Osez 20 histoires de sexe aux sports d’hiver

Osez 20 histoires de sexe aux sports d’hiver

12345
Loading...

COLLECTIF

La MusardineOsez 20 histoires



Broché / 256 pages


Papier 8€20 Ebook 5€49

Acheter

Disponible sous 48 heures
8€20 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
5€49 Télécharger

Résumé

Les obsédés font du ski.

On associe toujours le sexe torride à l’’été, mais l’’hiver, il s’’en passe de belles aussi…
Des pistes enneigées aux chalets confortables en passant par la cabine des remontées mécaniques, le local du secouriste, la boîte de nuit locale ou le resto d’altitude, ça batifole dans tous les coins !
Dans ce nouveau recueil, vous découvrirez votre station de ski préférée telle que vous ne l’’aviez encore jamais vue, à travers 20 histoires bien résolues à vous prouver que les sports d’’hiver ne se résument pas au ski et à la fondue savoyarde.
Prêt pour une petite virée sur les sommets du plaisir ?

Débuter la lecture

Chaud-Froid – Pauline Bonvalet

Maude pratiquait le ski artistique. Elle glissait le plus souvent avec un ski en l’air et une tête de circonstance, ses bras moulinaient pour maintenir un équilibre précaire. Elle tournait, sautait, atterrissait, virevoltait, accélérait, explorait les bords de piste, le tout contre son gré. Maude ne tombait presque jamais, mais elle avait peur souvent. Maude n’aimait pas le ski. Elle était frileuse, elle avait les yeux trop clairs pour la réverbération du soleil sur la neige, la peau trop pâle pour ne pas brûler, même couverte de plusieurs couches de crème. Pourtant, Maude y était, au ski. En haut de « Marie-Chantal », une piste noire, tétanisée. En contrebas, son grand frère Vincent et sa bande de copains l’attendaient, hilares. Face à Maude, du verglas, des bosses et des têtes de sapin piégés, qui émergeaient de-ci de-là comme pour lui compliquer la tâche. Les conseils de son père se bousculaient dans son esprit. Ne pas avoir peur de se mettre face à la pente. Bien s’appuyer sur l’avant des chaussures. Prendre assez de vitesse pour tourner, et s’aider des bosses. Avoir les jambes élastiques. Elle s’élança. Son ski droit crissa sur la neige dure, elle planta son bâton, balança son poids sur sa jambe gauche et tourna, se retrouva face à la pente et vira encore, secondes providentielles de ski parfait. Elle se prit à rêver qu’elle allait la niquer, Marie-Chantal, se la taper en entier d’une seule traite, Marie-Chantal, et ricana intérieurement de ses analogies graveleuses.

Elle entendit trop tard l’avertissement : « Maude, attention ! » La voix grave rompit l’illusion. BAM ! Elle heurta quelque chose, de plein fouet, et dévala la piste, roula le long de la pente et vint finalement s’éclater sur le flanc d’une grosse bosse. Les skieurs, sur les télésièges qui survolaient Marie-Chantal, hésitaient à rire. Vue du dessus, la chute était comique : la fille s’était emplafonné un sapin de plein fouet, avait crié d’une voix stridente avant de dégringoler au rythme de petits couinements plaintifs. Le bruit de skis entrechoqués et l’impact de son corps contre la bosse étaient franchement inquiétants. Elle ne bougeait pas, et les skieurs sur les télésièges se penchaient pour regarder la tache jaune de la combinaison de Maude. Un homme la rejoignit, elle remua un bras, ils se désintéressèrent de la scène.

La voix essoufflée de Théo. « Maude, ça va ? » La vision réconfortante de Théo au travers des cils de Maude, encombrés de neige. Les yeux bleus de Théo, la bouche préoccupée de Théo, le souffle de Théo qui se penchait sur elle. Théo. La raison de la présence de Maude dans ces montagnes hostiles. Agenouillé, il regardait l’angle improbable formé par la cheville de Maude tordue par le ski.

À la naissance de Maude, Théo était déjà le meilleur ami de Vincent et passait beaucoup de temps à la maison, fuyant ses parents, des vieux cons. Maude grandit avec lui. Longtemps, elle eut deux grands frères, un de sang qui lui pourrissait la vie dès que possible, et un de cœur qui la « comprenait ». Lorsqu’elle eut quinze ans, ce grand frère de cœur devint une obsession, un cuisant fantasme. Maude se souvenait très bien de ce jour particulier. Elle était allongée sur le lit de Vincent lorsque Théo entra, encore humide de la douche, tenant d’une main une serviette autour de ses hanches. Il demanda du déodorant. Vincent le lui lança, de l’autre bout de la pièce. Par réflexe, Théo leva les deux bras pour rattraper l’aérosol… Maude connaissait tout de Théo. Mais pas ça. Elle l’avait vu torse nu à de maintes reprises, mais n’avait jamais aperçu ce qu’il cachait entre son nombril et ses cuisses. Le bas de son ventre, les poils sombres et le sexe alors placide. Théo avait un sexe, et ce sexe donnait au reste de son corps un tout autre relief. Les yeux un instant posés sur cette parcelle inconnue, Maude réalisa les hanches étroites, les épaules larges, les muscles qui jouaient sous la peau. Théo avait grandi, changé, s’était transformé. Le petit garçon était loin. Théo avait un sexe, un sexe d’homme, Théo était un homme, et il était foutrement beau.

— Ta jambe… Tu crois que…

— Non, non, je suis super souple, aide-moi juste à me déchausser, et ça va aller.

Théo se pencha sur Maude et libéra son pied endolori. Elle étouffa un grognement, elle était moulue, son corps alourdi de courbatures. Théo lui tendit la main et la releva sans effort. Elle s’échoua dans ses bras, bien décidée à profiter de son « état de choc » pour s’autoriser quelques privautés. La tête dans le creux de son cou, elle chuchota qu’elle avait eu peur, décidément, elle était nulle en ski, et puis elle s’était fait un peu mal, quand même, elle avait froid, il y avait plein de neige dans sa combinaison. Les tremblements qui la secouaient étaient convaincants, et Théo la serra contre lui. Maude était bien, elle aurait pu passer la journée là, dorlotée. C’était sans compter sur Vincent et le reste de la bande, qui les rejoignirent. Vincent était moqueur. Thomas et Paul, ses deux autres amis, se contentaient d’un sourire goguenard, hésitant à chahuter ouvertement Maude, qu’ils ne connaissaient que depuis les douze heures de trajet jusqu’à la station. Mais lorsque Vincent reconstitua la scène, se roulant dans la neige et poussant de petits cris de souris, les deux garçons ne purent contenir un éclat de rire. Même Théo sourit franchement. Vexée, Maude explosa. Elle se rua sur Vincent et balança son poing, tellement au hasard qu’il atteignit Paul à l’estomac. Furieuse, les yeux brouillés de larmes, elle rechaussa ses skis et s’enfuit. Jamais elle n’était rentrée si vite au chalet.

Je n’ai pas besoin d’eux. Non, non, je suis bien mieux ici, au chaud. Tiens, je vais me faire couler un bain. Avec plein de mousse. Hum, c’est un peu chaud, rajouter de l’eau froide, oui, là, c’est mieux. Théo quand même, pas sympa de se moquer de moi. Ce vilain sourire narquois… Pfff, je suis grillée, cette fois-ci. Il me voyait comme sa sœur, et maintenant, je suis sa gourdasse de sœur. Hop hop hop, toute nue, mademoiselle, et plouf ! On ne discute pas ! Oh, mais c’est le caleçon de Théo là, sur le dessus du linge sale. Et si je… Non, c’est carrément pervers. Personne ne le saura, cela dit. Et au point où j’en suis, c’est peut-être le seul moyen que j’aurais d’approcher son sexe. Tiens, marrant, ça, quand je parle des mecs avec qui je couche à mes copines, je dis queue, bite, jamais sexe, la queue de truc, la bite de machin, le sexe de Théo. J’ose pas dire la queue de Théo. Comme si Théo méritait mieux. Allez, je l’enfile, ce caleçon, une jambe, deux jambes, tada ! Zut, j’aimerais bien voir ce que ça donne… Trop petit, ce miroir. Ah ! Mais le miroir du salon ! Vite vite vite. Hum, c’est un peu grand devant, mais derrière, ça me fait de jolies fesses, ce caleçon. Si je mets ma main comme ça et que je colle le tissu à ma chatte, ça fait un peu comme si nos sexes se touchaient. Comme si le se… la queue de Théo se frottait à ma chatte. Ouais, on se frotterait comme ça… Je suis sûre qu’elle est grosse. Je ne l’ai vue qu’une fois, et toute molle, mais il me semble bien qu’elle descendait bas sur sa cuisse… Enfin, ça ne veut rien dire. Puis c’était la première fois que j’en voyais une, alors…

Dans le miroir du salon, Maude se contemplait. Nue, à l’exception du boxer de Théo, elle se tournait, se penchait, observait ses fesses, écartait le tissu et ses doigts s’insinuaient, de plus en plus insistants. Elle sursauta au claquement de la porte d’entrée.

— Maude, c’est Théo. Je venais voir si tout allait bien… Où es-tu ?

Maude évalua, à gauche, à droite, les possibilités de repli. Il n’y en avait pas.

— Je suis ici, répondit-elle, un bras pudiquement replié sur ses seins. En fait, je voulais prendre un bain, et j’avais oublié un truc, et du coup, j’ai mis ça pour me couvrir, je me suis dit on sait jamais, tu vois… Si quelqu’un entre… Enfin bref, mon bain va refroidir, argumenta Maude avant de filer sans demander son reste.

Elle ignorait que Théo l’observait depuis un petit moment déjà. Rentré sans faire de bruit quelques minutes auparavant, il resta interdit, à l’orée du salon, troublé par le spectacle. C’était Maude, un peu ridicule avec ce caleçon trop grand… Mais les fesses, les hanches, les seins mouvants, les plis de la taille, alors qu’elle se penchait, impudique, c’était Maude aussi. C’était Maude, la petite Maude, et c’était bandant. Il regarda, tétanisé, la sensualité de Maude. Elle avait les joues rouges, le souffle un peu court, et des gestes de plus en plus explicites. Il n’avait pas le culot de s’approcher, de la prendre par la taille et… Il avait claqué la porte.

Maude trempait dans l’eau chaude depuis une demi-heure lorsque Théo frappa.

— Maude, tu vas finir toute fripée si tu restes trop longtemps là-dedans… Ce serait dommage. Tu veux pas sortir ?

— Non, je suis bien là, ça me détend, j’ai un peu mal partout.

La salle de bains ne fermait pas à clé. Appuyer sur la poignée, entrer et… Théo n’osait pas.

— Justement, je pensais, je pourrais te masser un peu, dit-il dans un souffle. Je t’attends dans ta chambre.

Il n’écouta pas la réponse.

D’abord, se changer. Théo avait beaucoup trop chaud, avec ce pantalon de ski. L’enlever. Oui, c’était beaucoup mieux. Rester en caleçon ? Avec le gaule qu’il allait certainement se taper, pas très malin. Mais mettre quoi, alors ? Pas trop le choix. Bon, en caleçon, avec un tee-shirt quand même. C’était bizarre, de se poser ce genre de question. C’était fou, l’effet d’une chute de reins, d’une pose lascive. Il n’avait jamais hésité à se trimbaler presque à poil devant Maude, la petite Maude. Désormais, tout lui semblait équivoque. Il avait peur, et envie, de la choquer. Petite Maude. La provoquer. Il enfila des affaires propres et traversa le couloir. Sur le parquet, des traces de pas mouillées, très nettes, puis de moins en moins, l’eau s’épuisant, jusqu’à la chambre de Maude. Elle était étendue sur le lit, ses cheveux humides torsadés et ramenés au-dessus des épaules, le dos couvert d’une serviette enfantine où Mickey et Minnie, debout face à face, le museau en avant, s’embrassaient timidement.

— Tu as mal où ?

— Un peu partout. Je n’ai pas très mal, mais j’ai des courbatures. Et je crois que ma cheville a dégusté.

— D’accord. Tu me dis, si j’appuie trop fort.

La crème de massage d’un blanc dilué que Théo versa sur le dos de Maude, sans la réchauffer, pour le plaisir de voir sa peau réagir, se contracter, devenir granuleuse, était obscène. Il se dépêcha de l’étaler. Il parcourut tout le dos, comme pour lisser la chair de poule, et s’étonna d’obtenir l’effet inverse. Plus il lissait, plus la peau devenait irrégulière, jusqu’au frisson. Gêné par le lit, trop large pour qu’il en fasse le tour au gré de l’errance de ses mains, il se mit à califourchon sur Maude. La nuque, les épaules, les omoplates, les dorsaux… Les muscles se déliaient sous ses doigts, il les sentait rouler, résister un peu, puis se détendre, plus souples à chaque passage. Sur certains nœuds, il insistait, Maude gémissait, soufflait, puis se calmait à mesure que la contracture cédait. Arrivé à la lisière de la serviette, il glissa un pouce, puis le second, dans les petits creux qui, de chaque côté de la colonne vertébrale, annoncent la proximité des fesses. Il arrima ses autres doigts aux hanches, et entama des mouvements circulaires pour défaire les tensions. Il voulait voir ses mains sur Maude. Il baissa la serviette, de quelques centimètres seulement. Ses mains sur Maude, attachées aux hanches, et la pente douce des fesses, plus larges, le début de la raie si près de ses pouces… En levrette, il l’aurait tenue comme ça, exactement comme ça, la petite Maude.

— Tu veux que je te masse les jambes ?

Elle acquiesça. À genoux au pied du lit, il tritura ses pieds, plus doux avec la cheville endolorie. Puis, ses mollets. Pour masser ses cuisses, il devait tendre les bras, c’était inconfortable. Il remonta sur le lit, écarta les jambes de Maude pour se placer entre elles et continuer à son aise. L’arrière des genoux, l’extérieur des cuisses jusqu’aux côtés des fesses, puis l’intérieur, et sous la serviette une humidité chaude, ses doigts aimantés par ce qu’il avait aperçu quelques instants plus tôt, alors qu’il s’occupait de ses pieds. Il n’osa pas. Il remonta le long du corps de Maude, se pencha sur elle :

— Tu te sens mieux ?

Entre leurs peaux, Mickey et Minnie s’embrassant timidement, et le caleçon distendu. Rien d’assez épais pour dissimuler à Maude l’érection de Théo, contre sa cuisse. Et Théo le savait. Mais n’osait pas.

Vincent, Thomas et Paul ne rentrèrent qu’à la nuit tombée, passablement éméchés. Bien décidé à continuer l’apéritif entamé au Planter du bâton, le bar de la station, Vincent s’attela à la préparation d’une fondue. Le repas fut arrosé. Maude, un peu saoule, était aux anges. Sous la nappe, le genou de Théo se soudait au sien. À minuit, Vincent, assommé par le vin, monta se coucher, suivi de près par Paul et Thomas. Théo et Maude se retrouvèrent seuls, un peu idiots autour de la grande table en désordre. Assis l’un à côté de l’autre, proches sans se toucher, c’était un de ces moments où un presque rien suffit à faire basculer la situation.

— Il reste de la fondue, murmura Maude, celui de nous deux qui arrive à prendre le plus de fromage sans perdre son morceau de pain colle un gage à l’autre ?

C’était un de ces moments de tension où le mot anodin prend des accents lubriques, où le jeu enfantin mène à la débauche. Ils plongèrent leur morceau de pain, tournèrent, levèrent, replongèrent, tournèrent… Et Théo perdit.

— J’ai gagné ! jubila Maude.

— Hum… Je m’en fiche un peu. Je suis même assez content. Mon gage… J’attends !

Le regard de Théo suintait l’envie, mais il n’osait pas, toujours pas. Maude avait bu. Elle se coucha sur la table, entre les assiettes sales et l’appareil à fondue, et l’implora :

— Fais-moi du bien, Théo, je t’en prie…

Enfin, la bouche de Théo, sur la sienne, dans son cou et… Il s’arrêta pour la déshabiller, méthodiquement, de haut en bas, ne lui laissant que ses grosses chaussettes montantes. Nue, parmi les déchets du repas, il la contempla un instant. Petite Maude. Elle lui avait donné la permission.

— Tu dois avoir chaud… Tes joues sont rouges.

Théo se dirigea vers la fenêtre, récolta sur le rebord une brassée de neige qu’il déposa dans le saladier vide. D’un geste tendre, il passa sa main glacée sur les joues de Maude. Puis il entreprit de décorer son corps de jolis tas blancs. D’abord, une moustache. Deux petits monticules, à gauche et à droite, dans les salières formées par les clavicules. Un petit pâté entre les seins. Ces seins, il les saupoudra ensuite de flocons qui s’évanouirent avant même de toucher la peau. Au milieu de la poitrine, le petit pâté commençait à fondre. Théo se pencha sur Maude pour souffler sur l’eau fraîche, s’amusa à la faire grimper vers les mamelons, sans y parvenir. Maude gémit, se tendit. Théo mit dans sa bouche un peu de neige et, enfin, aspira entre ses lèvres une des pointes érigées, caressant l’autre de ses doigts. Satisfait de l’effet produit – les joues de Maude étaient écarlates, son souffle anarchique – il reprit sa décoration éphémère, érigeant ça et là de petites collines neigeuses. La neige, en fondant, dessinait des arabesques mouillées qui convergeaient vers le milieu du ventre en un mince filet d’eau, suivant la pente, pour remplir le nombril qui fut rapidement près de déborder, surplombé d’une bulle d’eau. De nouveau, sa bouche au ras de la peau de Maude, Théo tenta de canaliser l’eau avec son souffle. La respiration de la jeune femme lui compliquait la tâche, chaque inspiration déviait dangereusement le cours de ce petit ruisseau artificiel. En bas du ventre, à l’orée des poils, ne subsistait qu’une grosse goutte, de laquelle il rapprocha ses lèvres pour souffler avec plus de précision. Précautionneusement, il l’amena jusqu’à la fente. La goutte disparut, comme aspirée. Du bout de l’index, Théo amena une autre goutte au sommet de la faille, et la regarda s’évanouir.

— J’ai soif, murmura-t-il.

Il disposa, sur le mont de Vénus, un petit édifice neigeux, l’instant d’après liquéfié. La tête entre les cuisses de Maude, Théo lapa la neige fondue, salée par la peau transpirante. La source tarit rapidement ; Théo continua de lécher, mordiller, tordre ce que trouvait sa bouche, les poils, les lèvres, le clitoris.

— J’ai encore soif.

Du saladier, sa main ramena une grosse poignée blanche dont il couvrit l’entrejambe de Maude, partout, à l’intérieur même, la neige anesthésiant les muqueuses humides quelques instants, brûlant et rafraîchissant tout à la fois, s’écoulant en un liquide plus épais, salé, glissant, tout de mouille mélangé, dont Théo ne perdait pas une goutte.

— J’ai froid, Théo, j’ai froid ! gémit Maude.

Tordue, convulsée, elle n’en pouvait plus. Elle le voulait, tout de suite, elle voulait être remplie par quelque chose de plus réel que cette neige qui fondait, fondait, fondait, frustrante.

— Théo, ta queue…

Elle la sentait, entravée par le jean, contre sa cuisse. D’une main tremblante, elle défit le bouton, descendit la braguette. Ça y était. Le gland de Théo, à l’entrée de son ventre, brûlant mais glacé. Coup de reins. Il était dedans. Elle soupira. Il retint un cri. Sa petite Maude. C’était divin. Chaud. Et froid.

 

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *