dis que c’est Messaline que mes parents auraient dû me nommer. Moi, une femme plutôt sérieuse et soucieuse de respectabilité, je me suis mise à draguer les garçons. Et ça marche. Pour eux comme pour moi.

Contrairement à ce que je croyais, je n’ai aucun mal à séduire des jeunes qui ont vingt ou vingt-cinq ans de moins que moi. Et je sais bien que je les satisfais sexuellement.

Quant à moi, j’ai l’impression d’avoir mené une vie de nonne avant ce qui m’est tombé dessus comme une révélation.

Tout a donc commencé à l’été 95, lorsque j’ai décidé de prendre mes vacances sur la plage nudiste de Pampelonne. A l’époque, j’étais encore une gourde. Je ne savais pas jouer de mon physique, qui ne correspond pas aux canons de la poupée Barbie.

Je m’imaginais que je faisais peur aux adolescents, et en retour, je craignais leur jugement sur moi. Je me trouvais un physique d’ogresse et j’en avais honte.

Je n’avais pas encore compris que les garçons adorent se laisser dévorer par les femmes mûres qui ont la manière. Je ne savais pas non plus à quel point ils ont besoin de faire l’amour longtemps et souvent. Et qu’ils aiment baiser en prenant des libertés que leur concèdent rarement les petites jeunes filles de leur âge, qui s’accrochent à leurs inhibitions, et qui, par exemple, prennent leur anus pour le saint-sacrement. Ne pas toucher !

A trente-neuf ans, on n’a plus de ces pudeurs. On a appris à jouir et à faire jouir, et on a expérimenté qu’une femme est dotée de trois orifices…

Entre mes patrons et mes lycéens, ma vie sexuelle est devenue pléthorique. Car, bien entendu, je continue à soulager mes PDG surmenés. Mais, en sus, en dehors des heures de bureau et le week-end, je m’occupe de mes minets. Ou plutôt ce sont eux qui s’occupent de moi.

Pour une femme, la différence entre un haut cadre de soixante ans et un gamin de seize saute aux yeux. Alors que, bien souvent, il me suffit de cinq minutes pour faire décharger le premier dans un kleenex en lui montrant mes seins, le second n’aura pas assez de tout l’après-midi pour enchaîner les six ou sept éjaculations qui le soulageront.

Il se peut bien que le jeune garçon en question ne prenne que trente secondes pour jouir la première fois. Mais pour la dernière, il sera capable d’insister pendant une heure ou plus. A mon immense satisfaction.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *