Osez 20 histoires de sexe entre filles

12345
Loading...

COLLECTIF

La MusardineOsez 20 histoires


lesbien


256 pages


Papier 8€20 Ebook 5€49

Acheter

Disponible sous 48 heures
8€20 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
5€49 Télécharger

Résumé

Il s’’en passe de belles derrière la porte du vestiaire des filles……

Initiation saphique d’’une cliente d’’un magasin de sous-vêtements par sa vendeuse, séance qui dégénère entre une psychanalyste et son analysante, amours lesbiennes torrides entre deux passagères d’’un cargo à destination de Cochinchine en 1934, quelques histoires parmi d’’autres au menu d’’Osez 20 histoires de sexe entre filles. À déguster sans modération, que vous soyez une femme attirée par les personnes du même sexe, un voyeur qui aime observer les femmes entre elles, ou tout simplement avide de nouveaux horizons érotiques !

Débuter la lecture

Passage à l’acte – Clarissa Rivière

Ils viennent pour la première fois et sont à la fois curieux et intimidés. Ils essaient de prendre l’air blasé des habitués, mais leurs yeux écarquillés et leurs bouches ouvertes trahissent des débutants. Après des semaines d’hésitation, des heures de recherches sur Internet et beaucoup de minauderies du côté d’Alice, ils viennent de pousser la porte d’un club libertin pour la première fois.

Ils en ont envie tous les deux, depuis bien longtemps, émoustillés par des reportages, des articles dans la presse. Tous les journalistes vantent ce nouveau passe-temps censé lutter contre la monotonie dans le couple qui transforme les amants les plus chauds en chastes amis. Un peu comme nous, remarque un jour François, piquant au vif Alice, qui se dit prête à tout essayer pour briser la routine. Ils ont peur cependant, et se sont fixé des limites. Ils se contenteront de regarder les autres et resteront entre eux.

Pour cette première fois en tout cas.

La pénombre des lieux les surprend, ils ne distinguent pas grand-chose. La piste de danse ressemble à celle de toutes les boîtes de nuit, le bar n’offre rien de particulier. À première vue, car en regardant mieux, François devine des couples enlacés sur les banquettes, engagés dans des préliminaires poussés.

Sur la piste de danse, autour d’une barre en métal, une jeune femme danse et s’effeuille peu à peu, bientôt rejointe par une amie qui imite ses gestes, avant de l’embrasser longuement à pleine bouche. Alice sursaute. Elle ne s’attendait pas à ce baiser, elle se sent mal à l’aise, troublée. Elle tire François par la manche :

— Tu viens, mon chéri, on visite ?

François se détourne à regret du joli spectacle et se résigne à suivre son épouse.

Au-delà de la piste de danse, un couloir dessert plusieurs alcôves jusqu’à une grande salle où un immense lit accueille les partisans d’une sexualité plus collective. N’osant déranger les couples réfugiés dans les petites chambres, Alice et François se dirigent vers la pièce principale. Plusieurs silhouettes s’ébattent dans l’obscurité. Peu à peu, les yeux d’Alice s’habituent, elle devine des couples faisant l’amour, collés les uns aux autres. Il y a là une dizaine de personnes entremêlées, au point qu’il est difficile de deviner qui fait quoi et avec qui. Les corps s’étreignent, se meuvent lentement, on perçoit des gémissements de plaisir, des respirations haletantes, des bruits de corps qui s’activent, des cris de jouissance.

François reçoit un véritable coup de fouet en plein cœur, son sang circule à toute vitesse dans ses veines, sa tête s’échauffe et bourdonne. Son sexe dressé rêve de se joindre au groupe. Il se tourne vers Alice, lui propose les yeux brillants d’excitation :

— On va s’étendre à côté d’eux, d’accord ? Et faire l’amour, juste nous deux…

Alice hésite encore, réticente, mais s’incline devant l’implacable détermination de son époux, tentée sans oser se l’avouer.

Ils s’installent furtivement au plus près du groupe bruyant et remuant, se déshabillent, se coulent dans les bras l’un de l’autre. François descend entre les jambes de sa bien-aimée pour l’embrasser et la préparer à l’accueillir. Ravi, il constate qu’elle est déjà toute mouillée. Son désir s’enflamme, il se pose vivement sur elle, la pénètre directement, d’un seul coup de reins. Ils se joignent bientôt au concert de plaintes et de gémissements. Alice se concentre sur François, ne regarde que lui, préférant ignorer ce qui se passe à côté. François retrouve l’énergie et l’excitation de ses vingt ans. Il jouit en elle, vite, trop vite, mais continue à s’activer entre ses jambes, réjoui de sentir son sexe se lever à nouveau pour, cette fois, l’aimer pleinement et longuement. Il invite sa femme à se mettre à genoux, à se pencher, empoigne sa croupe fermement pour la prendre par-derrière. Il devient libre de regarder autour de lui et se repaît des scènes torrides qui se déroulent sous ses yeux. C’est une vision trop forte, insoutenable, irrésistible. Un nouvel orgasme l’emporte et l’anéantit. François bascule sur le lit, prend tendrement sa femme dans ses bras et plonge dans un court sommeil réparateur.

Ils s’apaisent tous les deux, après avoir perdu la tête si vite, fous de désir comme lors de leurs toutes premières nuits. La respiration de François devient régulière, Alice devine qu’il s’est profondément assoupi. Bien réveillée, elle décide d’aller se rafraîchir. En réalité, elle a envie de se promener seule, d’observer tout à loisir, sans être embarrassée par le regard de son mari.

Alice commence par une halte dans la salle de bains du club, équipée de plusieurs douches. Elle apprécie ce moment de liberté et le silence des lieux. Les images les plus folles traversent ses pensées et la font sourire. Elle s’éclabousse le visage à grande eau, lave ses mains, son cou. Soudain, un homme fond sur elle, et, sans prendre la peine de lui adresser la parole, introduit ses doigts entre ses jambes en guise de proposition. L’onctueuse humidité qui se dépose au bout de ses doigts vaut invitation. Il s’agenouille aux pieds de la jeune femme, écarte mieux ses jambes et lèche son sexe avec appétit.

Il se redresse et un claquement élastique avertit Alice qu’il vient de mettre un préservatif. Anxieuse, elle se tient au lavabo, tandis qu’il introduit son membre sans lui laisser le temps de se poser de questions. Le voilà planté en elle, profond, tout au fond. Alice lève les yeux vers le miroir et croise son regard. Ils échangent un sourire coquin. L’homme la presse contre lui, s’agrippe à ses hanches, entre et sort, fort, ne pensant qu’à son plaisir, allant et venant vigoureusement en elle. Alice doit s’accrocher au lavabo pour ne pas s’y cogner sous la vigueur de ses coups de boutoir. Elle le regarde haleter, la bouche tordue par l’effort et le désir. Fascinée, elle fixe son visage traversé de spasmes de plaisir, pendant qu’il jouit en elle, longuement, la plaquant encore plus fort contre son ventre.

Il se retire sans prévenir et, dans un nouveau claquement, enlève d’un geste négligeant son préservatif usagé qui part rejoindre ses frères dans la poubelle déjà pleine. Il la remercie d’un signe, et s’en va, flattant ses fesses au passage.

Légèrement étourdie, Alice prend soin de rincer son entrejambe enflammé. L’eau fraîche lui fait du bien, mais elle ne tarde pas à s’interrompre. Elle se sent brûlante de désir, et commence même à se caresser. Il l’a prise, a joui en elle, et l’a abandonnée sans tenir compte de ses envies. Alice voudrait se coucher sur le carrelage blanc, se masturber, se donner du plaisir sur-le-champ. Mais ce serait trop dommage alors que son époux l’attend, nu, sur le grand lit. Elle veut se préserver pour lui.

François ronflotte tranquillement. Il bouge dans son sommeil et s’étend sur le dos, détendu, étalé de tout son long, ne cachant rien de son anatomie. Il ne se doute pas qu’une toute jeune fille l’admire et le convoite. Lucie vient d’être prise à la chaîne par trois ou quatre gaillards devant son ami, avant de demander grâce. Besoin de faire une pause. Elle en a profité pour regarder autour d’elle, et ses yeux sont tombés en arrêt sur ce superbe corps d’homme souriant dans son sommeil. Lucie résiste mal à l’envie de le toucher. Elle le trouve sexy comme tout avec son torse musclé, son sourire aux anges, son sexe de belle taille malgré le repos. C’est si tentant, il est décidément trop beau. Elle s’approche, s’allonge tout près de lui, butine des baisers délicats autour de son sexe. Il vient de faire l’amour lui aussi et sent délicieusement bon. Ses baisers mutins, de plus en plus audacieux, finissent par réveiller François en sursaut. Il se lève d’un bond, chatouillé par les bisous trop légers, voulant leur échapper. Lucie se met à genoux, et, ne voulant laisser aucun doute sur ses intentions, prend délicatement la verge entre ses mains et la porte à ses lèvres, confiante et rassurée par son début d’érection. François secoue la tête et la repousse gentiment, caressant sa tête au passage, comme s’il était importuné par un chiot turbulent. Mais Lucie ne se décourage pas pour autant, elle penche sa tête à nouveau vers le sexe dressé malgré la détermination de l’homme. François se rend et accepte la caresse, il soupire de bien-être et enfouit ses doigts dans l’épaisse chevelure bouclée de la jeune fille qui s’active à ses pieds. Il appuie, pèse sur sa tête, lui imprime la cadence souhaitée, envahissant le plus possible la bouche accueillante.

À ce moment-là, Alice arrive. Son cœur s’arrête net devant la scène qu’elle découvre. Une jeune fille offre une fellation à son mari, qui tolère l’intruse, et même l’encourage. Il ferme les yeux de délice, fouille ses cheveux et remue son bassin avec vigueur pour mieux pénétrer la jeune bouche.

Hypnotisée par le mouvement de la tête blonde qui s’agite entre les jambes de son époux, blessée, excitée par le tableau qu’ils forment tous les deux, Alice s’approche. Elle s’agenouille au plus près de l’inconnue, épaule contre épaule, et lèche doucement le sexe de son mari dès qu’il s’extrait à demi hors de la bouche de la jeune fille, avant qu’il ne s’y engage à nouveau. Elle embrasse la base de son sexe, donne des coups de langue aux alentours, contribuant aux gémissements de son homme. La vision de la bouche de la jeune fille, capable d’engloutir entièrement le sexe imposant de son mari la captive. Elle dépose doucement un baiser sur le bord de cette bouche, l’effleurant, prétendant ne s’intéresser qu’au sexe luisant de son époux. Il va et vient sans fin, apparaissant puis aspiré par la bouche menue qui l’engloutit sans effort, se dilatant sur son passage.

Alice est de plus en plus obsédée par cette bouche, un bouton de rose grand ouvert, pinçant délicatement le pénis tendu, l’humectant toujours plus d’une jolie salive transparente. Alice s’enhardit jusqu’à boire cette eau qui déborde et possède déjà le goût du sperme de François. Bientôt, elle n’y tient plus, elle baise les joues de Lucie, lèche tour à tour ses lèvres et le sexe de son époux. Elle introduit le bout de sa langue dans la bouche si généreuse de la demoiselle, s’incruste, mêle sa langue à celle de la jeune fille, l’enroule elle aussi autour du membre dur comme du métal, et au bord de l’explosion.

Dérangée, distraite, Lucie laisse alors glisser le pénis hors de sa bouche pour se tourner vers Alice, ignorant les protestations de François. Elle se consacre désormais entièrement à la jeune femme qui s’est immiscée entre eux. Elles prennent à peine le temps d’échanger un regard, et s’embrassent passionnément sur la bouche, tandis que leurs mains partent à la rencontre de leurs corps. Alice s’émerveille de la jeunesse de la poitrine de Lucie, deux petits seins dressés, fermes, aux pointes dures. Lucie joue avec la poitrine opulente d’Alice, moelleuse, elle la caresse doucement, avant de la presser avec ravissement de toutes ses forces. Elles se découvrent avec joie. Alice sent le désir l’envahir, le désir de caresser cette femme, de devenir un homme et de la posséder. Les battements de son cœur s’accélèrent, son mari est oublié. Lucie l’affole complètement par ses baisers picorés dans son cou, sur sa poitrine, en effleurant sa peau de ses lèvres et de ses doigts. Ses attouchements provoquent autant de décharges électriques et de longs frissons dans tout le corps d’Alice.

François, délaissé au bord du plaisir, frustré, s’approche des deux femmes. Aveuglé par le désir, il ne prend pas de gants. Il s’installe derrière Lucie, soulève ses fesses et s’introduit en elle, sans qu’elle ne se montre en rien gênée ni ne s’interrompe une seconde. François, vexé d’avoir été oublié, ne retient plus son plaisir, et se démène jusqu’à l’orgasme libérateur.

Embrasser une fille pour la première fois se révèle trop bouleversant pour qu’Alice réagisse. La vision de son mari baisant en levrette l’inconnue ne compte pas, et ne lui procure aucune émotion. Alice perçoit la scène sans la voir vraiment, entièrement concentrée sur ses nouvelles sensations. Elle s’émerveille du corps minuscule qui se frotte contre elle, si fin, si gracile. Elle craint presque de le briser. Elle a l’impression étrange de tenir un corps miniature, une poupée, dans ses bras. Des lèvres fines, aussi douces que les siennes, se posent en douceur sur sa bouche, une toute petite langue vient taquiner la sienne. Alice caresse les épaules rondes et menues de Lucie, s’extasie devant la finesse de ses bras, de ses mains. Elle sent le contour de ses côtes sous ses doigts et regrette un instant les muscles durs et rebondis de son époux, son géant adoré. Mais la douceur de la peau de la jeune fille est extraordinaire, Alice ne se lasse pas de son grain de peau, lisse et sans défaut, et promène inlassablement ses lèvres et ses doigts sur ses jolies courbes, voulant arrêter le temps, la garder pour toujours. Lucie au contraire enfonce fort ses mains dans les chairs molles et accueillantes des seins, du ventre, des cuisses d’Alice, et se réjouit de leur contact. Elle palpe, caresse, empoigne sans fin les rondeurs qui s’offrent à ses mains.

— Elles ne s’ennuient pas, les demoiselles ! On les laisse entre filles d’accord ? Elles ne veulent pas de nous, on dirait ! Je peux vous offrir un verre, entre hommes ?

François, surpris, lève les yeux et remarque un inconnu gracieusement appuyé contre la porte, les bras croisés sur son torse, le regard goguenard. Depuis combien de temps les contemple-t-il ainsi ? Il a dû se faire repousser lui aussi… L’homme est beau, musclé, entièrement nu, avec un soupçon d’érection.

François accepte d’un sourire, et s’extrait de la jeune fille, sans lui provoquer la moindre réaction. Il se lève et se présente :

— Bonjour, je m’appelle François, je suis le mari de la brune !

— Et moi le copain de la blonde ! Marc, enchanté ! Allons-y, répond en riant le jeune homme.

François referme doucement la porte sur les deux femmes, et s’efforce d’ignorer les tendres gémissements et les petits bruits de bouche qui reprennent de plus belle. Il suit gaiement son nouvel ami vers le bar, ragaillardi par cette complicité masculine et la perspective joyeuse de ce moment entre hommes, inconscient de son sexe qui se tend à nouveau, se lève, en suivant les fesses musclées de l’inconnu.

Les deux femmes sentent qu’elles ont le champ libre, leurs hommes se sont enfin lassés, et les ont laissées seules. L’intérêt d’Alice retombe d’un coup. Elle réalise que la source de son plaisir résidait surtout dans l’exaspération de son époux et son désir insatisfait. Il la regardait. Ça lui plaisait de l’exciter, de le rendre dingue, et même de le voir prendre la jeune fille avec force, comme elle-même ne supporterait pas de l’être.

Lucie repose au creux de l’épaule d’Alice, blottie comme un petit chat. Alice la caresse distraitement, elle commence à s’ennuyer un peu. Les douces caresses entre filles, malgré l’émotion de la découverte, lui semblent finalement trop superficielles et légères pour la combler vraiment. L’évocation du jeune homme entrevu près de son mari la réveille soudain. Elle tapote tendrement l’épaule de Lucie pelotonnée contre elle, doucement endormie sur son sein.

— L’amour entre filles, c’est super, j’adore, c’est si doux ! Mais ça ne vous manque d’être pénétrée par une belle queue longue et bien dressée… j’ai vu la façon dont mon époux vous a prise tout à l’heure, c’est un très bon amant vous savez, il peut être doux aussi, et vigoureux tout à la fois…

Lucie sourit largement, et approuve d’un grand sourire, partante pour le retrouver et goûter d’autres plaisirs. Alice la prend par la main et l’entraîne, brusquement fouettée d’un désir irrésistible à la pensée d’être bientôt écrasée sous le poids du beau jeune homme.

Nues, échevelées, elles rejoignent le bar en se tenant par la taille et s’arrêtent net sur le seuil, sidérées. Leurs hommes sont debout devant le comptoir. François a posé une main sur le bras de Marc, et celui-ci lui susurre des secrets à l’oreille.

Les deux femmes se regardent, interdites.

Lucie, qui a le sang chaud et la fougue de la jeunesse, se précipite :

— Hé ho, vous faites quoi, là, au juste ! Et nous alors !

Son ami éclate de rire et réplique, narquois :

— Et vous, mes chéries, vous faisiez quoi, toutes les deux ? Allez, venez par là, on n’est pas rancuniers ! On retourne dans la grande chambre ?

Joignant le geste à la parole, il quitte le bar et fait signe aux autres de le suivre. Il jette un coup d’œil à François, et lui propose, désinvolte, désignant vaguement Lucie d’un geste de la main :

— Tiens, je te la passe si tu veux… et moi, avec ta femme, est-ce que je peux ?

François acquiesce machinalement, sans un regard pour sa femme, ébloui par la jeune beauté féline qui chaloupe vers lui en le regardant franchement. Qu’est devenue la jeune fille soumise qui s’est précipitée à ses pieds et l’a divinement sucé sans jamais oser lever les yeux vers lui ?

Prises chacune par un homme, les deux femmes se regardent et se sourient. Alice trouve Lucie si belle prise ainsi, chevauchée virilement. La jeune fille est allongée sur le dos ; François, assis sur ses talons, mène la danse en la tenant fort par les fesses. Dévorée de désir, Alice s’approche, progressant à quatre pattes, entraînant Marc vrillé à ses reins, et pose sa bouche sur les lèvres de Lucie, tandis que ses mains partent à la rencontre de ses petits seins. Alice sait que les hommes les regardent tout en les baisant fougueusement, et cela accroît son désir de jouer. Les bouches des deux jeunes femmes se soudent. Oublieuses des hommes, en apparence, car ce spectacle leur est dédié, elles s’embrassent passionnément à nouveau.

Cette vision rend fous leurs compagnons qui remuent de plus belle et évitent l’orgasme de justesse. Les filles rient, complices. Souple comme une liane, Lucie se tourne vers son amie pour téter son sein, et se positionne de son mieux pour atteindre son ventre, le couvrir de baisers, obligeant François à la suivre pour rester en elle.

Lucie entreprend de lécher le petit bouton bien apparent au dessus du sexe de son homme qui apparaît et disparaît à un rythme infernal. Alice n’en peut plus, baisée avec ardeur, léchée avec douceur, le contraste des sensations est à la limite du supportable. Elle se met à gémir de plus en plus fort sous la montée du plaisir qui la submerge, Lucie se réjouit de l’imminence de son orgasme et ne lâche pas son clitoris, le suçotant avec dévotion et enthousiasme. François, sur le point d’être une nouvelle fois expulsé par les agissements de Lucie qui ne pense qu’à satisfaire son épouse, la plaque violemment contre lui et jouit aussitôt, la retenant avec force contre ses hanches.

François s’effondre lourdement sur le lit, repu, vidé de toute énergie. Les cris de plaisir d’Alice parviennent à peine à ses oreilles. Il ne se doute pas encore que sa prestation vient d’être contemplée et admirée.

Une main inconnue, douce et fraîche, ne tarde pas à se poser sur la sienne.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *