Trois parodies érotiques

12345
Loading...

LIÉBIG Etienne

La Musardine


polar



Papier 12€99 Ebook 12€99

Télécharger Format Epub

Téléchargement immédiat
12€99 Télécharger

Résumé

Ce livre numérique compile trois parodies érotiques d’Étienne Liébig : Les Contes de mémé lubrique, Le Parfum de la chatte en noir et La Vie sexuelle de Blanche Neige. Car le rire et l’érotisme font toujours bon ménage !

 

Débuter la lecture

1

Dans la capitale d’un pays de l’Orient, vivait un tailleur fort pauvre du nom de Mustafa. Son travail lui fournissait à peine de quoi faire vivre sa femme et son fils unique.

Le fils, nommé Aladdin,

avait bon cœur et ne manquait pas d’intelligence, mais il aimait un peu trop jouer avec les enfants de son âge, et il s’échappait quelquefois du logis paternel pour faire de longues parties avec ses petits camarades. On était à peu près sûr de le trouver sur la grande place près de la maison de ses parents. Aussi était-il bien connu de tout le voisinage.

Dès qu’il fut en âge d’apprendre un métier, son père entreprit de lui enseigner le sien. Aladdin ne semblait pas avoir un vif plaisir à manier l’aiguille, mais il s’y résignait par nécessité, lorsque Mustafa tomba gravement malade et mourut.

La pauvre veuve dut fermer la boutique de son mari et subsister avec le peu qu’elle pouvait gagner en filant du coton et en suçant des voyageurs de passage, mais comme elle était vieille et moche, elle ne rapportait pas bézef. N’ayant pas de quoi payer l’apprentissage d’Aladdin, elle le confia au premier tailleur qui voulut bien se charger de lui. Cet homme n’enseignait pas grand-chose au jeune garçon, à part quelques petits trucs pour donner du plaisir à un homme en lui chatouillant l’anus avec une plume de paon ou en lui léchant les couilles. Mais Aladdin, bien qu’il eût déjà quinze ans, se fichait royalement des leçons de son maître et préférait jouer à « touche quiqui » sur la place publique avec les gamins du quartier. Sa mère ne manquait pas d’en être informée par les uns et par les autres, et elle en ressentait un vif chagrin, car elle aurait aimé participer, ça l’aurait changé des vieux culs ridés du quartier. Lorsqu’elle lui reprochait sa légèreté, il se sentait ému et promettait d’être plus raisonnable et de l’inviter la prochaine fois ; mais il ne tardait pas à retomber dans la même faute et oubliait sa maman, contrainte de se tripoter toute seule la fabrique à dattes.

Un jour qu’il s’amusait ainsi au lieu d’être chez le tailleur, un étranger, passant par-là, s’arrêta pour le regarder. C’était un puissant magicien, un peu de la jaquette, qui venait d’Afrique. Ayant examiné Aladdin, il le trouva plutôt mignon et bon pour accomplir un certain projet dont il était préoccupé. Ainsi, tout en causant avec les boutiquiers de l’endroit, se renseigna-t-il, sans en avoir l’air, sur la famille de cet adolescent. Cela fait, il s’approcha de lui et tout en lui caressant les fesses lui tint ce langage :

— Mon enfant, votre père n’est-il pas Mustafa le tailleur ?

— Oui, Monsieur, répondit Aladdin ; mais voici déjà un peu de temps qu’il est mort.

Aussitôt, l’étranger se jeta au cou du jeune garçon, lui palpa l’entrejambe pour mesurer la taille de l’engin dont il disposait et l’embrassa à plusieurs reprises, tout en donnant des marques du plus profond chagrin. Aladdin, le voyant s’essuyer les yeux, lui demanda ce qui le faisait pleurer.

— Ai-je une trop petite queue pour vous ?

— Ah ! mon fils, s’écria l’enchanteur, pas du tout, elle est à ma convenance, mais comment pourrais-je m’en empêcher ? Je suis votre oncle et de ce fait je n’ai pas le droit de vous tire- bouchonner la boîte à caramels : votre père était mon frère. Il y a bien longtemps que je suis en voyage ; et, au moment où j’arrive d’Afrique avec l’espérance de le revoir, vous m’apprenez qu’il est mort ! C’est pour moi une cruelle douleur. Ce qui soulage un peu mon affliction, c’est que je reconnais ses traits sur votre visage. Je vois que je ne me suis pas trompé en m’adressant à vous.

Il se fit ensuite indiquer par Aladdin où habitait sa mère et, lui donnant une poignée de menue monnaie :

— Mon fils, allez trouver votre mère, présentez-lui mes respects, et dites-lui que j’irai la visiter demain, pour me donner la consolation de voir le lieu où a vécu mon excellent frère.

Bien content de ce qu’il avait reçu, Aladdin courut chez sa mère et lui raconta ce qui s’était passé. Elle parut très surprise. Son mari n’avait jamais eu qu’un frère, et ce frère était mort depuis de longues années. Elle se renseigna sur cet homme étrange :

— Crois-tu qu’il s’intéresse aux femmes ? Est-il mignon ? Est-il bien monté ?

Comme son fils ne pouvait lui donner de réponse, elle imagina les pires fantasmes orientaux et courut se mouliner le frifri dans la salle du thé.

Le mystérieux voyageur, le lendemain, rencontra de nouveau le jeune garçon. Il l’embrassa, lui mit la main dans la culotte et lui donna deux pièces d’or pour sa mère, afin qu’elle achetât des provisions de bouche. Il ajouta qu’il viendrait, au coucher du soleil, partager leur souper.

La veuve apprêta de son mieux un repas très supérieur à son frugal ordinaire. Elle s’était vêtue d’un habit transparent qui laissait voir la pointe de ses seins et la large touffe de poils qu’elle cultivait sur sa chatte comme d’autres cultivent le blé. Comme le soir tombait, l’étranger arriva, chargé de fruits et de gâteaux. Après s’être débarrassé de ses friandises, il salua la veuve ; puis, ayant considéré toutes choses autour de lui avec les apparences d’une vive émotion, il s’écria :

— Mon pauvre frère ! Que je suis malheureux de n’être pas arrivé à temps pour t’embrasser encore une fois avant ta mort !

Après avoir donné un libre cours à sa douleur feinte, il s’assit pour souper et engager la conversation. Il parla des grandes entreprises qui l’avaient tenu si longtemps au loin, en Afrique, et dans lesquelles il s’était enrichi ; puis il raconta son voyage de retour et toutes les fatigues qu’il avait endurées pour revenir, disait-il, dans son pays et vivre auprès de son frère. Ensuite, il interrogea Aladdin sur sa situation, avec toutes les marques du plus affectueux intérêt. Voyant que ce jeune garçon avait peu de goût pour l’état de son père et n’était d’ailleurs pas en chemin de devenir un habile ouvrier, il lui proposa de louer pour lui une boutique et de lui acheter de belles étoffes, faciles à vendre avec un gros bénéfice. Aladdin, dont l’esprit était fort avisé et qui parlait facilement, pensa qu’il réussirait dans le commerce ; aussi accueillit-il avec joie la proposition de son oncle supposé. Il l’en remercia très vivement.

Le souper fini, l’enchanteur se retira en promettant sa visite pour le lendemain.

Il tint parole de bonne heure, emmena Aladdin avec lui et le fit habiller richement, de la tête aux pieds, comme il convenait, disait-il, à celui qui bientôt recevrait dans sa boutique les plus grands personnages.

Lorsqu’il ramena l’adolescent chez sa mère, l’excellente femme, en le voyant ainsi vêtu, sentit se dissiper toutes ses défiances, et, transportée de joie, elle enfourna la quéquette de l’enchanteur dans sa bouche et lui fit une plume gigantesque qu’il ne serait pas prêt d’oublier.

Le magicien déclara que, le lendemain, il louerait la boutique promise et achèterait les étoffes qu’Aladdin commencerait à vendre. Il ajouta que pendant quelque temps il aiderait de sa présence et de ses conseils l’adolescent inexpérimenté.

— Demain, il n’y aura rien à faire, continua-t-il, puisque c’est jour de fête : j’en profiterai, mon cher neveu, pour te montrer les beaux jardins qui entourent la ville et peut-être aussi mon gros dard qui dort dans ma djellaba.

Le lendemain matin, en effet, le magicien franchit les portes de la cité avec le jeune garçon et le conduisit à travers les jardins, ouverts au public, qui entouraient les maisons de plaisance des plus riches personnages. Aladdin regardait, émerveillé, des choses toutes nouvelles, pour lui qui n’était jamais sorti de la ville. On fit une pause dans l’un des jardins, et l’oncle sortit sa longue tige de ses pantalons :

— Tiens, mon petit, fais comme ta maman hier, en souvenir de mon frère disparu.

Aladdin, qui n’avait pas la langue dans sa poche, fit ce que le magicien lui demandait

Mais alors qu’il aurait dû se prendre une bonne giclée de foutre dans la bouche, quelle ne fut pas sa surprise de se faire arroser le gosier par un jet de sirop de goyave frais.

— Quel merveilleux prodige, mon oncle.

— Et ce n’est rien mon petit Aladdin. Tiens, lèche un peu, sur le côté, tu en as laissé !

Ensuite, on se remit en marche.

Tout en l’amusant par des histoires, le rusé magicien entraîna l’adolescent assez loin au-delà des jardins et lui fit traverser les champs qui les menèrent enfin dans une étroite vallée, entre deux âpres collines. Aladdin, surpris, voulut alors retourner vers la ville, alléguant que, si l’on allait plus loin, il serait trop las pour refaire le chemin parcouru. Mais le secret dessein de l’enchanteur devait être exécuté à l’endroit même où l’on était parvenu.

— Nous n’irons pas plus loin, dit-il. Je veux te faire voir ici des choses merveilleuses, et tu me remercieras toute ta vie de te les avoir montrées.

Là-dessus, il ramassa des broussailles bien sèches et y mis le feu en battant le briquet. Puis il jeta dans les flammes une poudre odorante. Une épaisse fumée s’éleva et il la chassa à droite et à gauche, en prononçant des paroles magiques. La terre trembla et s’ouvrit, découvrant une grande pierre carrée, avec un anneau de bronze au milieu, pour la soulever.

Aladdin, effrayé, voulu prendre la fuite ; mais l’enchanteur le retint et lui donna un soufflet assez vigoureux pour le jeter par terre.

— Mon oncle, dit Aladdin en pleurant, qu’ai-je donc fait pour que vous me traitiez si rudement alors que je vous ai sucé la queue ?

— J’ai mes raisons pour cela, répondit le magicien. Je suis ton oncle, je remplace ton père, et tu n’as rien à répliquer. Cette pierre, reprit-il, recouvre l’entrée d’une salle pleine de trésors qui nous sont destinés, à toi et à moi, et qui nous rendront plus riches que les plus grands rois du monde. Il ne m’est pas permis de la soulever et de rentrer dans le souterrain. Toi, tu le peux ; mais pour cela il faut que tu accomplisses de point en point tout ce que je te dirai.

Le magicien savait en effet qu’il ne pouvait soulever lui-même la pierre, parce que cette opération exigeait une personne ignorante de la magie, et il avait jugé bon de recourir pour cela non pas à un homme fait, mais à un jeune garçon qu’il n’aurait aucune peine à faire périr ensuite en l’enfermant dans le caveau. De cette façon, il n’aurait rien à partager et garderait pour lui seul son secret. Il était donc fort loin de songer à enrichir son prétendu neveu, au moment où il le rassurait par de belles paroles.

— Eh bien, mon oncle, dit Aladdin, commandez : je suis prêt à obéir.

Le magicien ordonna au jeune garçon de prendre l’anneau et de lever la pierre, ce qu’Aladdin fit aisément, à sa grande surprise, car elle devait être d’un poids énorme. Dès que la pierre fut ôtée, on aperçut un caveau, avec des degrés qui s’enfonçaient dans l’ombre.

— Mon fils, dit alors l’enchanteur, descends dans ce caveau. Au bas des marches que tu vois, tu trouveras une porte ouverte qui te conduira dans un souterrain partagé en trois salles successives. Dans chacune, tu verras, à droite et à gauche, quatre grands vases de bronze, pleins d’or et d’argent ; mais abstiens-toi d’y toucher. Traverse les trois salles sans t’arrêter. Surtout, garde-toi bien d’approcher des murs : si tu les effleurais, même avec tes vêtements, tu tomberais mort. Au bout de la troisième salle, il y a une porte qui te donnera accès à un jardin planté de beaux arbres chargés de femmes nues et lascives : sans t’arrêter, traverse le jardin par une allée qui te mènera tout droit à un escalier de cinquante marches, pour monter sur une terrasse. Quand tu atteindras celle-ci, tu verras une niche où se trouve une lampe allumée. Prends la lampe, éteins-la et, quand tu en auras jeté le lumignon et le liquide, mets-la dans ta veste. Si les femmes du jardin te font envie, tu peux, au retour, en baiser autant que tu voudras.

En achevant ses paroles, le magicien prit un anneau qu’il avait au doigt et le mit à l’un des doigts d’Aladdin, en lui disant que c’était un préservatif contre les dangers du souterrain, pourvu qu’il observât bien toutes ses recommandations.

— Va, mon enfant, lui dit-il, descends hardiment : nous allons être riches l’un et l’autre pour toute notre vie.

Aladdin sauta légèrement dans le caveau et fit tout ce qui venait de lui être prescrit, en observant les précautions nécessaires. Comme il s’en revenait, ayant la lampe sous son vêtement, il s’arrêta dans le jardin pour en considérer les femmes qu’il n’avait vu qu’en passant. C’étaient des filles extraordinaires. De couleurs différentes, toutes d’une grosseur, d’un éclat et d’une forme admirables. Il y en avait des blanches à gros tétons, d’autres qui étaient des diamants noirs et terriblement excitantes, des jaunes qui étaient des saphirs. Aladdin n’en avait jamais vu autant. Il tripota un nichon ici, une belle paire de fesses là, un joli con poilu ailleurs. Il sentit sa sardine cogner contre ses pantalons et décida de se faire vendanger la bistouquette avant de rejoindre le magicien. Il sortit son épée et avisa une des merveilles qui était perchée dans un arbre.

— Tu suces ?

La jeune femme, qui n’avait pas tiré sur une nouille depuis plusieurs années, se précipita sur le dardillon d’Aladdin pour une fellation des familles. L’opération ne dura que quelques secondes, après quoi, le jeune garçon, qui n’avait jamais été sucé comme cela, décida d’emmener avec lui un maximum de minettes, de façon à ne plus jamais s’ennuyer ou devoir se taper de vieux magiciens lubriques. Certaines étaient contentes de partir, d’autres auraient préféré continuer à se gougnotter tranquillement dans la grotte et le suivirent à contrecœur. Il parvint enfin au bas du trou et héla le vieux :

— Mon oncle, dit-il, je vous prie de me donner la main pour m’aider à monter.

— Mon fils, répondit l’enchanteur, donne-moi d’abord la lampe : elle pourrait te gêner.

— Pardonnez-moi, mon oncle, elle ne me gêne pas ; je vous la donnerai dès que je serai dehors.

La vérité est qu’Aladdin ne pouvait saisir la lampe sans lâcher deux belles furies épilées avec des culs comme des pastèques qui lui faisaient des misères. Comme le magicien s’obstinait à ne vouloir lui tendre la main que s’il donnait d’abord la lampe, il s’entêta lui-même à ne la donner qu’une fois hors du caveau ; de sorte que le magicien, au désespoir de la résistance qu’il rencontrait, entra dans une fureur épouvantable. Craignant d’ailleurs qu’un passant ne l’aperçût si la contestation se prolongeait, il jeta un peu de son parfum sur le feu qu’il avait eu soin d’entretenir ; et, dès qu’il eut prononcé trois paroles magiques, la pierre destinée à fermer l’entrée du caveau se remit d’elle-même à sa place, avec de la terre par-dessus.

L’enchanteur avait donc échoué dans son entreprise : car, s’il avait fait un long voyage pour venir jusque dans cet endroit, c’est qu’il avait appris par ses livres et ses opérations de magie que la possession de la lampe enfermée dans le caveau le rendrait plus puissant que tous les rois de la terre. Mais l’obstination imprévue d’Aladdin, sa propre colère et la crainte d’être surpris lui avaient fait sacrifier le malheureux garçon sans avoir reçu la lampe. Il perdait aussi le précieux anneau qu’il avait passé au doigt d’Aladdin pour lui permettre d’accomplir son périlleux office ; mais il n’y songea pas sur le moment. Exaspéré de fureur, maudissant son mauvais destin, il s’éloigna en évitant de passer par la ville et repris le chemin de l’Afrique d’où il était venu.

Selon toutes les apparences, on ne devait plus entendre parler du pauvre Aladdin ; mais l’anneau qu’il avait au doigt allait le sauver.

Quand il se vit enterré tout vivant, le jeune garçon, épouvanté, appela bien des fois son oncle, en criant qu’il était prêt à lui donner la lampe ; mais ses cris ne pouvaient être entendus. Il décida alors de se taper le plus qu’il le pourrait de filles qui étaient dans la grotte. Il se déshabilla donc et, lorsqu’il fut nu, se mit à quatre pattes pour qu’une de ces jolies amazones lui enfile une langue dans le trou de balle. Aladdin était très sensible de l’anus, il adorait cette caresse, mais seuls les hommes la pratiquaient et bien qu’il ne se refusât pas aux plaisirs homophiles, le jeune garçon avait toujours préféré la chaleur féminine et la douceur des courbes d’un corps de femme. Alors qu’il se faisait gentiment socratiser, une autre de ses merveilleuses hôtesses prit délicatement sa queue entre ses doigts pour le branler joyeusement. Après qu’il eut joui, il s’endormit, mais fut prestement réveillé par une autre de ces femmes qui lui léchait avidement les couilles pour le remettre en condition : lorsqu’il eut la queue comme un pieu, elle se percha dessus tandis qu’une autre se tripotait la salade en regardant le spectacle. Bref, il ne vit pas le temps passer.

Mais, après trois jours, trois nuits et quarante-cinq giclettes, Aladdin se mit à penser à sa mère. La pauvre devait s’inquiéter et peut être que ce magicien était repassé chez elle pour la violer ! Alors, les yeux pleins de larmes, sentant la mort prochaine, il décida de s’offrir une dernière branlette. Il demanda alors à une des filles d’écarter largement ses cuisses pour lui montrer sa conasse baveuse. En se lustrant le jonc avec les mains, il frotta, sans y penser, l’anneau que le magicien lui avait mis au doigt et dont il était loin de soupçonner la puissance. Aussitôt, une faible lueur éclaira le caveau et Aladdin vit surgir de terre un génie au visage énorme et terrible qui, lorsqu’il se fut dressé de toute sa hauteur, touchait de la tête la voûte du souterrain.

— Que me veux-tu ? dit-il. Me voici prêt à t’obéir dans la mesure de mon pouvoir, comme ton esclave et l’esclave de tous ceux qui ont au doigt cet anneau.

Aladdin avait frémi à l’aspect de l’apparition ; mais, voyant une chance de salut, il répondit sans hésiter :

— Qui que tu sois, fais-moi sortir de ce lieu si tu en as le pouvoir.

À peine eut-il prononcé ces paroles que la terre s’ouvrit et il se trouva hors du caveau, juste à l’endroit où le magicien l’avait amené. Après avoir passé un temps si long dans les ténèbres, il eut grand peine à soutenir l’éclat du jour ; il finit cependant par y accoutumer ses yeux. Rien ne laissait apercevoir que la terre se fût ouverte ; seuls les restes d’un feu de broussailles lui permirent de reconnaître à coup sûr le lieu où il se trouvait.

Bien heureux d’avoir échappé si merveilleusement à la mort, mais se traînant avec difficulté, Aladdin s’en retourna vers la ville. Bien des fois il dut s’arrêter, prêt à défaillir, et prendre un long repos avant de poursuivre sa route. Par bonheur, une claire fontaine lui permit d’assouvir sa soif dévorante. Il parvint enfin à la porte de la ville et regagna sa maison au moment où le soir tombait. En entrant chez sa mère, la joie de la revoir, jointe à son extrême faiblesse, le fit évanouir. L’excellente femme, qui l’avait déjà pleuré comme mort, ou comme perdu à tout jamais, ne négligea rien pour le faire revenir à lui ; puis elle lui donna un peu de nourriture, et c’est seulement lorsqu’il eut repris des forces qu’elle écouta le récit de son extraordinaire aventure. Ce ne fut pas, comme on le pense bien, sans frémir à tout moment de l’effroyable danger qu’il avait couru, et sans maudire le misérable qui les avait si bien trompés par une feinte affection. Mais, voyant que son fils avait le plus grand besoin de repos, elle mit fin à leur entretien.

Dès le lendemain, à la joie qu’ils avaient de se trouver réunis, se mêla pour la mère et pour le fils la souffrance de leur pauvreté.

Il n’y avait plus de pain à la maison et pour s’en procurer, la veuve se disposait à aller vendre son vieux cul lorsque Aladdin, songeant à la lampe qu’il avait rapportée, proposa de la porter chez un revendeur, afin d’en tirer une coquette somme ! La mère lui demanda donc la lampe et, la trouvant sale, voulut la nettoyer avec un peu d’eau et de sable fin, dans l’espérance de la vendre mieux. À peine eut-elle commencé à frotter qu’un géant hideux surgit devant elle et lui dit d’une voix tonnante :

— Que me veux-tu ? Me voici prêt à t’obéir dans la mesure de mon pouvoir, comme ton esclave et l’esclave de tous ceux qui ont la lampe à la main.

La veuve, épouvantée, s’évanouit ; mais Aladdin, instruit par l’expérience, saisit promptement la lampe et répondit avec fermeté :

— J’ai faim : apporte-moi de quoi manger.

Le génie disparut et, un instant après, revint chargé d’un bassin d’argent qu’il portait sur la tête, avec douze plats de même métal pleins de mets excellents et six grands pains croustillants et dorés. Il avait à la main deux bouteilles de vin et deux tasses d’argent. Ayant posé le tout sur le sofa, il disparut aussitôt.

Aladdin n’avait pas manqué de baigner le visage de sa mère avec de l’eau froide pour la faire revenir de son évanouissement. Elle rouvrit les yeux, en effet, comme le géant venait de se retirer pour la seconde fois et, bien que très effrayée encore, elle se réjouit à la vue de tant de provisions et de richesses. Aladdin acheva de dissiper ses craintes, et ils se mirent à manger avec d’autant plus d’appétit qu’ils ne s’étaient trouvés, de leur vie, devant un tel festin. Puis il frotta de nouveau la lampe et le génie hideux apparut de nouveau.

— Que me veux-tu ? dit-il. Me voici prêt à t’obéir dans la mesure de mon pouvoir, comme ton esclave et l’esclave de tous ceux qui ont la lampe à la main.

La vieille, émerveillée et affolée, osa s’exprimer néanmoins d’une voix frêle :

— J’ai envie d’une grosse bite dans mon cul et d’une langue experte sur mon petit bouton, génie de la lampe.

Le génie disparut et deux beaux hommes taillés comme des dieux apparurent soudain, nus et vigoureux. Tandis que la femme, surprise et enchantée, se mettait en position, la verge du premier se tendit comme un roseau sans fin sur au moins soixante centimètres. L’autre sortit sa langue de sa bouche, elle s’agitait telle une langue de vipère et mesurait plus d’un pied de long. Aladdin sourit en voyant sa mère se faire prendre des deux côtés et commencer à décharger des litres de foutre et glousser comme une oie que l’on encule.

La puissance merveilleuse de la lampe lui fit comprendre pourquoi le magicien avait entrepris un si long voyage dans l’espoir de s’en emparer et il admira le juste châtiment qui avait privé ce méchant homme du talisman convoité.

Aladdin ne savait pas exactement quels services il pouvait recevoir de la lampe à part bouffer et se faire ramoner la cheminée ; mais elle avait exécuté dans la perfection ses premiers commandements, et il était disposé à croire qu’il lui serait redevable d’autres bienfaits. Cependant, en garçon un peu con et écrasé de morale, il jugea qu’il ne fallait pas trop se fier à sa bonne chance. Il résolut donc de tenir boutique d’étoffes, comme son faux oncle lui en avait donné l’idée : il demanda au génie une petite somme et se contenta de louer d’abord une modeste échoppe et d’entreprendre un petit commerce, qui pourrait s’agrandir ensuite. Il ne voulait pas gagner des sommes trop considérables, car le nouveau vizir de gauche avait instauré des impôts confiscatoires pour les riches.

D’ailleurs, il n’oubliait pas le chagrin qu’il avait ressenti, dans le caveau, d’avoir souvent affligé sa mère ; il voulut lui donner la satisfaction de le voir gagner honorablement sa vie et lui épargner les fatigues d’un travail excessif. Il avait dû planquer la lampe merveilleuse, car la vieille n’arrêtait plus de demander au génie des hommes de mieux en mieux montés pour lui défoncer la capsule.

Aladdin tenait à garder secrètes les origines de la fortune qu’il espérait acquérir : il éviterait ainsi d’exciter l’envie et la défiance. Aussi pria-t-il sa mère de ne raconter son aventure à personne, de continuer à se branler le frichti et de ne point parler du service qu’il devait à la lampe, ni de ceux qu’elle pourrait lui rendre par la suite…

Les premiers bénéfices de son commerce furent très faibles et, comme il y eut aussi des pertes dues à l’inexpérience de l’adolescent, il fallut de nouveau faire apparaître le génie. C’est ce qu’Aladdin obtint sans peine, en frottant sa lampe merveilleuse. Il commanda au géant un nouveau repas, qui fut servi aussi richement que le premier et qui subvint plusieurs jours à ses besoins, tandis que la vente de la vaisselle profitait à son commerce.

Des mois, des années, s’écoulèrent ainsi ; Aladdin devint un jeune homme plein d’expérience et de sagesse. Il était vigoureux, beau et bien fait de sa personne. Malgré la grande puissance dont il eût pu disposer, et qu’il tenait en réserve, il vivait fort simplement avec sa mère, augmentant peu à peu son commerce et ne recourant que de temps à autre aux bons offices de la lampe, sans lui demander autre chose que la répétition des présents déjà reçus et des hommes à la bite surdimensionnée et à la langue agile pour sa maman. Mais le jour n’était pas éloigné où il aurait à lui demander davantage.

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *