La Jument

12345
Loading...

ESPARBEC

La MusardineLectures amoureuses


BDSMdomination H/Fpunition


Broché / 384 pages


Papier 11€80 Ebook 9€99

Acheter

Disponible sous 48 heures
11€80 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
9€99 Télécharger

Résumé

Rien ne prédestinait Mélanie à devenir une « jument », c’’était une femme comme tant d’’autres, qui s’’ennuyait et ne savait trop quoi faire de sa peau. Après avoir couché avec les maris de toutes ses amies, la jeune épouse de Me de Challonges décide, pour « se donner un peu de mouvement », de faire de l’’équitation. Un beau matin, après avoir accompagné ses enfants à l’’école, elle se rend à l’’écurie d’’Hugo von P., le maître du manège. Mais là, notre apprentie Messaline va vite s’’apercevoir qu’’on dresse deux sortes de juments….
Dans l’’odeur du cuir, du stupre et du crottin, un Esparbec pur et dur de la meilleure cuvée.

« Très, très bien montée : sur une trame bovaryesque, un roman pornographique baroque, raffiné et haletant. (…) Auteur déjà d’une demi-douzaine d’’ouvrages érotiques (La Foire aux cochons, Monsieur est servi, Le Goût du péché…), Esparbec emmène loin et longtemps avec sa Jument, grâce à l’’indéniable maîtrise qu’’il possède… », Les Inrockuptibles
« Quand équitation rime avec fellation, ça donne un roman aussi porno que rigolo, ou Mélanie devient Messaline et la femme une jument. », Service littéraire

Débuter la lecture

1 – UNE FEMME QUI S’ENNUIE

Commençons par un lieu commun : à savoir que dans les petites villes de province, c’est l’ennui qui pousse les femmes oisives à tromper leur mari. Il y a si peu de distractions. Enfin, il leur arrive quelque chose ! Elles retrouvent leurs émois d’adolescente, rasent les murs, mentent, se prennent pour Emma Bovary, etc. Il ne faudrait pas chercher plus loin l’explication de la plupart des adultères.

Seulement, dans une petite ville, justement, chacun est à l’affût des faits et gestes de ses voisins, et prendre un amant n’est pas une affaire aisée. On a vite fait le tour des partenaires possibles. Après avoir couché avec les maris de leurs amies, et trouvé auprès d’eux une pitance aussi fade que celle qu’on leur sert dans le lit conjugal, elles en viennent, comme des hommes iraient chez des professionnelles, à s’adresser à certains spécialistes. Je veux parler de ces hommes dont la profession offre un alibi parfait, qu’on peut aller voir régulièrement sans attirer la médisance.

Mélanie, dont nous allons vous conter l’histoire, commença donc de la façon la plus classique : en jouant au docteur avec son médecin.

*

*     *

Depuis sa tendre enfance, elle tenait son journal. Chaque soir, elle notait ce qui lui était arrivé dans la journée. Ses premières branlettes, ses premières parties de touche-pipi avec ses copines et ses copains de classe, elle écrivait tout. Elle avait vite découvert que décrire les plaisirs qu’elle venait de goûter les renouvelait ; en les relisant, elle se branlait comme en lisant un bouquin de cul et en jouissait une seconde fois. (Elle appelait ça « l’art d’accommoder les restes ».)

Après son mariage, elle n’ouvrit presque plus jamais son carnet ; les femmes mariées n’ont pas d’histoires. Qu’aurait-elle écrit ? « Aujourd’hui, il a plu. » Ou : « Je suis allée à Monoprix acheter des yaourts aux fraises. Betty a une poussée d’urticaire. Gontran m’a prise en levrette. Depuis qu’il a lu cet article sur les colibacilles, il évite de me lécher l’anus quand il pratique le cunnilingus. Je me suis branlée trois fois, la première en me réveillant, plus tard en allant au cabinet (je suis un peu constipée, ça doit être le riz complet, il faudra que j’achète du mucilage) et tout à l’heure, en lisant mon horoscope dans Marie-France. »

Est-ce qu’on écrit ces choses-là ?

De temps en temps, prise d’un coup de cafard, elle relisait ses vieux cahiers, et le regret la prenait. Elle se masturbait en cachette de son mari et le soir, quand il la rejoignait dans le lit, elle se servait de lui pour tenter d’assouvir les fantasmes que sa lecture avait rallumés, mais elle n’en retirait que de maigres satisfactions.

Sa graphomanie la reprit au cours de sa seconde grossesse. Un matin, elle ouvrit un cahier neuf et écrivit :

« Il y en a qui ont envie de fraises, moi j’ai envie d’un mec. N’importe lequel. De préférence un que je ne connais pas. Cela n’aurait lieu qu’une fois et je ne le reverrais plus. Pourquoi n’y a-t-il pas des bordels pour les femmes ? Je me promène dans la rue avec mon gros ventre et je regarde les passants derrière mes lunettes noires. Je me dis : celui-là. Ou celui-ci. Si je le lui demandais ? Monsieur, voulez-vous qu’on aille baiser à l’hôtel ? Je ne vous demande pas d’argent. C’est juste pour tirer un coup. Bien sûr, je n’oserai jamais. Ce sont des envies de femme enceinte. Des mots en l’air. Des sortes de gaz. Alors, pour compenser, je me gave de pâtisseries chez La Duchesse, mais j’ai beau engloutir des religieuses, ça ne comble pas le vide qui m’habite. Il se situe nettement plus bas que l’estomac. »

Ce jour-là, en début d’après-midi, elle se maquilla soigneusement pour se rendre chez le Dr N. qui devait l’examiner. Elle mit beaucoup de temps à choisir ses dessous, hésita entre un string et une culotte rétro, se décida pour un slip très classique. Ensuite se posa le problème des bas. Bas ou collant ? Elle choisit les bas, mais n’alla pas jusqu’à mettre une ceinture porte-jarretelles. Avec son ventre gonflé, ça faisait franchement obscène. Elle en avait qui se fixaient aux cuisses avec des élastiques. Là-dessus une robe qui se boutonnait devant, assez ample, et un petit feutre écossais.

Elle emmena Betty, qui venait d’avoir quatre ans, c’est dire qu’elle n’avait aucune idée en tête. Pour quelle raison alors, juste avant la visite, rouvrit-elle un de ses anciens cahiers et relut-elle quelques passages particulièrement salés de ses amours de collégienne ?

Une heure plus tard, alors qu’il lui tâtait les nichons (elle avait ouvert le haut de sa robe et abaissé son soutien-gorge), Mélanie croisa le regard du Dr N. C’était un ami, un ancien camarade de classe de son mari, il venait souvent dîner avec sa femme ; Gontran et lui jouaient ensuite aux échecs. Mélanie était debout en face du jeune médecin, c’était la première fois qu’elle lui montrait ses seins ; il les tenait à pleines mains quand leurs yeux se rencontrèrent ; un flot de sang monta à ses joues, ses oreilles tiédirent. En voyant sa rougeur, et que ses mamelons durcissaient et s’allongeaient, N. n’eut pas l’air moins surpris que Mélanie.

Il la lâcha et elle se rassit ; elle suffoquait de honte et se sentait si décontenancée qu’elle ne pensa même pas à refermer sa robe, elle resta ainsi, les seins exposés. Elle croisa alors le regard de N. et haussa les épaules. Elle n’aurait pas été plus humiliée s’il l’avait surprise en train de se branler.

— Avez-vous des pertes blanches ? demanda-t-il.

Elle fit signe que non. Les yeux de N. ne quittaient pas ses seins. Elle ne faisait rien pour les cacher. Ses aréoles étaient dilatées et les bouts durs comme du cuir. Leurs regards, après s’être affrontés, se détournèrent ensemble en direction de Betty, qui feuilletait Okapi, sagement assise. N. alla prendre le paravent qui se trouvait au fond de son bureau et le déploya devant le fauteuil gynécologique.

— Venez. Je vais vous examiner.

Il tapota l’affreux fauteuil du plat de la main.

— Je vais examiner ta maman, dit-il à Betty. Il ne faut pas descendre de ta chaise.

Plongée dans son illustré, la fillette ne parut pas l’entendre. En se levant, Mélanie voulut refermer le haut de sa robe ; d’une voix neutre, N. lui fit alors savoir qu’il préférait qu’elle garde les seins nus. Il n’en détacha pas ses yeux tandis qu’elle marchait vers le fauteuil ; Mélanie était très consciente de sentir bouger sa poitrine. Ils arrivèrent derrière le paravent.

— Retirez simplement votre culotte.

Il lui tourna le dos ; Mélanie le vit déchirer l’emballage d’une paire de gants en latex. Elle se déculotta, monta sur le fauteuil. Le dossier était très incliné vers l’arrière, elle
se retrouva presque couchée. Les gants à la main, N.
l’observait. Il lui demanda, toujours de la même voix neutre, de retrousser sa robe au-dessus de son ventre. Dès qu’elle vit ses yeux s’abaisser sur sa toison, elle ferma les paupières.

— Écartez les cuisses.

Il la prit par les mollets, lui fit replier les genoux et lui mit les talons sur les étriers. Les joues en feu, Mélanie le surveillait entre ses cils. Les yeux qui contemplaient sa vulve entrebâillée n’étaient plus ceux d’un médecin. Il laissa retomber les gants dans un tiroir métallique sous le fauteuil et, du bout des doigts, sépara les poils pour bien dévoiler la fente du con. Les petites lèvres étaient soudées par la mouille. Il fit passer son doigt entre elles pour les dissocier. Puis il s’intéressa au clitoris. Pour bien faire béer le vagin, il avait posé son autre main, les doigts dirigés vers le bas, sur le ventre de Mélanie qui s’arrondissait déjà sérieusement car elle arrivait au quatrième mois.

— Faites vite.

Ces mots qu’elle chuchota pouvaient s’appliquer à l’examen, mais il ne se méprit pas. Il jeta un coup d’œil par-dessus le paravent pour voir ce que faisait la fillette, puis revint se placer entre les cuisses de Mélanie et ouvrit son pantalon. Elle se sentit pénétrée jusqu’au plus profond et crispa ses mains sur les bords du fauteuil. La tenant par les hanches, il la baisa très vite, comme un homme qui utilise le corps d’une putain, et c’est ce qui bouleversa Mélanie. Elle n’eut pas besoin comme avec son mari d’avoir recours à ses fantasmes pour greffer son plaisir sur celui qu’on prenait dans son vagin, la situation suffisait : enceinte, elle se faisait baiser comme une pute par un ami de son mari. Elle eut beau serrer les mâchoires, une plainte sourde lui échappa au moment de l’orgasme, et Betty l’appela.

— Maman ? Il te fait mal, le docteur ?

— Non… c’est fini… Surtout ne viens pas !

Elle avait retiré ses pieds des étriers et s’était assise ; des perles de transpiration brillaient sur son front et sur sa lèvre supérieure ; un filament de sperme, épais comme de la morve, coulait de son vagin ; N. lui tendit un morceau de coton et elle se torcha le sexe avec une grimace de dégoût. Il se reboutonna et regagna son bureau. Après s’être essuyée, Mélanie descendit du fauteuil et se reculotta ; elle remonta son soutien-gorge et referma le haut de sa robe avant de quitter l’abri du paravent. Elle revint s’asseoir près de Betty. N. rédigeait une ordonnance.

— Je vous ai prescrit des sédatifs, vous dormirez mieux. Essayez de moins fumer.

Il la raccompagna à la porte. Ils se serrèrent la main.

— Revenez me voir.

— Quand ?

— Dès que vous en aurez envie.

Elle eut l’impression de recevoir une gifle.

— Inutile de prendre de rendez-vous. Téléphonez-moi une demi-heure avant, je m’arrangerai.

Il griffonna quelques chiffres sur un bout de papier.

— C’est ma ligne directe.

Elle plia le bout de papier en quatre, puis en huit, puis en seize, et le garda dans le creux de sa main. En sortant du cabinet, elle le laissa tomber dans un des pots de plantes vertes qui ornaient le palier.

Elle sentait l’humidité du sperme dans son vagin. Rentrée chez elle, elle fit une minutieuse toilette intime, et se masturba sur le bidet sans arriver à jouir. Quand il rentra du palais de justice, Gontran trouva sa femme prostrée dans la pénombre ; son visage était sombre et boudeur. Elle lui dit qu’elle avait mal à la tête et le laissa dîner seul, avec la fille au pair et Betty. Dans la nuit, il voulut la prendre ; elle ne ressentait absolument rien pendant qu’il s’échinait sur elle ; alors, elle convoqua à la rescousse une des scènes qu’elle avait décrites dans son journal d’adolescente.

Mélanie et une de ses copines de collège, Kim, jouaient au docteur. Cela se passait dans la chambre de Kim, dont la mère, assistante d’un dentiste, était toujours absente l’après-midi. Les deux filles se masturbaient en regardant des revues pornos, puis se faisaient mutuellement passer une visite médicale. Quand son tour venait, Mélanie se couchait sur la table, adoptait la position gynécologique.

« Et maintenant, lui disait Kim, après avoir sucé son doigt, je vais te sonder dans tes endroits les plus secrets. » Elle lui enfilait son index dans le cul pendant que Mélanie se branlait avec frénésie. Elle obtenait ainsi des orgasmes dévastateurs. Cette nuit encore, au moment voulu, elle prononça mentalement les mots de la formule magique ; seulement l’image qui se forma alors ne fut pas celle du doigt de Kim se vissant dans son anus, mais la brutale irruption du pénis de N. dans son vagin. Et elle eut, comme sur le fauteuil gynécologique, un orgasme très violent.

« Suis-je hystérique ? » écrivit-elle le lendemain. Et elle se masturba longuement en relisant ce qu’elle avait écrit sur sa visite chez N. Ce qui l’excita le plus, ce fut le passage où elle décrivait de quelle façon il lui avait rabattu les genoux en lui écartant les cuisses avant de lui glisser les pieds dans les étriers.

« Je sentis, avait-elle écrit, les lèvres de mon con se décoller comme les deux moitiés d’un fruit trop mûr sous la lame du couteau, et une bouffée de feu m’embrasa le visage. » (En se relisant, elle décida une fois de plus d’essayer d’écrire d’une façon moins ampoulée.)

« Tout ce que je pouvais penser, lut-elle ensuite, c’est : il va voir mon con et mon trou du cul. Il va voir que je suis trempée comme une chienne en rut. »

Il y avait deux lignes en blanc, et dessous : « Je suis vraiment hystérique. » (Le mot vraiment était souligné d’un double trait.)

Puis, dans un informe gribouillis, parce qu’elle se masturbait de l’autre main en écrivant : « Sa grosse bite dans mon con ! » Ce n’était qu’un graffiti, comme on en lit sur les cloisons des pissotières, mais cela la soulagea beaucoup de l’écrire.

Elle tint bon trois jours ; trois après-midi de suite, elle se gava de choux à la crème chez La Duchesse. On se serait cru dans une volière. Autour d’elle, les perruches qui fréquentaient le salon de thé papotaient, gloussaient, jouaient au bridge. « Mais qu’est-ce qu’elles ont donc entre les cuisses, se demandait Mélanie. Est-ce que je vais devenir comme elles ? » Le quatrième jour, au lieu d’aller les rejoindre, elle téléphona à N. et tomba sur la réceptionniste à qui elle demanda de le lui passer.

— J’ai un trou dans mon emploi du temps, déclara-
t-elle tout de go, dès qu’elle l’eut au bout du fil. Est-ce que je peux passer ?

Un trou ! Pas seulement dans son emploi du temps. Elle le sentait bâiller entre ses cuisses.

— Pourquoi ne m’avez-vous pas appelé sur ma ligne directe ? demanda N.

— J’ai égaré votre numéro.

— Je pourrai vous prendre entre deux patients. Venez dans un quart d’heure.

En raccrochant, elle se répéta : « Il va me prendre entre deux patients. »

La réceptionniste l’accueillit avec dans les yeux une lueur de complicité un peu méprisante. Mélanie se sentit sale sous son regard… Cela lui fouetta les sens. Elle se demanda si d’autres patientes appelaient N. sur sa ligne directe. Il ne devait pas en être à son coup d’essai. Soit oubli, soit malveillance, la jeune fille l’introduisit dans la salle d’attente. S’y trouvaient deux personnes, un vieux monsieur qui devait souffrir de la prostate (N. était spécialiste des voies urinaires) et une dame avec sa fille. N. parut contrarié en la voyant là. Il expédia ses deux patients. Quand le tour de Mélanie arriva, deux femmes, dont l’une semblait sur le point d’accoucher, firent leur entrée. N. alla leur parler, puis fit signe à Mélanie de passer dans le cabinet.

— Déshabillez-vous, nous n’avons guère de temps.

— Entièrement ?

— Oui. Toute nue. Vous pouvez garder les bas. J’ai vu que vous portiez des bas. Ma femme porte des collants.

Mélanie retira sa robe. N. l’aida à dégrafer son soutien-gorge. Derrière elle, il prit ses seins à pleines mains. Pendant qu’il lui faisait durcir les mamelons, Mélanie se débarrassa de sa culotte.

— Sur le fauteuil, lui dit N. Et cette fois, gardez les yeux ouverts.

Elle se jucha sur le fauteuil, écarta les cuisses comme elle le faisait sur la table, au temps de Kim, replia les genoux, et passa elle-même ses pieds dans les étriers. Elle savait, maintenant, ce qui l’attendait, et son impudeur animale l’affolait. N. la masturba du bout des doigts et dès qu’il sentit qu’elle était trempée, il l’enfila. Il ne se coucha pas sur elle – ce qui aurait été possible, car le dossier pouvait se rabattre entièrement – mais la baisa debout, tandis qu’elle, écartelée, se relevait à demi sur ses coudes pour le regarder faire. Elle baissait les yeux pour bien voir sa queue s’engloutir dans son vagin. Quand elle sentit qu’il allait éjaculer, elle prononça mentalement les mots « endroits les plus secrets » et se laissa aller à la
renverse.

— Essayez de ne pas crier trop fort, lui dit N., on entend tout de la salle d’attente.

Il lui pétrissait la poitrine ; après avoir jeté un coup d’œil à son bracelet-montre, il ralentit son mouvement ; Mélanie sentait sa bite glisser, l’ouvrir, toucher le fond. Beaucoup mieux membré que son mari, il la remplissait bien ; elle regardait ballotter à chaque pénétration son gros ventre de femme enceinte et la tige de chair qui coulissait entre ses poils ; la mouille dégoulinait dans la raie de ses fesses, chaude, gluante.

— Vous mouillez beaucoup, observa N. La prochaine fois, il faudra penser à mettre une serviette sous vos fesses.

Mortifiée, Mélanie s’efforça de ravaler sa jouissance, mais il la ramona jusqu’à ce qu’elle cède, et cette fois, comme elle pouvait se laisser aller, elle sanglota carrément. Sans attendre qu’elle reprenne ses esprits, N. fit couler de l’eau dans une cuvette et lui passa des compresses stériles. Elle put procéder à une toilette sommaire. Il n’y avait pas de paravent et elle dut s’accroupir devant lui au-dessus de la cuvette.

Pendant qu’elle se lavait le cul, ils échangèrent quelques paroles, comme si de rien n’était. Il fut question de la grossesse de Mélanie et du temps qu’il faisait, très doux pour la saison. N. lui donna à nouveau le numéro de sa ligne directe.

— Essayez de ne pas le perdre, cette fois.

En la reconduisant, la réceptionniste arborait un air revêche ; elle se montra tout juste correcte. Par la suite, N. s’arrangea pour qu’elles ne se trouvent plus en contact. Mélanie arrivait par une seconde issue et entrait directement dans une pièce minuscule, sans fenêtre, une sorte de débarras contigu au bureau. Là, nue, assise sur un fauteuil, elle attendait que N. vienne la chercher. Il y avait un bidet pliant, une poire à injection et des serviettes nid-d’abeilles dans un placard. Souvent, quand elle se branlait sur le fauteuil en écoutant ce qui se passait à côté, Mélanie se faisait l’effet d’être une putain qui attend son client.

Elle prit l’habitude d’aller voir N. deux ou trois fois par semaine, toujours l’après-midi. Quand elle devint trop enceinte, il la sodomisa. C’est une pratique à laquelle son mari n’avait jamais eu recours, et qui lui rappela d’autres souvenirs d’adolescence, quand Kim et elle se faisaient enculer par des copains du lycée pour rester pucelles. De plus en plus, ses relations sexuelles avec N. prirent un tour masturbatoire dans lequel l’imagination jouait un rôle primordial.

Ce qui les excitait le plus, c’était qu’elle attende dans la petite pièce, à l’insu de la réceptionniste et des patients. Nue, sauf ses bas et ses souliers, assise dans un vieux
fauteuil, cuisses écartées, avec ses gros seins gonflés comme des pis par la grossesse, son ventre déformé. Il la gardait parfois plusieurs heures dans ce cagibi, et venait se servir de son anus entre deux visites ; il la pénétrait et la faisait jouir en jouant avec ses seins, qui étaient très sensibles. Il n’éjaculait presque jamais.

Un jour, par curiosité, elle entrebâilla la porte du cagibi, et le vit faire un toucher minutieux à une jeune femme très gênée ; le visage de la patiente était rouge, elle le détournait pendant que N. lui vissait ses doigts dans le vagin. Mélanie pouvait voir la vulve blonde et charnue déformée par les doigts qui allaient et venaient. La femme était au bord des larmes, il ne faisait aucun doute qu’elle éprouvait une grande émotion sexuelle. Après le départ de l’ingénue, N. se montra particulièrement ardent.

De ce jour, il prit l’habitude de laisser la porte entrebâillée chaque fois qu’il recevait une jolie femme.

Un après-midi (Mélanie était enceinte de six mois), alors qu’elle venait d’arriver, elle vit sur le fauteuil gynécologique une sculpturale beauté nordique, nue, à qui N. introduisait un spéculum dans le vagin. Quand elle vit s’écarter les lamelles du spéculum et découvrit le gouffre rose qui se formait au bas du ventre, elle éprouva un étrange malaise. N. laissa la femme ouverte sur le fauteuil et vint en vitesse dans le cagibi. Il encula Mélanie, debout à cause de son ventre, tous deux regardant par l’interstice le trou rose du vagin dilaté de la walkyrie écartelée.

Au rendez-vous suivant, comme Mélanie lui avouait qu’elle avait été à la fois horrifiée et excitée à la vue des chairs internes que révélait le spéculum, N. lui proposa de lui en placer un. Quand elle sentit son vagin s’agrandir sous la poussée du métal, son corps se couvrit de chair de poule ; N. lui plaça un miroir entre les cuisses. Elle fut terrifiée par la caverne rouge. Elle put même voir son utérus, pareil à une orange monstrueuse. Elle pensa à Kim et à ses « endroits secrets » et eut une nausée.

Mais peu après, N. lui retira le spéculum et la prit par l’anus. À son grand étonnement, elle eut un orgasme très satisfaisant. Une autre fois, il lui mit le spéculum dans le cul, et elle put voir son rectum dans le miroir. Cela devint un rite : avant de l’enculer, N. l’ouvrait, tantôt devant, tantôt derrière.

Elle ne s’était jamais aussi bien entendue, sexuellement, avec un homme. Pourtant, elle cessa d’avoir envie de lui après son accouchement. Pour elle, il était lié à sa grossesse.

Elle rendit sa clef à N. et changea de médecin. De toute façon, avec ou sans spéculum, ça devenait monotone, ça ressemblait presque à un second mariage ; or, c’est la nouveauté qui excitait Mélanie ; tout le problème était là : la nouveauté cesse d’être nouvelle dès qu’elle se répète…

Après N., Mélanie prit pour amant un jeune avocat stagiaire. Ne le trouvant pas très imaginatif, elle eut une liaison avec le mari d’une de ses amies. Elle mena les deux affaires de front. Ce qui lui plaisait, c’était de se faire baiser par les deux le même après-midi. Puis elle eut une succession d’aventures sans lendemain avec des hommes mariés qui fréquentaient le même club de mise en forme qu’elle et Gontran.

Ses partenaires se ressemblaient tous, appartenaient au même milieu social, s’exprimaient avec les mêmes clichés, et la baisaient de la même façon stéréotypée empruntée aux cassettes vidéo. Ils ne lui faisaient d’effet que la première fois, quand ils la déculottaient et qu’elle écartait les cuisses pour leur montrer son sexe.

Tant et si bien qu’elle finit par y renoncer. Pendant deux ans elle se consacra à ses enfants, courut les antiquaires, les brocanteurs et les bouquinistes, fit du yoga, entama une psychanalyse. S’il lui arrivait de croiser en ville un de ses anciens partenaires, elle s’étonnait de sa propre indifférence.

Elle grossissait, surtout des hanches, n’avait plus de goût à rien.

« Toutes les juments sont passées par là, c’est la première phase », lui dirait des années plus tard Gembloux, qui n’était encore que ramasseur de crottin à l’écurie d’Hugo von Pratt. Lequel Hugo von Pratt était alors à Villeneuve une manière de célébrité. Il tenait non loin de la ville un manège très huppé où il était de bon ton parmi les femmes « libérées » de la région d’aller s’encanailler.

Et donc, c’est en voyant passer sous sa fenêtre une de
ces amazones, avec sa culotte de cheval qui lui moulait si effrontément l’arrière-train qu’on lui voyait la raie des fesses, qu’un matin où elle se morfondait plus que d’ordinaire, Mélanie se dit :

« Et si je faisais du cheval, moi aussi ? Ça me changerait les idées, non ? »

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *