J’ETAIS TOMBEE SUR UNE BANDE DE VICIEUX

12345
Loading...

SERGINE

Confessions érotiquesMedia 1000


à plusieursau travailbourgeoiseMILFvieux et jeune



Papier 7€50 Ebook 4€49

Acheter

Non disponible
7€50

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

Se retrouver au chômage à quarante ans, comme la narratrice, n’a rien de drôle. Ne trouvant rien de mieux, elle se résout à faire des ménages chez une femme médecin des beaux quartiers. Mais Mme V. a un fils, Marc, un sacré petit pervers qui a un faible pour les femmes mûres et autoritaires. Il n’est pas le seul. Paul, son copain de fac, rêve d’être sodomisé par une femme ! En employée modèle, Marina fait de son mieux pour satisfaire leurs désirs… Et voilà que ces garnements ont des copains qui, sous couvert d’un club de moto, où les filles ne sont pas moins ravagées que les garçons, ont créé un site Internet porno. De là à convaincre Marina à jouer dans une scène et à la mettre ligne, le pas sera vite franchi… Laissez-moi vous dire que la suite vaut son pesant… de cochonneries !

Débuter la lecture

Je m’appelle Marina. Le point de départ de la « confession » que vous allez lire est d’une triste banalité : il y a quelques années, le magasin où j’étais chef de rayon ayant fait faillite, je me suis retrouvée au chômage.

J’étais indemnisée, mais ça ne durerait pas éternellement. De plus, je venais d’avoir quarante ans, et je savais qu’à cet âge, je n’avais guère de chance de retrouver du travail dans notre ville de province avec ses puits de mine fermés et ses usines à l’abandon. Or, j’avais un fils qui devait bientôt entrer en fac, et la pension que me versait mon ex-mari serait à peine suffisante pour couvrir ses frais d’étudiant.

Après plusieurs mois d’inactivité forcée, j’ai fait passer une annonce dans le journal local :

« Femme sérieuse cherche tous travaux de ménage et de repassage ! »

Ça n’avait rien à voir avec mon ancien emploi, mais ça me fournirait un revenu d’appoint, et surtout, ça m’occuperait.

Il faut croire que là aussi, la concurrence était rude parce que je n’ai eu qu’une seule réponse. Cependant, elle émanait de la partie haute de la ville, celle qu’on appelait « le coin des rupins ! », autrement dit : les quartiers chics. Je n’y avais quasiment jamais mis les pieds.

Malgré tout, Mme V., la femme qui avait répondu à mon annonce, ne m’était pas tout à fait inconnue. Elle était gynécologue. Je ne l’avais jamais consultée, mais elle était réputée.

J’étais curieuse de voir où elle habitait. Je n’ai pas été déçue. Moderne, de plain-pied, sa villa était superbe. Quant au jardin qui l’entourait, il avait l’allure d’un petit parc. Et j’aurais parié qu’il y avait une piscine derrière la maison.

En parlant dans l’interphone du portail, j’ai eu un accès de timidité assez inhabituel chez moi : j’ai demandé si je pouvais entrer avec ma voiture. A sa voix, j’ai compris que Mme V. était surprise.

— Bien sûr ! Vous avez peur que je vous fasse payer le stationnement ?

J’ai ri pour masquer ma gêne. Ma guimbarde datait de dix ans ; je me sentais déplacée dans le décor.

Mme V. m’a accueillie sur le seuil de la villa. Nous devions avoir le même âge, mais elle était plus grande et plus mince que moi. Et elle était blonde, alors que mes grands-parents maternels d’origine espagnole m’ont légué des cheveux d’un noir de corbeau. Malgré l’heure matinale, elle était sur le point de partir pour son cabinet : elle portait un ensemble tailleur-pantalon. Elle m’a fixée sans dissimuler sa curiosité.

— Il me semble vous avoir déjà vue quelque part.

Quand j’ai dit où je travaillais avant d’être au chômage, elle a hoché la tête, mais n’a fait aucun commentaire. Evidemment, elle était venue à mon magasin. Les clientes se souviennent plus facilement des têtes des employées que l’inverse.

Plus tard, alors que nous étions dans la salle de séjour, et qu’elle me donnait des indications sur mon travail, un jeune homme est entré. Visiblement, il sortait du lit : il ne portait qu’un pantalon de pyjama. Il a passé la main dans ses cheveux ébouriffés, a étouffé un bâillement avant de dire :

— Déjà prête à partir, maman ?

A cet instant, il m’a aperçue et s’est figé. Mme V. s’est exclamée :

— Marc, tu pourrais faire attention !

Le garçon a bafouillé une excuse, puis s’est retiré précipitamment. Avec un soupir navré, sa mère m’a appris que depuis qu’elle avait divorcé, elle vivait seule avec lui. L’autorité d’un père lui manquait ; il passait son temps au lit ou à traîner en tenue débraillée dans la maison.

— Je sais bien que c’est les vacances, mais tout de même…

J’ai acquiescé avec gêne. A cette heure, Philippe, mon fils, devait décharger des caisses dans l’entrepôt d’un hypermarché. Il est vrai que lui n’avait pas pour mère une riche bourgeoise. Cependant, autre chose motivait mon embarras. Le pantalon de pyjama de Marc était trop grand ; la fente bâillait largement. Je n’avais pu éviter d’apercevoir son sexe, et noter au passage qu’il était bien monté. Moi aussi, je vivais seule avec mon fils, mais Philippe ne faisait jamais preuve d’une telle désinvolture en ma présence. Mais peut-être que Mme V. n’y attachait pas la même importance. En tant que médecin, elle devait en avoir vu d’autres.

Elle m’a expliqué que, depuis une dizaine de jours, la femme de ménage qu’elle employait avait donné son congé.

— C’est Marc qui passe l’aspirateur… Quant au rangement…

J’avais compris.

Mme V. est partie. J’ai enfilé ma blouse, je suis allée dans l’entrée où se trouvait le grand placard qui servait de débarras. Ensuite, je suis passée dans l’aile de la maison où étaient regroupées les chambres. Il y en avait six, réparties de part et d’autre d’un couloir central. Les quatre du fond étant inoccupées, je ne m’y suis pas attardée plus que nécessaire. Elles avaient surtout besoin d’être aérées.

Un bruit de musique indiquait celle où se trouvait Marc. Je suis entrée dans celle d’en face qui, visiblement, était celle de sa mère. La pièce était assez bien rangée mis à part les revues et les livres empilés sur la table de chevet et la moquette. Fort logiquement, il s’agissait en majorité d’ouvrages médicaux. Mme V. devait les feuilleter avant de s’endormir. Je les ai rassemblés sur un guéridon pour pouvoir passer l’aspirateur. Là, il y avait du travail : de toute évidence, le ménage n’avait pas été fait depuis un moment.

Une fois le ménage terminé, j’aurais dû partir. Mais, dans un coin de la chambre, une immense armoire à trois portes agissait sur moi comme un aimant.

Ce n’étaient pas les petits papiers de Mme V. qui m’intéressaient. D’ailleurs, ils devaient être enfermés dans le secrétaire qui occupait un autre angle de la pièce. J’étais curieuse de voir à quoi ressemblaient les dessous d’une riche bourgeoise qui ne se fournissait sûrement pas au supermarché du coin ! J’aurais pu aller voir dans le panier à linge sale que Mme V. m’avait montré, mais les sous-vêtements qui avaient déjà été portés ne m’attiraient pas.

Mon ex-mari, lui, avait des tendances fétichistes. Dans mon cas, il ne s’agissait que de coquetterie.

Je n’ai pas résisté longtemps avant d’ouvrir l’armoire. Je ne sais si c’était dû à Mme V. ou à la femme de ménage qui m’avait précédée, mais l’intérieur était dans un ordre impeccable. Il n’y avait pas que des vêtements. En effet, dans un des coins inférieurs du meuble s’alignait une double rangée de bottes et de chaussures. Ma nouvelle patronne paraissait avoir une prédilection pour les talons aiguilles, mais aussi pour les bottes. Il y en avait plusieurs paires, en daim ou en cuir.

Je soupirais d’envie. Cependant, ce qui m’a fait réellement saliver, ce sont les dessous. Il y en avait de toutes sortes, à l’exception de strings. Mme V. avait des goûts classiques. Cependant, ses légères culottes en dentelle transparente étaient tout aussi suggestives, sinon plus, que les banals triangles de tissu que l’on peut trouver dans n’importe quel magasin. Il y avait aussi des soutiens-gorge, des guêpières, ainsi que des nuisettes qui, roulées en boule, devaient tenir dans le creux de la main. Toutes ces babioles étaient affriolantes ; j’ai dû faire un effort pour ne pas farfouiller dedans avant de refermer l’armoire.

J’ai fini de passer l’aspirateur dans la chambre de Mme V., puis j’ai frappé à la porte de celle du fils. Il n’a pas répondu tout de suite ; j’allais frapper de nouveau quand il a ouvert.

— Ah, c’est vous ? Vous ne pourriez pas faire la poussière une autre fois ? Je suis en train de faire du rangement.

Son embarras était si évident qu’un enfant aurait eu la puce à l’oreille. J’ai vite su la raison de sa gêne. Il avait enfilé un peignoir, mais ce dernier, mal fermé, ne cachait pas son pyjama – qui s’ornait d’une auréole humide. Le petit cochon était en train de se masturber…

J’ai bafouillé : « Oui, bien sûr » et je suis passée dans l’autre partie de la maison. Je n’ai pas épargné ma peine pour faire le ménage, avant de repartir. Mme V. m’avait plu. Elle ne paraissait ni fière ni exigeante ; en clair, la patronne idéale, mais son fils, lui, me laissait une impression mitigée. Il n’avait pas l’air méchant, mais ses manières désinvoltes m’avaient causé un certain malaise.

C’était gênant : je risquais de le voir plus souvent que sa mère s’il traînait tout le temps à la maison.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *