Vos trois histoires du lundi soir

Salut à tous et à toutes ! Pour bien terminer ce lundi, voici trois nouvelles histoires rien que pour vous !

 

Avec Le Club : amours saphiques, Frédéric Gabriel nous propose un texte assez réussi sur un thème classique : une rencontre amoureuse entre deux femmes. Et il se permet même quelques variantes bienvenues !

 
Un extrait : « Elle remonte le tee-shirt, il passe par-dessus ses épaules, ensuite elle vient chercher l’agrafe du soutien-gorge dans son dos, la défait, vient cueillir le tissu noir au creux de ses mains, puis fait tomber ses protections. Je me dis qu’elle a une belle poitrine, ce n’est pas la première fois qu’on est ensemble dans le vestiaire, mais c’est la première fois qu’elle est sous mes yeux, à quelques centimètres de moi. Il y a des filles dont, déjà, à son âge, les seins tombent. Ce n’est pas son cas, ses seins sont pleins, dressés, avec des aréoles larges et deux tétons qui, parce qu’il fait frais dans le vestiaire, durcissent. Mon regard glisse le long de son corps, ses hanches pleines, la déchirure longiligne de son nombril dans son ventre.
On ne se ressemble pas, elle et moi. Je suis blonde, très grande, elle est brune, de taille moyenne. Elle est dodue, moi élancée, sauf pour ma poitrine, aussi charnue que la sienne, c’est notre seul point commun.« 
 
 
==================

 

Dans le cinquième épisode de sa saga de science-fiction BDSM, Mia Michael déploie toute sa science de l’onomatopée et s’essaie à un nouveau tabou : l’inceste.

 
Un extrait : « — Il faut te contrôler, petite… et d’abord enlève ces voiles qu’on voit la marchandise.
D’accord, ils sont transparents, mais ça fait quand même un semblant de vêtement.
Je dois obéir vite. J’enlève tout.
Dès que je suis nue, les garçons viennent me caresser les seins et les fesses. Arès pince le bout de mes seins, pendant que Ludo, mon cousin met son doigt… dans mon cul, à son tour !
Ils sont brutaux. Je gémis :
— Doucement, Maîtres, je vous en prie.
Ça les surprend ! Une esclave ne peut pas parler sans autorisation et en plus se plaindre pour aussi peu de chose qu’un doigt dans le cul.« 

 

 
==================
 

Dans Un mari très accueillant, de Dick Sainte-Cécile, vous allez faire la connaissance de Martine et vous allez l’adorer : Martine aime mettre des robes sexy, elle aime son mari et, par-dessus tout, elle aime se faire baiser par deux hommes à la fois.

Un extrait : « — Oh te voilà ! Je suis content que tu aies pu venir.
C’était la première fois que je la voyais débarrassée des attributs sociaux que sont les vêtements. Et les courbes de son corps mature étaient un réel plaisir pour les yeux. Je restai un bref instant immobile à la contempler. Elle s’assit alors et tapota sur le matelas pour m’inviter à la rejoindre. Je m’approchai d’elle et me baissai pour lui faire la bise. Mais elle attrapa mon menton de sa main et prit ma bouche sans autre forme de cérémonie. Nous étions entrés directement dans le vif du sujet. Je devinais les yeux de son mari posés sur nous alors que nous nous embrassions et n’en ressentais aucune gêne, bien au contraire. Et bientôt je me sentis un peu à l’étroit dans mon caleçon. Martine ne manqua pas de le remarquer et, posant une main douce mais autoritaire sur la bosse qui déformation mon pantalon, m’invita à me mettre à l’aise.« 
 

Une histoire à lire en intégralité ici : http://www.meshistoiresporno.com/histoire/un-mari-tres-accueillant/

 
==================

 

Et si vous avez aimé ces trois récits, n’oubliez pas de remercier leurs auteur.e.s en laissant un commentaire ou un like ! Et bien sûr, les partages sont non seulement autorisés, mais encore vivement encourgés !

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *