QUAND ON S’AMUSE A TROIS ON NE S’ENNUIE JAMAIS

12345
Loading...

ANONYME

Confessions érotiquesMedia 1000


adultèrecandaulismedomination F/Héchangismehumiliationvoyeurisme


128 pages


Papier 7€50 Ebook 4€49

Acheter

Disponible sous 48 heures
7€50 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

Mariés depuis cinq ans, Cyril et Jennifer s’’ennuient. Et voilà qu’’à une fête, il surprend sa femme, seins nus au bord de la piscine, qui se fait « enduire » de crème par deux hommes. En dépit de sa jalousie, la scène l’’excite affreusement. Dès lors, il va épier constamment l’’infidèle qui sans se douter de rien s’’amuse à sa façon. Va-t-il lui faire une scène ? Au contraire,… jamais encore il n’’a eu autant de plaisir avec elle qu’’en jouant au voyeur conjugal. Dès lors, ils seront pris dans l’’engrenage infernal du « cercle vicieux ». Toujours est-il que Cyril ne s’’ennuie plus (Jennifer encore moins !). Moralité ? Mieux vaut partager un gâteau avec des amis que ronger son croûton tout seul.

Débuter la lecture

Je vivais avec Jennifer depuis plus de cinq ans. Elle en avait vingt-cinq et moi trente. Notre vie sexuelle s’étiolait peu à peu. Mais Jennifer n’était pas en cause, je veux dire mon désir pour elle, ni le sien pour moi. C’était une brune pulpeuse qui ne manquait ni de charme ni d’allure.

Peut-être était-ce simplement à cause de notre boulot : elle, visiteuse médicale, absente plusieurs soirs par semaine, et moi très occupé dans une boîte de publicité. Durant plusieurs années, nous avons vécu nos retrouvailles des week-ends avec un intense plaisir. Nous passions des dimanches entiers au lit, à faire l’amour, à boire et manger, à dormir un peu et refaire l’amour.

Sans nous en apercevoir, nous nous installions dans la routine, à l’exemple de beaucoup d’autres couples. Je me demandais parfois si elle n’avait pas d’amants ; les nuits qu’elle passait à l’hôtel lui en donnaient l’occasion. Un jour, je le lui ai demandé d’un ton dégagé ; elle m’a taquiné :

— Si c’était le cas, je ne te le dirais pas !

Cette réponse mi-figue mi-raisin me laissa sur ma faim. Et puis, la lecture de divers magazines me donna peu à peu certaines envies… Nombreux étaient ceux qui recommandaient l’échangisme ou le triolisme pour mettre du piment dans la vie sexuelle d’un couple. « Attention, ai-je lu dans un article, ne dépassez pas certaines limites, car c’est votre couple que vous risqueriez de briser. »

Si des fantasmes de trios me venaient de plus en plus nettement, j’éprouvais cependant certaines craintes. Ne serais-je pas affreusement jaloux en voyant Jennifer avec un autre homme – ou l’inverse, si c’était moi avec une autre femme ? Et puis, si elle se plaisait avec cet amant, qu’est-ce qui m’assurerait qu’elle ne voudrait pas un jour me quitter pour lui ?

Rien n’y faisait ; le désir en question allait croissant de jour en jour. Après tout, si ma femme voulait coucher avec un autre, autant ne pas faire de cachotteries !

Un soir, après un bon dîner au restaurant, Jennifer s’est montrée particulièrement séductrice. Nous avons commencé à nous caresser dans le salon, en nous déshabillant, avant de rejoindre notre chambre. Je m’apprêtais à la pénétrer dans une posture que j’aime beaucoup : elle allongée sur le côté, une jambe repliée, moi étendu derrière elle.

Alors que je glissais ma queue entre ses petites lèvres soyeuses, mon fantasme a surgi plus fort que jamais : je me suis vu en train de regarder Jennifer prise de cette manière par un autre homme. Ma bite durcissait. Je l’ai enfoncée lentement dans son vagin velouté, serré, en lui murmurant, mon visage posé près du sien :

— Jenny, que penses-tu de l’idée de faire l’amour de temps en temps avec… un autre partenaire ?

— Tu veux dire un homme ou une femme ?

— L’un ou l’autre.

— Je ne voudrais pas te voir avec une autre femme… et moi avec un homme, devant toi… je ne sais pas.

Les derniers mots eurent pour effet d’aviver mon excitation, car ils me laissaient deviner qu’elle n’était pas forcément opposée à ma proposition. Incapable de me retenir, j’ai éjaculé très vite dans son vagin. Mon sperme jaillissait en longues salves, comme cela ne s’était pas produit depuis un certain temps.

M’étant retiré, j’ai fait quelque chose que je n’avais encore jamais accompli avec Jennifer, ni d’ailleurs avec une autre. Elle s’était remise sur le dos ; accroupi entre ses jambes que je tenais repliées, j’ai posé ma bouche sur sa vulve mouillée.

Non seulement je voulais qu’elle jouisse, mais j’avais envie aussi de lécher son sexe plein de sperme, de découvrir cette sensation comme si un jour je devais le faire après qu’un autre eut joui en elle.

Ayant mâché ses lèvres tendres, j’ai introduit ma langue dans son vagin. Il exhalait une forte odeur. Loin d’en être dégoûté, je sentais mon désir renaître en recueillant un peu du sperme que je venais de répandre.

Mon sexe grossissait de nouveau, alors que je suçais son clitoris. Il était si sensible que Jennifer partait très vite quand je la touchais à cet endroit. Elle a joui en gémissant, arrosant ma langue d’une copieuse dose de mouille. Ayant rouvert les yeux, elle a vu mon érection.

— Branle-toi pour moi. J’ai envie de voir ton sperme !

Là encore, c’était une première, car jamais je ne m’étais masturbé sous ses yeux. Sans me faire prier, je faisais aller et venir mes doigts sur ma bite. En me regardant, Jennifer s’astiquait le bouton. Au moment où un second orgasme l’emportait, j’ai répandu mon jus sur son ventre ; je l’ai léché jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de trace.

— Nous recommencerons, me dit-elle avant d’éteindre ; ça m’a beaucoup plu de te regarder.

Elle s’endormit rapidement. J’étais encore si excité que je me suis masturbé encore une fois pour me calmer.

 

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *