Acheter

Disponible sous 48 heures
7€50 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

« Jamais de culotte dans mon bureau, mademoiselle ! »

 La vie dans les multinationales n’est pas aussi feutrée qu’on voudrait bien le faire croire, et dans le cas qui nous intéresse, la crise n’y est pour rien… Issara, jeune eurasienne, en fera l’amère expérience. Victime d’un chantage, elle devient à son corps défendant la proie du directeur commercial de la firme ; il va la soumettre peu à peu à sa perversion sans limite et elle n’aura pas d’autre choix que de devenir son assistante très personnelle. Le premier moment de révolte passé, sa vraie personnalité va se dévoiler : la sage jeune femme va peu à peu sortir de son statut de soumise passive et devenir une actrice imaginative de ses propres mises en scène, emportée par une sensualité qu’elle ne soupçonnait pas. Alain Sival nous accompagne pas à pas dans les méandres de cette lente métamorphose, et nous prouve que finalement, le maître du jeu n’est pas toujours celui qu’on imagine.

Débuter la lecture

CHAPITRE PREMIER – Jeux de langue dans un parking

Les bureaux étaient déserts à présent et l’équipe de nettoyage n’allait pas tarder à débarquer, mais Issara était restée après le départ de ses collègues pour terminer un travail urgent. Elle relut sur l’écran de son ordinateur la dernière page du rapport qu’elle devait rendre le lendemain. Ensuite, elle sauvegarda le fichier, arrêta l’appareil et s’en alla après avoir éteint toutes les lumières.

Dans le couloir, les miroirs qui faisaient face aux ascenseurs lui renvoyèrent son image. De taille moyenne, des cheveux noirs coupés à la Louise Brooks encadrant un visage aux traits fins d’une légère couleur ivoirine, elle ne pouvait renier son père cambodgien. Cependant, ses yeux bleus trahissaient son ascendance française du côté maternel. Ses parents avaient fui le pays quand le communisme avait commencé la chasse aux intellectuels et seule la nationalité de sa mère leur avait permis d’échapper à la longue errance des boat people.

Elle avait fini par accepter ses formes androgynes, ses seins menus qui se passaient de soutien-gorge, ses hanches étroites, mais elle se sentait malgré tout assez éloignée des canons de la beauté européenne et rêvait souvent de longs cheveux blonds et de poitrine généreuse. Elle ignorait que le contraste de ses yeux avec sa peau mate lui conférait un charme particulier.

Les portes métalliques s’ouvrirent dans un chuintement. Elle entra dans la cabine et, surprise, se retrouva face à Jocelyn, le directeur commercial. Il lui lança, amusé et interrogateur :

— Bonsoir Issara, vous travaillez bien tard ?

— Bonsoir monsieur, j’avais un rapport à finir sur le dossier d’import de Hongkong.

Elle ne s’était jamais sentie à l’aise devant ce beau gosse de trente ans aux costumes Hugo Boss, au bronzage toujours impeccable, au sourire carnassier et au regard gris acéré. Quand les secrétaires parlaient de lui, c’était toujours le rouge aux joues. Sa position élevée dans la hiérarchie ainsi que son physique de play-boy contribuaient largement à sa réputation sulfureuse. La main tendue vers le tableau de commande, il demanda :

— Sous-sol ?

— Oui ! Ma voiture est au parking.

Il appuya sur le bouton et la descente des vingt étages commença. Issara se retourna vers les portes, pensant ainsi mettre fin à la conversation. Ils étaient seuls dans la vaste cabine mais elle perçut rapidement sa présence très proche dans son dos. Elle sursauta quand une main légère se posa sur son épaule. Elle crut sentir la chaleur de la paume à travers le tissu de son chemisier. Elle y resta un bref instant avant de glisser lentement le long de son dos pour s’arrêter au creux de ses reins, à la limite de la ceinture de son jean. Elle fit un pas en avant et articula, d’une voix blanche :

— Mais, monsieur, je vous en prie, qu’est-ce que vous faites ?

— Allons, Issara, ne faites pas votre timide. Je m’intéresse à vous depuis longtemps, je pense que vous devez le savoir.

Le visage contre les portes, elle ne pouvait plus avancer, et le pas qu’elle avait fait n’avait pas interrompu le
contact de cette main aux doigts ouverts au bas de son
dos. Une boule d’angoisse lui noua le ventre et elle dit difficilement :

—Non, non, laissez-moi tranquille, il ne faut pas, laissez-moi s’il vous plaît !

Elle l’entendit rire brièvement et sentit son souffle chaud dans son cou. La main passa la frontière de la ceinture, glissant sur l’arrondi de ses fesses où elle se fixa un bref instant pour les malaxer doucement. Jocelyn reprit du même air dégagé :

— Je me suis toujours intéressé à vous et mon assistante va suivre son mari qui est muté à Boston. Il va y avoir une place à prendre, et je crois bien que vous avez le profil qui convient. Ce serait une belle promotion, vous ne pensez pas ?

Issara se crispa. Catherine n’avait dit à personne qu’elle s’en allait mais quand ça se saurait, la compétition pour prendre sa place serait acharnée. Attachée d’un haut responsable de la boîte, c’était autre chose que simple secrétaire, même experte en relations internationales.

La main sembla abandonner l’arrondi des fesses mais le répit fut de courte durée. Penché en avant, Jocelyn cherchait à se frayer un chemin entre les jambes qu’Issara serrait de toutes ses forces. Malgré sa résistance, la main se glissa entre ses cuisses. Le pouce tendu appuya sur la couture du jean qui s’enfonça entre les grandes lèvres du sexe, entraînant avec elle le fin rempart de la culotte.

— Monsieur, s’il vous plaît, ne faites pas ça !

Sûr de lui, Jocelyn rit à nouveau et lui souffla dans l’oreille, si près qu’elle sursauta à nouveau au contact furtif de ses lèvres :

— Comment ça, non ? Ça ne vous intéresse pas un beau bureau à l’étage de la direction générale avec le salaire assorti ? Vraiment, Issara, vous me surprenez. C’est le genre d’offre qu’on ne peut pas refuser. J’en ai déjà parlé au président et je crois bien qu’il est d’accord. Il apprécie beaucoup votre travail.

La main était toujours au creux de ses cuisses, appuyant de plus en plus fort et remontant sur le devant. Issara sentait ses jambes mollir. Le marché était clair : elle cédait aux avances de ce vicieux et le poste de Catherine était à elle. Pour ça, elle lui faisait confiance : il tiendrait parole, ne serait-ce que pour avoir une poupée docile à sa portée à longueur de journée. Ce n’était pas nouveau dans l’entreprise, même si tout le monde se gardait bien d’en parler ouvertement. Elle avait toujours su qu’elle devrait tôt ou tard affronter ce genre de situation mais pourquoi était-elle si troublée ? Il était beau garçon, d’accord, mais quand même !

Les portes de la cabine s’ouvrirent enfin. Jocelyn la saisit au poignet. Il la retourna, et la dominant de son mètre quatre-vingt-quinze, lui lança, un sourire ironique aux lèvres :

— Vous avez tout à y gagner. Soyez bien sûre que vous ne le regretterez pas. Alors, c’est d’accord ?

Elle hésita surprise par la faiblesse veule qui amollissait son ventre. Etait-ce vraiment l’espoir d’une belle promotion qui la mettait dans cet état ou y avait-il autre chose ? Elle n’osa pas approfondir la question et s’entendit dire :

— Oui, c’est d’accord !

— Il vous reste un petit examen de passage. Une simple formalité, vous verrez.

Ils franchirent les portes donnant sur le parking. La tenant toujours fermement par le poignet, il l’entraîna dans une allée et, arrivé contre un pilier de béton, il s’arrêta. Toujours aussi souriant, il lui dit :

— Vous allez me sucer mais nous nous comprenons bien, n’est-ce pas ? Si ça ne vous intéresse pas, nous partons chacun de notre côté. Vous garderez votre place actuelle et moi je m’adresserai à une de vos collègues. Je suis bien sûr que certaines en seraient ravies.

Le pire c’était qu’il avait raison. Issara ne l’ignorait pas, et elle était persuadée que bon nombre des autres secrétaires auraient cédé même sans la perspective alléchante d’obtenir un poste enviable. Elle avait les jambes en coton et son sang battait à ses tempes. Le trouble qu’elle éprouvait depuis le début s’était changé en franche excitation. Cela se passait toujours comme ça : d’abord elle n’avait pas envie mais sa sensualité exacerbée finissait par dissiper ses réticences. Et les hommes en profitaient. C’était à croire qu’ils flairaient en elle la fille chaude. Elle avait toujours été honnête avec elle-même. Si elle refusait, Jocelyn la laisserait tranquille. Il n’était pas stupide au point de risquer des ennuis. C’était elle et personne d’autre qui acceptait le marché, et pas seulement à cause de la promotion. Elle eut honte mais cela accrut son excitation. Elle se consola en songeant que ce serait la première fois qu’elle tirerait un avantage des tours que lui jouait sa chatte.

Jocelyn lâcha son poignet. Elle s’agenouilla sur le sol de béton brut. Le directeur commercial ouvrit sa braguette ouverte et sortit sa bite tendue. Elle lui sembla énorme.

— Allez-y !

Elle saisit la queue et l’enfonça dans sa bouche. Dans son trouble, elle se précipita. Le gland buta au fond de sa gorge et elle suffoqua. Jocelyn resta immobile quelques instants. Ensuite, lui prenant la tête à deux mains, il lui imposa un va-et-vient rapide, se servant de son orifice naturel comme d’un instrument dédié à son seul plaisir. Involontairement, elle gardait toujours les lèvres serrées, collées au relief de la bite épaisse. L’arrondi du gland labourait sa langue et elle se sentait de plus en plus molle, son horizon se réduisant à cette braguette ouverte d’où émergeait la verge qui lui emplissait la bouche et venait buter régulièrement au fond de sa gorge, lui arrachant des hoquets spasmodiques. Elle eut l’impression physique de sortir de son corps. Elle se voyait d’en haut comme si elle flottait au plafond. Non elle n’était pas cette fille agenouillée dans le parking, molle comme une poupée de chiffon, qui se faisait pistonner la bouche par le directeur commercial qui se servait d’elle comme de la dernière des putains.

L’accélération du rythme la ramena à la réalité des doigts de Jocelyn sur sa tête. Il se tendit en avant et grogna :

— Oh oui, je vais cracher !

Il bloqua la tête d’Issara et son sexe sembla gonfler encore entre les lèvres serrées. Le sperme jaillit, épais et chaud, se répandant jusqu’au fond de la gorge. La pression des mains se relâcha et la jeune femme partit en arrière, recrachant la bite toujours dure. Le sang battant toujours ses tempes, elle reprit lentement son souffle et, à travers son regard brouillé, elle ne vit que la tache blanche du mouchoir que Jocelyn lui tendait.

— Tenez, essuyez-vous la bouche !

Il s’était déjà rajusté et avait repris l’allure de jeune cadre dynamique qu’il affichait habituellement. Dans un geste de galanterie plutôt décalé vu les circonstances, il l’aida à se relever. Mais les apparences ne restèrent pas trompeuses bien longtemps. Avec un sourire satisfait, il dit :

— Vous avez une bouche sublime. Dommage que vous n’ayez pas porté de jupe aujourd’hui, mais nous en reparlerons.

Sur ce, il s’éloigna, les talons de ses Church claquant sur le béton gris. Quelques mètres plus loin, il se retourna et dit d’un air enjoué :

— A demain, Issara !

Elle entendit le moteur de sa BMW qui s’éloignait dans le sous-sol. Elle se dirigea d’un pas mal assuré vers sa voiture.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *