Acheter

Disponible sous 48 heures
7€50 Acheter

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
4€49 Télécharger

Résumé

Gilles entamait une année sabbatique quand Sylvaine a débarqué dans sa vie. Cette maîtresse femme ne fait rien comme tout le monde. Et pourtant, avec elle, Gilles est tout le temps en état de jouissance. Il faut dire que quand elle est là, les jeux sexuels ne cessent pas, et que quand elle n′y est pas, c′est la même chose : elle a donné des directives à son soumis qui sait ce qu′il a à faire en son absence. Elle fait ce qu′elle veut de lui ? Et si c′était juste le contraire…

Débuter la lecture

CHAPITRE PREMIER

Par désœuvrement, un samedi soir, je me suis rendu au vernissage d’un ami peintre. La galerie Vista qui exposait les œuvres récentes de Julio se trouvait du côté de la fac de Jussieu. C’était le début du printemps, il faisait bon, j’y suis allé à pied de la place d’Italie. À mon arrivée, l’artiste à barbe blanche était déjà très entouré. Je l’ai salué de loin avant de faire le tour de la salle tout en longueur. J’aimais bien ce que faisait Julio, mais ses prix, depuis un certain temps, étaient hors de ma portée. Quand je suis revenu vers lui, je l’ai trouvé en conversation avec une grande brune aux yeux clairs, qu’il m’a présentée :

— Saskia… qui dirige la galerie Vista.

Toujours prêt à me soutenir, Julio a dit quelques mots des livres que j’avais publiés. Les yeux de la fille sont passés sur moi – souriants et en même temps sévères. J’ai ressenti une drôle d’impression. Elle était attirante, mais peut-être aussi dangereuse. En tout cas, il me semblait évident qu’elle cachait son jeu. Il y avait du champagne à portée de main, nous avons trinqué à trois. Pendant que Julio parlait de son œuvre, j’observais la fille de biais. Sa courte robe noire moulait des rondeurs appétissantes. Pourtant, ses longues jambes étaient très minces. Je me suis dit que, décidément, elle était difficile à cerner.

Bientôt, des admirateurs étrangers sont venus accaparer le peintre et sa galeriste. J’ai refait un tour de l’exposition. J’avais l’impression que la fille m’observait de loin. Moi, je la regardais en m’efforçant de rester discret : je n’arrivais pas à me faire au voisinage de ses jambes trop fines avec ses fesses trop charnues. Quelque chose clochait chez elle, qui me troublait. J’aurais aimé la voir nue, pour examiner de près comment s’agençait son corps. Et en plus, ces cheveux très noirs et ces yeux très clairs…

J’ai fini par quitter les lieux avec une sensation de malaise. Cette Saskia n’avait pas ses yeux dans sa poche : elle s’était sûrement aperçue qu’elle m’intéressait.

En retournant chez moi, vers la place d’Italie, je formais des projets. J’avais l’intention de revenir à la galerie un jour prochain. Saskia devrait s’y trouver, au moins à certaines heures de la journée. Mais, au fil des jours, je découvrais que j’avais du mal à me décider à refaire le chemin vers la rue Monge.

Un matin, tout de même, je suis passé sur le trottoir d’en face. De loin, j’ai aperçu le peintre Julio ; Saskia n’était pas là. J’ai été déçu et soulagé à la fois. Un autre jour, j’ai trouvé le courage de téléphoner à la galerie. On a décroché tout de suite. J’ai reconnu la voix de Saskia, qui a coupé la mienne. Saisi, j’ai raccroché.

Deux semaines plus tard, j’ai reçu une carte à l’encre noire, d’une curieuse écriture, anguleuse et pourtant arrondie. Quelques mots, pour m’inviter à dîner le lendemain dans un restaurant japonais de la rue Mouffetard. Avec un post-scriptum plutôt sec : « Soyez à l’heure. Je déteste attendre. »

J’avais prévu, ce soir-là, d’aller chez Carine, une amie avec laquelle j’entretenais une relation agréable, mais sans surprise. Prétextant du retard dans mon travail, j’ai appelé Carine pour me décommander.

La soirée était douce, le ciel encore clair quand je me suis mis en marche. Je suis arrivé en avance au restaurant. Je me suis installé face à l’entrée en commandant un whisky. Je ne respirais pas librement, ce qui m’agaçait au plus haut point. Je n’étais plus un gamin, et cette soirée ne serait sans doute qu’une mondanité de plus. Saskia avait peut-être l’intention de me demander un texte sur l’expo de Julio… Mais une inquiétude me taraudait. Et si elle ne venait pas ?

Dix minutes ont passé, puis un quart d’heure. Énervé, je suis sorti fumer sur le trottoir. La nuit était tombée, je me sentais seul dans la foule qui descendait la rue étroite. Et je craignais de rater l’arrivée de Saskia – si toutefois, elle venait. J’ai repris place, commandé un autre verre. Je me forçais à ne plus regarder ma montre. J’avais l’impression que le serveur au visage lisse arborait un mince sourire.

J’étais sur le point de sortir allumer une autre cigarette, quand j’ai aperçu Saskia dans l’encadrement de la porte. Vêtue de la même petite robe noire que la première fois. Nullement gênée, elle a pris place face à moi en lâchant d’un ton détaché :

— J’ai été retardée. Vous vous êtes sans doute inquiété ?

Sans conviction, j’ai bafouillé « non, non… ». Mon embarras l’amusait. Elle m’a lancé :

— Pour tout dire, j’ai plaisir à me faire désirer.

Elle a commandé un Martini blanc. Nous avons trinqué, parlé du marché de l’art, puis de l’année sabbatique que je venais d’entamer afin de mener à bien un projet de roman.

Elle avait bien choisi son restaurant. Le repas était excellent. Mais vers la fin, le saké aidant, mon angoisse est revenue, plus forte encore qu’avant l’arrivée de Saskia. J’avais très envie d’elle, et très peur que les choses entre nous en restent là. Mais que lui dire ? Une femme comme elle n’incitait guère à proposer le « dernier verre » ! Je n’ai pas eu le temps de m’inquiéter davantage, elle a pris les devants :

— Vous avez envie de moi, bien sûr ! Les hommes sont tous pareils !

Confus, je n’ai pas cherché à nier. Je suis resté silencieux. Elle aussi. Heureusement, le garçon a apporté l’addition. J’étais l’invité ; elle a payé avec sa carte bleue. Nous sommes sortis.

— Ma voiture n’est pas loin. Je vous raccompagne ?

J’ai accepté du bout des lèvres. Elle avait pris toute la direction des opérations, et je ne savais plus si je devais me réjouir ou m’inquiéter.

Sans un mot, elle marchait d’un pas rapide. Par la force des choses, je la suivais. « Comme un petit chien », ai-je pensé. Nous avons pénétré dans un parking souterrain. Sa voiture était garée dans un endroit sombre, au deuxième sous-sol.

Elle s’est installée au volant. Je me suis assis à ses côtés. Elle a engagé la clé de contact, sans démarrer le moteur. Et là, dirigeant ses yeux vers moi dans l’obscurité, elle a posé la main sur ma braguette. Elle tripotait mon sexe à travers le tissu. Ma queue s’est tout de suite tendue. Je n’avais jamais bandé aussi vite sous les doigts d’une femme. Tournée vers moi, le front plissé, elle accentuait la pression de sa main. Elle s’est arrêtée pour ouvrir ma braguette, sortir ma queue. Elle avait une drôle de manière de faire. Son pouce et son index formaient un anneau qu’elle faisait glisser le long de ma tige. Elle procédait lentement en étirant ma peau à la limite de la douleur. De l’autre main, elle pressait mon gland en le griffant du bout des ongles. Étonné, séduit, je m’abandonnais entre ses mains, quand elle a repris la parole :

— C’est ce que vous attendiez, non ?

Je ne disais rien, électrisé par ses caresses. Mon silence valait acquiescement. La sourde impulsion qui crispait mon ventre – mes couilles, surtout –, me faisait deviner l’imminence de mon éjaculation.

Si j’avais été en compagnie d’une autre femme, j’aurais posé ma main sur ses jambes. Je l’aurais avancée vers son ventre, en guettant son assentiment. Je lui aurais dit mon désir de jouir, dans sa bouche ou dans son sexe.

Avec Saskia, rien de tout ça : de tels gestes, de tels mots me paraissaient déplacés. J’éprouvais juste l’envie de me laisser faire par elle. Et même, je me sentais contraint de me monter passif avec elle.

À un moment, elle s’est décidée à prendre ma main pour la fourrer sous sa robe. J’ai ressenti un frisson quand j’ai atteint sa chatte nue. Sa fente humide s’ouvrait sous sa touffe soyeuse. Comme ceux d’un garçon inexpérimenté, mes doigts s’agitaient au bord de son entaille. Les siens sur mon sexe se montraient toujours plus efficaces. Je sentais monter mon jus… Mais j’essayais de me retenir. Je voulais montrer à Saskia que j’étais capable de résister à sa masturbation autoritaire. Peine perdue : bientôt, mon sperme a jailli de mon gland irrité. Mes giclées retombaient sur le tapis de sol, sur mon ventre, mon pantalon.

Elle s’est essuyé les doigts avec un mouchoir en papier qu’elle a jeté par la vitre. J’ai retiré ma main de son entrecuisse quand elle a démarré. Je me suis rajusté, confus de ne pas lui avoir rendu le plaisir qu’elle m’avait donné. Elle avait déjà repris son air distant :

— J’attendais quelque chose de mieux, mon cher !

Penaud, je ne trouvais rien à répondre. Nous arrivions au pied de mon immeuble quand je me suis risqué à lui dire :

— J’aimerais vous revoir.

— Peut-être, on verra… En tout cas, tout à l’heure, branle-toi en pensant à moi !

J’ai acquiescé avant de quitter sa voiture. J’étais aussi étonné par ma réponse que par son tutoiement et la crudité de ses paroles.

Aussitôt chez moi, j’ai obéi à son ordre. C’était comme si elle avait été devant moi. Allongé sur le canapé du living, la braguette ouverte, je me suis fait jouir en imaginant qu’elle m’ouvrait son cul à deux mains, y enfonçait son doigt. Ensuite, dans mon scénario, elle s’est retournée pour m’exposer sa chatte, en écarter les lèvres, se ramoner le vagin du doigt… justement, j’ai respiré sur mes doigts l’odeur marine de son sexe, qui les imprégnait encore.

Je retenais mes gestes pour retarder ma jouissance. Je me concentrais sur la couleur de ses poils, certainement noirs comme ses cheveux. Je voyais ses nymphes saillantes, qui s’évasaient sur ses grandes lèvres charnues. Dans ma tête, la forme de sa bouche intime se dessinait avec la netteté d’une photo porno.

J’essayais de retrouver le mouvement si particulier de ses doigts en anneau sur ma queue. Et sa main pressait mes couilles ! Évidemment, dans ces conditions d’hallucination presque parfaite, mon sperme n’a pas tardé à fuser. J’ai pensé que j’aimerais la voir pour de bon, sa chatte, et l’arroser d’abondance…

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *