Camille et Sophia

12345
Loading...

Blanche


domination F/Flesbien



CAMILLE ET SOPHIA

Allongée sur le dos, les jambes largement écartées et les bras rejetés derrière la tête, Camille gémissait comme un animal blessé.

Cela faisait presque une demi-heure que Sophia, sa maîtresse, avait commencé à lui faire l’amour, et l’orgasme n’était plus très loin. Le plaisir était intense, exquis et douloureux et Camille savait confusément que la souffrance renforçait son extase.

Son clitoris, dur et congestionné, était tout entier dans la bouche de Sophia, qui le suçait avec douceur et expertise. Son vagin, quant à lui, n’était pas manipulé avec la même tendresse même si l’expertise était la même. Il semblait que Sophia était aussi douce avec sa crête de chair qu’elle était dure avec sa fente.

Les choses avaient commencé gentiment, pourtant. Sophia avait d’abord glissé son seul index dans le vagin de Camille, puis elle avait ajouté le majeur, puis l’annulaire… Et les doigts de Sophia étaient longs, larges et noueux comme ceux d’un homme, alors que le vagin de Camille était d’une étroitesse presque enfantine. Mais Sophia savait que Camille aimait la façon dont elle l’écartelait, allant et venant rapidement dans son petit con trempé, s’enfonçant aussi loin qu’elle le pouvait.

Soudain, les mots du plaisir sortirent de la bouche de Camille.

J’aime ça. Encore. Encore. Encore plus fort !

A la seconde où ces mots furent prononcés, Camille les regretta. Car elle savait que Sophia ne prenait pas à la légère ce genre de requête, mais si elle avait été formulée inconsciemment.

Piquée au vif, Sophia releva la tête. Espagnole, âgée d’une quarantaine d’année, elle n’était pas jolie mais dégageait quelque chose de sophistiqué et inquiétant, alors que Camille, rousse et jeune et la peau translucide, était la féminité incarnée.

Tu vas regretter ce que tu viens de dire.

Non, je m’excuse… continue comme ça… c’était très bien…

Mets-toi à quatre pattes. Ne m’oblige pas à te le dire deux fois.

Tremblante, Camille s’exécuta néanmoins et Sophia se positionna à genoux derrière elle. Sans plus attendre, elle pénétra à nouveau Camille, brutalement, avec quatre doigts, puis poussa, poussa, jusqu’à ce que les grosses phalanges de sa main pénètrent entièrement dans le vagin de sa maîtresse.

Camille poussa un hurlement.

Arrête, je t’en supplie, j’ai mal !

Laisse-toi faire. Tu vas jouir comme tu n’as encore jamais joui. Offre-toi.

Terrifiée, Camille sentit la main de Sophia, presque entière à l’exception du pouce, s’enfoncer encore plus dans son con écartelé, avant de reculer… pour plonger à nouveau. Le va-et-vient repris, et avec lui, un plaisir inexprimable envahit le ventre malmené de Camille. L’autre main de Sophia glissa sous son ventre pour ébouriffer son clitoris.

Sophia n’eut à la pistonner ainsi que quelques secondes avant de sentir la chatte de Camille se contracter sur sa main. Un long hurlement se fit entendre… un hurlement qui n’en finissait pas… et puis Camille s’écroula sur le lit, elle venait de perdre connaissance.

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? LAISSEZ UN COMMENTAIRE ET PARTAGEZ-LÀ !

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *