Osez 20 histoires de sexe partout sauf dans un lit

Osez 20 histoires de sexe partout sauf dans un lit

12345
Loading...

COLLECTIF

La MusardineOsez 20 histoires



256 pages


Papier 8€20 Ebook 5€49

Acheter

Disponible sous 48 heures
8€20 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
5€49 Télécharger

Résumé

Dans la salle de bain ? Dans la voiture ? Chez le médecin ? Dans la rue ?

L’’amour se fait le plus souvent au lit. Mais comme vous le montreront les vingt nouvelles qui composent ce recueil, ce n’’est pas non plus une loi universelle ! De la cabine d’’un conducteur de TGV aux caves d’’un vigneron du mâconnais en passant par les locaux de l’’École Normale Supérieure, une église, le parking VIP d’’un aéroport et même les locaux de la Musardine, vous découvrirez de nombreux endroits inattendus, qui ont une fois encore déchaîné l’’imagination des plumes de la collection « Osez 20 histoires ». En manque d’’idées pour pimenter votre vie sexuelle ? Ces vingt nouvelles, à lire comme vingt idées de scénarios érotiques, vous éloigneront du lit conjugal pour vous faire découvrir des voluptés insoupçonnées……

Débuter la lecture

Partout sauf dans un lit – Stéphane Rose

Bonjour. Je me présente, Stéphane Rose, directeur de la collection de nouvelles érotiques « Osez 20 histoires », dont vous tenez actuellement un exemplaire entre les mains. C’est un peu la petite sœur de la collection des guides pratiques « Osez ». À la Musardine, j’occupe d’autres fonctions, qui me valent d’y occuper un bureau. Il est entouré de bibliothèques remplies de l’intégralité des livres parus dans notre chère maison d’édition depuis sa création.

Un soir, sur le coup de 20 heures, mon amoureuse vient m’y chercher dans l’idée de tester un restaurant du quartier. Je l’embrasse, expédie la rédaction d’un mail de boulot, l’envoie, éteins mon ordinateur, boucle mon sac.

— C’est bon, t’es prêt ?

— Pas tout de suite, il me reste un truc à faire. Je devrais d’ailleurs dire : il « nous » reste…

— Hein ?

— Hier soir, tu m’as dit que tu trouvais qu’on baisait un peu plan-plan, en ce moment, tu te souviens ?

— Oui.

— J’y ai réfléchi, et je pense que tu as raison : on s’encroûte. Et justement, il se trouve qu’ici, nous éditons une petite collection de guides pratiques dont on dit qu’ils sont idéaux pour, selon la formule consacrée, remettre un peu de pim…

— Ah non, tu ne vas quand même pas me faire le coup du piment dans le couple !

— Tu le préférerais ailleurs ?

— T’es lourd.

— Ferme les yeux.

— Hein ?

— Ferme les yeux, je te dis. Fais-moi confiance.

Elle s’exécute. Je la guide alors jusqu’à l’étagère sur laquelle est rangée l’intégralité de la collection « Osez » depuis ses débuts. Je lui prends la main, l’invite à fermer son poing, duquel j’extrais son index, que je pose sur le premier livre.

— Laisse filer ton doigt de gauche à droite, et arrête-toi quand tu veux, je lui dis.

Bonne joueuse, elle m’obéit sans réfléchir, intriguée mais résolue, promène son doigt le long de la tranche des livres, va et vient de gauche à droite, de droite à gauche, s’arrête soudainement sur un livre en particulier.

— Maintenant, ouvre les yeux. Et prends le livre sur lequel tu as posé ton doigt. C’est quoi ?

— Osez faire l’amour partout sauf dans un lit, de Marc Dannam.

— Intéressant, je lui dis en la galochant de façon suffisamment salace pour faire passer une intention sexuelle.

Elle se laisse faire. J’en profite pour glisser une main sous sa jupe et la plaquer sur sa chatte.

— Assieds-toi sur mon bureau.

— Hein ?

— Assieds-toi, je te dis !, je lui demande d’un ton ferme, tout en la prenant par la taille pour l’obliger à poser ses fesses sur le bureau.

Parvenu à mes fins, je remonte sa jupe sur ses hanches, attrape mon siège et m’assieds face à sa petite culotte rose de Barbie lubrique.

— Mais qu’est-ce que tu fais ? On a réservé le restaurant, tu…

— Le restaurant attendra, pour le moment, j’ai faim d’autre chose.

Je le lui prouve en léchant avec gourmandise le tissu de sa culotte. Elle se laisse faire en souriant, miaulant avec velléité, puis avec plus de conviction. Aux premiers effluves de musc qui me chatouillent les narines, j’écarte le tissu pour saluer plus frontalement son intimité. Je commence par lécher l’extérieur de son sexe, mais sa mouille qui mousse sur ma barbe me dissuade de minauder trop longtemps. D’un coup de langue résolu, j’écarte ses petites lèvres et m’engouffre dans son con déjà trempé.

— Tu vas quand même pas me baiser ici…

— Je vais te baiser partout sauf dans un lit. Et mon bureau, ça me paraît pas mal pour commencer.

Je lui crache sur le clitoris et le cerne de légers coups de langue tout en sortant ma queue de mon jean.

— Stéphane, t’es encore là ?, demande une voix au loin.

Ma dulcinée sursaute, repousse mon visage et serre pudiquement ses cuisses en rougissant plus vite qu’une tomate sous la canicule italienne.

— Oui, oui, Carole, c’est bon, je fermerai, t’inquiète !

— OK, bonne soirée, à demain !

— À demain !

Je rassure ma chérie :

— C’était Carole. C’est bon, elle a rien vu.

— Oui, ben moi, ça m’a coupé dans mon élan…

— Pas grave, j’ai un plan B.

Je la prends par la main et l’emmène hors de mon bureau, direction la réserve. C’est là que nous rangeons les fournitures nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise. Une grande pièce cernée d’étagères remplies d’enveloppes, de catalogues promotionnels, de morceaux d’ordinateurs et autres fournitures de bureau. On y trouve aussi plusieurs cartons de bouteilles du vin avec lequel nous arrosons les soirées de lancement de nos livres. Au centre de la pièce, une grande table, généralement utilisée pour empaqueter les gros colis, mais dont je compte faire un usage détourné.

— Tu vas me baiser sur cette table ?, elle me demande d’un œil lubrique étudié sans même attendre la réponse, puisqu’elle tombe jupe et culotte et s’assied sur le bois en écartant les cuisses.

Je déboutonne mon jean, sors ma queue et la pénètre d’un coup sec, qu’elle accueille en poussant un petit cri. Je bande fort, moins excité par la situation que par la journée que je viens de passer à la fantasmer. J’avais en effet prémédité mon coup dès la veille au soir, et à dire vrai, aurais préféré que son doigt s’arrête sur le Osez le libertinage de Pierre des Esseintes. Mais à croire ma trique insolente, partout sauf dans un lit, c’est bien aussi. Je m’agrippe à sa taille et accélère la cadence tout en fouillant sa bouche avec ma langue. Le bois se met à couiner dangereusement, un carton posé sur le rebord de la table s’écrase sur le sol avec fracas, répandant sur le sol une vingtaine d’exemplaires de la BD Petite vicieuse, d’Ardem. Les dieux du stupre semblent être avec nous, mais nous voilà de nouveau stoppés dans notre élan.

Cette fois, c’est elle qui prend le relais. Elle me prend par la main, sort de la réserve et se plante sous la verrière, suffisamment percée de la lumière tamisée du soleil couchant estival pour éclairer trois bureaux.

— C’est à qui, ce bureau ?, elle me demande.

— Didier, le maquettiste.

— Et celui-là ?

— Monique.

— Celle qui rit ?

— Ça m’étonnerait. Encore que.

— Et celui-là ?

— Amélie.

— C’est qui ?

— Une stagiaire.

— Elle est comment ?

— Euh… Un peu coincée, je dirais. Beaucoup, même, à vue de nez.

— Parfait, dit-elle en se dirigeant vers son bureau, sur lequel elle s’assied en écartant les cuisses.

Je reste à distance et la regarde. Je connais trop cette petite lueur dans son œil, ce petit air de défi mâtiné de désir, qui trahit son goût immodéré pour l’exhibitionnisme. Elle veut se branler et veut que je la regarde. J’empoigne mon sexe et le masturbe doucement, les yeux rivés sur sa chatte. C’est ce qu’elle veut, que je lui mate la chatte, que je voie avec quelle libéralité elle s’ouvre, que je l’encourage à l’ouvrir encore plus.

— Vas-y, écarte bien les cuisses, je lui dis. Montre-moi tout. Montre-moi comme tu es impudique.

Ça marche. Ça marche toujours. Elle s’astique l’abricot en feulant, tout en s’enfonçant deux doigts bien profond dans la fente, que je fixe comme un chien fixerait une entrecôte.

— Branle-toi bien, elle me dit. Et sors tes couilles de ton boxer, je vois que ta queue.

Sa mouille abondante a vite fait de lui filer entre les doigts pour s’écraser sur le tapis de souris de la pauvre Amélie en minces filets blanchâtres. Elle s’arrête, scrute les affaires de ma jeune collègue, attrape un toner d’imprimante en forme de gros cylindre noir, qu’elle s’enfonce dans la chatte. L’effet est immédiat : plus c’est gros, plus ça m’excite. Ma queue grossit à l’unisson, et mes couilles pleines comme des figues trop mûres menacent désormais de gicler à tout instant. Elle s’en rend compte et me toise d’un air de défi. Je sens qu’elle prépare un coup et ça ne rate pas : elle se crache sur le bout des doigts, se lubrifie l’anus avec sa salive, puis attrape un stick de colle sur le bureau et se le carre dans le cul, tout en continuant de se besogner le con avec le toner d’imprimante, qu’elle enfonce de plus en plus loin. Je pourrais m’amuser très intellectuellement de son effronterie, mais c’est trop tard : j’ai passé un seuil dans mon excitation, atteint le point de non-retour de ma bestialité, ce moment mystique où je renoue avec mes lointains ancêtres préhistoriques, où je ne suis plus qu’une bête, une queue, un gros animal autoritaire et fougueux asservi à ses pulsions. Je la contourne, l’attrape par les épaules et la force à s’allonger perpendiculairement au bureau. Ses jambes pliées dépassent d’un côté du bois, sa tête pend dans le vide de l’autre côté, bouche grande ouverte, prête à m’accueillir.

J’enfonce ma queue dans sa bouche en grognant « bouffe, salope », tandis qu’elle continue de s’enfoncer le toner dans la chatte et le tube de colle dans le cul. Remplie de partout, je l’entends gémir. Je tire son soutien-gorge vers le ventre pour libérer ses gros seins blancs, que je pince sans ménagement. Elle transpire, rougit, se met à crier, libère sa bouche de ma queue et gueule son orgasme en roulant des yeux de possédée.

Au prix d’un effort incommensurable, je parviens à me réincarner en homme civilisé et lui laisse un temps de répit. Elle reprend son souffle, m’embrasse, se relève, contemple d’un air satisfait les grosses taches de mouille qu’elle a laissées sur le bureau désormais désordonné de ma jeune collègue. On rigole comme des cons.

— T’as pas joui… elle me dit avec son air faussement désolé.

— En effet.

On quitte la pièce, direction la cuisine. On y mange le midi entre collègues, et la reconvertit en bar et buffet les soirées de lancement à la librairie. On y accède directement du fond de la boutique en poussant une porte en bois sculptée en forme de femme nue, façon saloon sexy. J’attrape une bouteille de blanc ouverte dans le frigo et en bois une belle gorgée à même le goulot, avant de la tendre à ma chère et tendre, qui m’imite. Un ange passe. Nous réfléchissons tous les deux au prochain lieu de nos ébats.

— On va à l’étage ?, elle me demande en fixant l’escalier qui part d’un coin de la cuisine.

— C’est tentant, mais il n’y a que des bureaux, là-haut. On pourrait certes baiser sur celui de Claude, mais baiser sur le bureau d’un éditeur de littérature érotique, niveau transgression, tu repasseras. On serait dans une succursale de la BNP, je dis pas, mais là…

— Et celui d’Anne ?

— C’est pas l’envie qui manque, mais elle me le pardonnerait jamais !

— Elle est pas obligée de savoir…

— Autant éviter de prendre le risque. Je préfère encore endurer la colère d’Attila que celle d’Anne qui trouve un de mes poils de bite lundi matin sur son bureau. Et puis des bureaux, on vient déjà d’en faire deux. Partout sauf dans un lit, ça veut pas dire sur tous les bureaux qui passent. Ça veut dire partout.

— Pas faux. L’escalier ?

— L’escalier.

Elle me précède, monte trois marches et s’agenouille sur la quatrième, coudes posés sur la cinquième, en accentuant à dessin sa cambrure naturelle déjà très insolente. Elle sait que le spectacle de son cul rond et charnu en offrande me rend fou, mais tourne quand même la tête vers moi pour s’en assurer. Ses yeux ne cherchent pas mon paquet, mais mes propres yeux.

— Baise-moi, elle me dit.

Je plie un genou au niveau des siens, maintiens l’autre jambe tendue deux marches plus bas, et m’enfonce dans sa petite chatte. Doucement. Je veux sentir mon gland hypertendu forcer ses parois internes millimètre par millimètre. Arrivé au bout, j’attaque de lents va-et-vient, dont j’accélère le rythme dans une progression régulière. Son cul moelleux accueille chacun de mes coups de reins dans un frémissement de chair excitant.

— Ah, ce cul, bordel, ce cul !, je m’entends dire.

On dit des amoureux au long cours qu’ils ont trouvé chaussure à leur pied, je dirai, pour ma part, avoir trouvé cul à ma queue. Encore que, niveau chaussures, la petite salope a de la ressource, mais je garde ça pour un autre texte à paraître dans un hypothétique Osez 20 histoires de fétichisme. Pour l’instant, je suis focalisé sur son cul. Comme chaque fois que je la prends en levrette, je me dis que je ne m’en lasserai jamais, qu’un cul pareil, c’est le meilleur remède contre l’infidélité. Quand tu as la chance d’en trouver un, tu consacres le restant de tes jours à tout faire pour le garder. Et quand tu l’as entre les mains en pleine action, tu essayes de te maîtriser pour ne pas jouir trop vite, pour prolonger du mieux que tu peux cet instant magique et sacré. Mais l’homme préhistorique à l’intérieur de moi ne l’entend pas de cette oreille : il veut cracher sa semence dans sa femelle en se moquant bien des ruminations lyriques de l’amoureux transi. Et la femelle se fait sa complice en m’attrapant les couilles par en dessous. Je sens le foutre monter à belle allure, et mon gland sur le point d’exploser. Mais puisque ce n’est pas ce que j’ai prévu, je m’arrête brusquement dans mon élan.

En route vers la libraire désormais presque totalement plongée dans l’obscurité. À travers la vitrine, la lueur des réverbères nous permet tout juste de distinguer les rayonnages, qui se détachent de l’espace de la boutique en gros volumes sombres. Je cherche un endroit où batifoler sans foutre le bronx, mais chaque centimètre carré de l’échoppe déborde de livres bien rangés. Reste la caisse, mais elle est trop haute pour y faire quoi que ce soit. Je m’allonge donc sur la moquette après m’être entièrement foutu à poil. Ma belle m’imite et sans un mot, chevauche mon sexe et m’enlace gentiment. Je lui laisse faire le boulot. Elle agite son cul moelleux le long de ma queue dans un va-et-vient langoureux et me galoche gentiment. Sans nous concerter, nous renonçons à proférer les saloperies qui nous excitent tant d’habitude, sans doute intimidés par les millions de mots crus qui sommeillent dans les livres rangés placidement dans la librairie qui sommeille. Le jour, une librairie érotique est un appel au vice : des milliers de livres aux couvertures aguicheuses font du gringue à une procession de clients suspects, et même quand ils ne le sont pas, le lieu, par nature, leur en donne l’air. Mais la nuit, c’est paradoxalement un peu comme une église : ça impose le respect et la timidité. Pierre Louÿs, Mac Orlan, Anaïs Nin, Sade, ce vieux cochon d’Esparbec et tant d’autres nous contemplent et nous intimident. Je jouis en réprimant mes grognements, de peur de les déranger.

 

Une semaine plus tard…

— Allez, à ton tour ! Te désiste pas, tu m’as promis !

Les yeux fermés, je laisse courir mon doigt sur la rangée de « Osez ». Je prends mon temps, essaye de calculer où j’en suis dans l’ordre alphabétique d’auteurs que je connais presque par cœur dans l’espoir de tomber sur le bon livre. Mais je me perds, hésite à tricher en entrouvrant les yeux, y renonce et finis par élire un livre au hasard.

Elle s’en empare, éclate de rire et me dit d’ouvrir les yeux.

— Tu as choisi Osez dresser votre mari, d’Octavie Delvaux !

Et merde…

 

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *