Démoniaque Angélique

Démoniaque Angélique

12345
Loading...

Dantes




DÉMONIAQUE ANGÉLIQUE

Angélique venait d’arriver chez moi. Nous nous étions rencontrés sur Internet quelques jours auparavant. J’avais aimé le moment passé au restaurant avec elle, sa légèreté, son sourire, sa simplicité. Elle avait eu une vie difficile mais avait su faire face avec beaucoup de courage. Nous avions engagé la conversation avec facilité, les sujets défilaient rapidement tant nous étions d’accord sur l’ensemble et j’avais un sentiment de complicité avec elle qui me ravissait. Un peu avant la fin du repas, nous avons commencé à parler de relations amoureuses, charnelles, intimes. Angélique m’avait livré quelques secrets de sa vie sexuelle qui n’avaient pas manqué de me mettre en émoi… elle aimait être dominée, et moi, je sentais que j’allais adorer ça…

La veille nous avions échangé quelques textos qui s’étaient rapidement transformés en sextos. Nos projetions nos fantasmes dans un rapport virtuel qui me permettait toutes les audaces. Elle était venue vêtue d’une robe bleue plutôt chaste, des bas, et les chaussures que je lui avais demandé de mettre. Elle éveillait chez moi un désir conquérant. Elle s’offrait et je comptais bien accepter ce cadeau. Après un premier verre rapidement bu, je lui ai demandé d’enlever sa culotte. Elle s’est exécutée avec un sourire qui en disait long sur ce qu’elle attendait de moi. Je lui ai demandé de s’asseoir sur une chaise, au milieu de la pièce, lui ai bandé les yeux et j’ai passé ma main sur son visage pour sentir sa peau, je l’ai descendu lentement sur son cou en me plaçant derrière elle, puis je l’ai plongée dans son décolleté. Je sentais sa peau douce et son cœur qui palpitait, ses seins qui pointaient, sa respiration qui s’accélérait. Angélique se laissait faire et ça m’excitait. Doucement, je suis descendu plus bas encore, je repoussé ses cuisses pour qu’elle écarte les jambes, indécente, et me laisse accéder à son sexe ainsi offert à mes attentions. Je la caresse, doucement. Je sens son désir, je caresse son clitoris en l’effleurant d’abord, puis petit à petit plus fermement. Angélique est offerte devant moi, jambe écartées ; libre à moi de la regarder, de la toucher, de la prendre, de la contraindre, de faire ce que je veux, tout ce que je veux. Après quelques instants de ces caresses intimes je sens qu’elle en attend plus. Soit. Je déboutonne mon pantalon pour sortir mon sexe raidi, je le promène à quelques centimètres, quelques millimètres de son visage. Angélique ressent sa présence, elle peut savoir exactement de quelle partie du visage je m’approche. J’aime ce jeu, il se construit une intimité tellement forte entre elle et moi que je veux aller plus loin. J’approche mon gland de ses lèvres pour qu’elle les ouvre doucement et qu’elle sorte sa langue pour un premier contact avec ce sexe qui la désire. Angélique s’exécute, ses coups de langues me montrent qu’elle prend autant de plaisir que moi… A elle maintenant de me prendre dans sa bouche, complètement. Je lui offre, parce qu’elle le veut, parce que je la veux. Je lui demande d’un ton assuré de me prendre dans sa main pour me caresser. La gauche pour mon sexe, la droite pour le sien. J’aime la voir se donner du plaisir en même temps qu’elle goûte à ma force.

Le jeu peut continuer…

J’ordonne à Angélique de se mettre à quatre pattes sur le canapé, de m’offrir sa croupe. Elle le fait sans protestation. J’aime sa soumission. Elle me présente son sexe et attend que je la prenne. Avant de la pénétrer, je caresse encore un peu sa vulve pour sentir encore sa chaleur, puis je glisse mon sexe en elle. D’abord doucement. Encore. J’accélère maintenant mes mouvements qui suivent la courbe de mon excitation. Plus fort. Angélique est toute à ce moment et me demande de la prendre encore plus fort. Ses gémissements disent son plaisir ; celui d’être une chose dans mes mains, de me laisser la guider, de décider du plaisir à donner ou recevoir. Encore. Je la retourne maintenant et lui retire son bandeau pour la voir en face. Elle prend gentiment mon sexe dans sa bouche et me suce comme pour me remercier du plaisir que je lui ai donné. Je lui ordonne de se mettre à genoux devant moi, pour me sentir plus fort encore, pour qu’elle se soumette, qu’elle m’obéisse, qu’elle s’abandonne à mes ordres. Je prends ses cheveux pour lui lever la tête, voir son visage, puis la contraindre à me prendre encore, lui imposer le rythme que je veux. Elle y concède, me dit qu’elle m’appartient, qu’elle est ma pute. Oui, là, maintenant, tu es ma pute et j’aime que tu le sois.

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

  1. Plume le à
    Plume

    Heureuse Angélique, je dirais plutôt… !
    Texte magnifiquement écrit. L’auteur rend ici un très bel hommage au désir féminin, celui d’être le seul et unique objet de désir d’un homme. Celui d’être sa chose et de vouloir absolument leur plaisir à tous les deux.
    J’attends avec impatience la prochaine nouvelle de Dantès et j’avoue bien vouloir être son Angélique le temps d’un instant !

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *