Osez 20 nouvelles histoires érotiques de Noël

Osez 20 nouvelles histoires érotiques de Noël

12345
Loading...

COLLECTIF

La MusardineOsez 20 histoires



256 pages


Papier 8€20 Ebook 5€49

Acheter

Disponible sous 48 heures
8€20 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
5€49 Télécharger

Résumé

« Petit Papa Noël, emmène-moi au septième ciel… »

Vous aviez aimé Osez 20 histoires érotiques de Noël ? Vous adorerez Osez 20 nouvelles histoires érotiques de Noël ! Pour ce volume 2, nos auteurs ne se sont pas faits prier pour ressortir du placard leur costume de Père Noël dévergondé, bien résolus à détourner une nouvelle fois les codes de Noël pour en faire une joyeuse orgie : crèche vivante qui dégénère, plan à trois dans une cabine d’’essayage en plein shopping de Noël, recrutement pas très orthodoxe de Père Noël intérimaire, réveillon qui tourne à la partouze générale… Après la lecture de ce livre, vous ne verrez plus jamais Noël de la même façon ! Et comprendrez enfin le sens caché de la célèbre chanson : « Douce nuit… »

Débuter la lecture

Recrutement – Clarissa Rivière

Un calme inhabituel règne dans l’agence d’intérim. Ce n’est que le début d’après-midi, mais le téléphone a déjà cessé de sonner et les trois employées bavardent avec animation. Il est question de bûche et de cadeaux sous le sapin pour l’une, d’un grand restaurant pour une autre. La troisième se tait. C’est le soir de Noël. Julie écoute ses deux collègues et les envie en pensant à la soirée solitaire qui l’attend.

Leur chef surgit en trombe et les fait sursauter. Son agitation et son air débordé contrastent avec leur oisiveté, elles se sentent prises en faute et coupables sans raison.

— Les filles, j’ai besoin de vous ! lance-t-il à la ronde avec son sourire charmeur qui n’augure généralement rien de bon.

Les trois jeunes femmes échangent des regards, légèrement inquiètes. Que peut-il se passer de si urgent la veille de Noël ? Déjà, Laure regarde sa montre et fait mine de ranger son bureau. Elle voudrait partir. Sa famille l’attend.

— Ne faites pas cette tête ! Laissez-moi vous expliquer… un client spécialisé dans l’événementiel fait appel à nous. Leur Père Noël vient de les planter pour leur soirée de gala, oui, ce soir. Calmez-vous, mesdemoiselles !

Il hausse le ton pour rappeler à l’ordre ses collaboratrices qui parlent toutes en même temps, indignées.

— Je sais ! Il nous reste très peu de temps ! On a besoin de ce client, alors nous allons faire un effort… J’ai bien avancé votre travail, j’ai publié l’annonce et on a déjà cinq contacts intéressants. Qui l’eût cru la veille de Noël ! Moi, je vais y aller, sinon ma femme va me tuer… je vous passe le relais. Qui peut rester le temps de recevoir ces candidats et d’identifier le Père Noël idéal ?

Il a l’air de s’adresser à toute l’équipe, mais en réalité Julie sait qu’elle est la seule à pouvoir l’aider. Il lui demande cette faveur à elle, célibataire sans enfant, sans famille, toujours seule, même le soir de Noël. Lui est déjà en smoking, pressé de rejoindre sa soirée.

— Julie, je peux compter sur toi ? Je te revaudrai ça, je te le promets…

Son sourire se fait enjôleur et Julie sent sa volonté fléchir.

L’attention de leur directeur se concentre sur leur plus jeune collègue et les deux autres assistantes respirent. Elles enfilent leur manteau et s’éclipsent discrètement.

Leur chef les ignore et poursuit son briefing.

— J’ai convoqué les candidats à la même heure, ce sera plus vite réglé et tu seras rentrée tôt. Ils arrivent dans une vingtaine de minutes. Tu te contentes de vérifier lequel est le plus à l’aise en animation par quelques mises en situation et tu l’expédies à la soirée. Pour vingt heures dernier délai. Te connaissant, ça ira vite, tu as toujours eu l’art de poser les bonnes questions et un flair inimitable !

La flatterie n’arrange pas la mauvaise humeur de Julie. Elle se sent humiliée d’être la seule à rester sur le carreau un soir de Noël. Son patron lui caresse doucement la joue en l’effleurant de son index, comme une promesse de bons moments futurs. Julie n’est pas dupe, cela fait cinq ans qu’elle bosse comme une folle dans cette agence, et il n’a jamais eu un geste équivoque envers elle, sauf pour lui demander un service. Elle ne peut pas lui dire non, bien sûr. Depuis toujours, elle est amoureuse de lui en secret, pathétique Bridget Jones à la française. Julie finit par lui sourire malgré elle.

— D’accord… je suis vraiment trop gentille ! Tu me donnes le dossier ?

La jeune femme s’est à peine emparée des documents que déjà son directeur se redresse et se dirige vers la sortie. Il la gratifie d’un dernier sourire ravageur et quitte la pièce sans se retourner.

Il est tout juste quatre heures de l’après-midi. Julie se retrouve seule. Elle ouvre le dossier, lit le mail du client. Leur Père Noël leur fait faux bond, il est en arrêt de travail. Julie se retient d’éclater de rire. Il devait participer à l’animation d’une soirée de bienfaisance et distribuer des petits cadeaux aux invités avec une enveloppe de recueil de dons. La jeune femme parcourt les curriculum vitae des cinq candidats et s’attarde sur leurs photos. Certains ne sont pas mal du tout. Tous sont jeunes, désargentés et courent visiblement après tous les petits boulots qui se présentent.

Une idée de jeu germe peu à peu dans son esprit. Après tout, elle a bien le droit de s’amuser, elle aussi. Ils l’ont bien laissée tomber tous pour se rendre à leurs réjouissances. Julie examine de plus près l’annonce rédigée par son patron.

« Recherchons en urgence un Père Noël pour animer une soirée le 24 décembre au soir sur Paris. Envoyez votre candidature par mail (…) »

Une annonce suffisamment évasive qui va lui permettre d’inventer une histoire.

Les candidats sont tous arrivés à l’heure, l’ont saluée respectueusement et se tiennent à présent devant elle, à sa disposition. Julie s’éclaircit la voix, se lance :

— Bonjour messieurs. Avant tout, merci d’avoir répondu dans des délais aussi courts. Je vais maintenant vous en dire un peu plus sur la mission. C’est un peu particulier. Nous ne voulions pas être explicites sur l’annonce et préférions vous en parler de vive voix. Le Père Noël est en fait recherché pour animer une soirée libertine privée. Il sera offert en cadeau à ces dames. Il faut donc qu’il réunisse certaines qualités. Je suis chargée de m’assurer qu’il répondra à toutes les attentes, afin de proposer le Père Noël le mieux adapté à la situation et d’assurer la réussite de la soirée.

Un silence stupéfait accueille son discours. Les candidats échangent des regards. L’un d’entre eux prend la parole :

— Je suis désolé, je dois retirer ma candidature. Amusez-vous bien, les gars ! C’est sans moi, ce soir !

Un deuxième lui emboîte le pas aussitôt en bredouillant des histoires de femme jalouse. Ils détalent à toute vitesse, comme s’ils étaient poursuivis par le diable en personne. Dans le bureau, le silence devient oppressant. Julie toise les garçons encore présents des pieds à la tête et prend un malin plaisir à les embarrasser.

— Et vous, messieurs, êtes-vous certains de vouloir rester ? Ne me faites pas perdre mon temps, je déteste ça. Je peux lancer les tests d’aptitude ?

— Oui madame ! font-ils timidement, presque au garde-à-vous.

Julie savoure ce moment. Elle perçoit leur légère appréhension, mais aussi leur début d’excitation. Elle les tient au creux de sa main tous les trois et s’apprête à les faire danser. Elle va prendre tout son temps et les faire griller à feu doux jusqu’à ce qu’ils soient bien à point. Elle va les torturer avec art, délicatesse et perversion. Sans oublier son plaisir personnel. Julie sourit aux trois courageux qui n’en mènent pas large. Son regard reste sévère et ce sourire froid ne les rassure guère.

— Déshabillez-vous. J’ai besoin de vérifier que votre plastique est à la hauteur.

Les trois garçons enlèvent leurs vêtements avec une maladresse touchante et se présentent nus devant elle. Julie savoure ce spectacle. Elle se rapproche et hume leur bonne odeur de garçons. Elle tourne tout autour d’eux, sans prononcer une parole, tâtant un biceps par ici, un torse par là, tandis qu’ils se tiennent droits comme des militaires, subissant son examen avec stoïcisme, tels les horse-guards de Buckingham Palace. Julie, émue de palper et toucher tant de muscles vigoureux, cache son trouble de son mieux. Elle les observe attentivement en silence, en particulier là, au-dessous de la ceinture. Elle secoue la tête devant les deux frileux dont le sexe se recroqueville sous son regard et admire celui qui se lève déjà sans qu’elle l’ait encore approché.

Julie se met à genoux, s’avance et entreprend de les examiner en détail. Elle commence par le plus victorieux. Elle prolonge exprès l’attente de ses voisins transis, cachant de leur mieux leur bas-ventre de leurs mains. Son visage s’approche à quelques centimètres de la verge à demi levée qui se tend vers elle à l’aveuglette. Elle respire son odeur et sourit. Il sent divinement bon, un mélange de terre fraîchement labourée recouverte de la rosée du matin, de sous-bois, d’humus. Elle voudrait le goûter et souffle sur les poils châtains tout bouclés pour les agiter et agacer la peau. C’est clairement le moins timide des trois, le plus fanfaron.

— Vous êtes ?

— Rémi !

Le second phallus est épais, large, alors qu’il est encore au repos. Tous les poils ont été rasés et il s’affiche avec indécence, entre deux boules grasses et lourdes. Julie résiste à l’envie de les soupeser et les faire rouler entre ses doigts, légèrement répugnée par ce rasage intempestif.

— Fabrice, madame ! Pour vous servir.

Julie se retient de sourire. En voilà un qui a envie de jouer lui aussi.

Le dernier pénis est entièrement rentré dans sa coquille et apparaît à peine à travers une forêt de longs poils noirs.

— Tu es donc Julien… Montre-le-moi mieux que cela, voyons, gronde-t-elle.

Julie saisit le bout du sexe entre ses doigts, tire délicatement pour le dégager de sa cachette et le presse entre ses mains, l’apprivoisant peu à peu, satisfaite de le sentir grandir. Le garçon ferme les yeux de bien-être, mais Julie ne lui laisse pas le temps de profiter de ses caresses.

— Je veux vous voir bander tous les trois et tenir bon sous mes regards !

Fabrice rigole et tente une plaisanterie :

— C’est encore pire que Koh-Lanta ici !

Julie le foudroie du regard, et le jeune homme ravale son rire. Elle refait lentement le tour de chacun, pétrit à nouveau les torses, les dos, les fesses, appréciant la texture de leurs peaux, leurs muscles. Elle flatte leurs sexes, s’amuse à les faire rebondir contre la paume de ses mains, les compare et les imagine en elle… Julie se divertit avec ses trois jouets consentants, les regarde et les renifle sous toutes les coutures, de plus en plus excitée par leurs effluves et leurs sexes en érection constante.

— Bon, maintenant, on va passer aux choses sérieuses ! Exercices pratiques ! Vous allez tour à tour m’embrasser, me lécher avec toute votre patience, votre talent… Les autres, vous regarderez attentivement sans broncher… Interdiction de vous masturber ! Ou alors juste pour maintenir votre érection.

Julie s’allonge sur la table de réunion et écarte les jambes sans façon. En temps normal, elle ne peut accepter cette caresse sans se sentir gênée, mais là, elle joue son rôle de maîtresse et en profite. Ils sont là pour la servir et l’adorer. Et être le meilleur. Fabrice est le premier à s’avancer crânement, un rire au bord des lèvres. Julie a l’intention de mater ce trublion et empoigne sa nuque pour coller sa bouche sur son intimité. Elle sent une langue un peu récalcitrante la tâter et la goûter. Irritée, elle plaque de plus belle le visage de l’homme sur son sexe.

— Je suis sûre que tu peux faire mieux que ça, allez un effort ! Les libertines auxquelles vous aurez affaire s’y connaissent, il va falloir donner le meilleur de vous-mêmes, et longtemps.

Elle va se charger de lui apprendre. Pour la première fois, elle goûte au sexe pour le plaisir et seulement ça. Les sentiments ne sont pas en jeu, elle ne craint pas de le vexer ou de se sentir obligée à quoi que ce soit. Elle peut tout arrêter quand ça lui chante, et tout exiger aussi. Sa liberté est sans limite !

— Tu dois m’embrasser plus haut ! Oui, là ! À ton âge, tu ne sais toujours pas où se trouve le clitoris ? Et plus doucement quand même, c’est sensible…

Elle ose dicter son désir, faisant fi des convenances, de leur opinion. Seul compte son plaisir. Penaud et piqué au vif, le jeune homme s’applique et fait de son mieux. De doux gémissements lui prouvent qu’il a amélioré sa technique. Il se prend au jeu, et bientôt un chant de plaisir répond à ses coups de langue. Sa verge durcit et sa langue devient plus agile encore.

— Oui, c’est bien mieux, ne me lâche pas surtout, continue, exactement pareil, ne varie pas, tu peux mettre un doigt aussi et… oh…

Julie ne peut plus prononcer la moindre parole intelligible, son plaisir monte de façon irrésistible et explose en un divin orgasme.

Les deux autres garçons ne perdent rien du spectacle. Rémi a hâte de boire à cette source et se poste derrière Fabrice, prêt à prendre son tour. Lui a toujours adoré donner du plaisir aux femmes ainsi et prétend s’y connaître. En tout cas, toutes ses copines ont aimé, aucune ne s’est plainte. Il va lui montrer ! Il se précipite sur le sexe ouvert, toute langue dehors, à peine Julie remise des derniers soubresauts de son plaisir. À sa grande surprise, elle le repousse.

— Attends, pas si vite… mmm… pas tout de suite, c’était trop bon ! Laisse-moi récupérer un peu. Ce sera bien plus long à présent, vous voilà prévenus ! Car là, je suis toute comblée !

Les garçons la laissent ronronner un moment, attendant les ordres. Julie se contente de rouvrir ses jambes pour montrer qu’elle s’offre à la caresse du suivant. Elle se sent déjà paresseuse et repue, mais contre toute attente, Rémi la conduit très vite au septième ciel par de savants coups de langue, délicats et connaisseurs, au bon endroit. Julie se tend comme un arc et gémit de plus belle, s’abandonnant au plaisir qui la submerge. Le jeune homme est fier de lui. Il adresse un clin d’œil à Julien qui commence à ressentir une certaine pression.

Julien s’installe bravement à la place de Rémi et s’apprête à fourrer son nez dans son intimité, quand Julie le dispense de l’épreuve d’un revers de main. Elle adore ça, et n’ose jamais le demander à ses amants de passage, mais là, c’est trop. Elle en a assez de se faire lécher la chatte. Elle aspire maintenant à d’autres plaisirs, plus intenses. Son sexe, léché et embrassé comme jamais, rêve d’être pénétré par une queue ardente.

— On verra plus tard, Julien ! On va passer au test suivant… Vous allez me pénétrer l’un après l’autre, pour que je puisse juger de votre taille, vigueur, force, et aussi abnégation… Surtout, retenez-vous d’éjaculer ou ce sera la porte direct. Le principal critère recherché, je vous le rappelle, c’est l’endurance ! Il n’y a qu’un seul Père Noël et de nombreuses dames à satisfaire ! Avant, bien sûr, vous devez vous montrer capables d’enfiler un préservatif plus vite que votre ombre, avec classe et naturel, va sans dire.

Tour à tour, les trois garçons se succèdent sur Julie et la pénètrent doucement, de plus en plus fort, jusqu’à ce qu’elle crie grâce et souhaite que le suivant la prenne. Le dernier, Julien, a plus de chance. Julie le garde longtemps en elle et serre fort ses jambes autour de ses reins pour mieux le retenir avant de jouir à grand bruit. Les deux autres sont un peu envieux et caressent la poitrine, les fesses de la jeune femme, tout ce qui se présente à leur portée, en se masturbant énergiquement. Julie est déjà partie trop loin sur le chemin du plaisir pour les remettre à leur place. À peine a-t-elle joui qu’elle repousse Julien brusquement. Le jeune homme étouffe un cri de dépit et se mord les lèvres de frustration.

Les trois garçons sont chauffés à blanc. Leurs sexes sont fièrement dressés, mais ils mettent un point d’honneur à ne pas insister. Ils se tiennent prêts pour la suite. L’heure tourne. Julie va devoir leur révéler la vérité. Elle se sent un peu anxieuse. Ils vont être fous de rage d’avoir été joués… à moins que… oui, c’est la seule solution pour faire passer la pilule. Ils doivent d’abord jouir tous les trois, ils seront plus enclins à lui pardonner. Ils n’auront plus la force de se rebeller ou s’énerver une fois comblés.

Le temps presse, Julie n’a plus le temps de se consacrer à chacun personnellement. Elle va devoir s’occuper des trois à la fois et les faire jouir de concert. À cette pensée, son désir redouble, et son excitation est décuplée.

Julie leur explique le dernier test. Il y aura d’autres hommes à cette soirée. Il s’agit de pouvoir prendre madame de toutes les façons, sans se gêner les uns les autres, sans être embarrassés par le regard ou le contact d’autres hommes, et jouir à son commandement, où et quand elle le souhaite.

Julie les regarde et considère de plus près leurs sexes.

— Nous n’avons plus beaucoup de temps. Julien, tu vas me prendre les fesses, Rémi le sexe, et toi Fabrice, tu auras ma bouche et ma langue, et le spectacle à regarder… Allez, les enfants, en piste…

Elle s’est bien éclatée, a joui à plusieurs reprises, il est normal après tout qu’ils aient du plaisir à leur tour. Rémi, si bien pourvu par la nature, est sommé de s’allonger sur le dos. Julie se couche sur lui, prend son sexe dans ses mains et le fourre dans le sien, tout gorgé de désir. Elle veille à bien tendre et lever les fesses pour Julien, dont le sexe plus mince la rassure un peu. Elle ne tarde pas à sentir une approche empressée. Un sexe fin et dur comme du métal se colle entre ses fesses et s’efforce de se faufiler à l’intérieur, en pressant de plus en plus fort. Julie se cabre, se tortille, sans nullement décourager Julien qui persévère et s’introduit peu à peu en son cœur. Rémi est déjà plongé tout au fond d’elle et remue à peine.

Brave fille de parole malgré une légère réticence, elle ouvre grand la bouche et offre ses lèvres à Fabrice. Ce dernier orifice ne tarde pas à être empli, profondément et avec enthousiasme, par la plus belle queue du trio.

Ils sont plantés loin en elle et se meuvent ensemble, en harmonie, comme un seul être monstrueux. Julie ne s’appartient plus, elle s’est donnée complètement à ces trois hommes qui l’ont si bien fait jouir. Le temps n’existe plus, ils vont et viennent en elle avec précaution et passion, réprimant leur jouissance. Julie délaisse un instant le pénis de Fabrice, pour reprendre son souffle et leur ordonner de jouir d’un ton sans réplique.

— Maintenant !

Les trois hommes maintenus au bord de l’orgasme depuis si longtemps ne retiennent plus leur plaisir. Longtemps contenu, refoulé, il explose enfin et se libère avec une force et une énergie furieuse. Julien s’impose d’un dernier coup de reins, tandis que Rémi la presse plus fort encore contre lui. Prise en sandwich entre leurs deux torses musclés, elle sent leurs queues vibrer en elle et lâcher leur semence par saccades. Julie se remet à pomper Fabrice avec ardeur, et il ne tarde pas lui non plus à libérer des flots de sperme dans sa bouche. Julie hoquette, il a éjaculé directement au fond de sa gorge sans prendre la peine de s’extraire. Elle avale une grande goulée pour respirer et laisse le reste couler des commissures de ses lèvres.

Tous les quatre s’abattent lourdement sur le sol, épuisés. Ils reprennent lentement leurs esprits. Julie prend son courage à deux mains pour lancer :

— Bon, les garçons, j’imagine que vous avez deviné que vous êtes tombés dans un guet-apens ? Vous n’êtes pas nés de la dernière pluie, quand même ! Nos méthodes sont un peu plus conventionnelles, vous vous en doutez ! Mais je me sentais si seule, si triste, et c’est le soir de Noël… vous me pardonnez ?

Des grognements de mâles repus parviennent des trois épaves vautrées sur le sol. Julie est soulagée. Elle n’a pas besoin de jouer les pleureuses. Elle reprend d’un ton plus guilleret :

— La bonne nouvelle, c’est qu’il y a vraiment une mission ! Mais pour une soirée caritative, une vente de charité.

Les quatre jeunes gens sont pris d’un fou rire irrépressible, presque aussi délicieux que l’orgasme qu’ils viennent de vivre. Quand ils réussissent enfin à se calmer, Julie rassemble un peu de dignité et reprend d’un ton professionnel :

— Je vais mettre fin à ce suspense insoutenable et vous donner le nom de l’heureux élu. Fabrice, c’est toi !

— Félicitations, mec, tu as vraiment été le meilleur ce soir ! plaisante Rémi.

Quelques bourrades et un gros rire accueillent cette sortie. Julie savoure ce moment. Elle les aurait bien gardés tous les trois ! Elle se sépare de Fabrice à regret, elle ne l’a choisi que parce qu’elle ne peut déjà plus se passer de la langue de Rémi, ni de la queue de Julien.

— Heu, et vous autres, vous avez quelque chose de prévu ce soir ?

— Oui ! répond Rémi du tac au tac, une orgie d’amour avec notre recruteuse préférée !

Sans attendre sa réponse, il se précipite sur elle pour la dévorer de baisers et la faire basculer à nouveau sur le sol. Julie sent que son rôle de maîtresse va être difficile à tenir plus longtemps.

 

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *