Une Dominatrice inattendue, chapitres 4 et 5

12345
Loading...

Vermicelle


BDSMcandaulismechastetécunifemdomhumiliationsoumission et domination



UNE DOMINATRICE INATTENDUE, CHAPITRES 4 et 5

4 – Chasteté imposée

Cela fait plus d’une semaine que je n’ai pas vu Madame. Je ne suis pas inquiet, Elle a sa vie professionnelle bien remplie et j’ai la mienne aussi.

Et puis, un coup de téléphone :

Bonjour, c’est ta Maîtresse. Tu as rendez vous demain à 19h chez mon esthéticienne. Tu te comporteras comme un bon soumis pour me faire honneur et ne pas être puni. Tu lui obéiras comme tu m’obéis. Elle est au courant. Ta soirée est pour moi.

Le lendemain à 18h, je me présente dans le salon d’esthétique que Madame m’a indiqué.

Bonsoir madame. Maîtresse a pris rendez vous pour moi.

Je suis au courant. Attendez un peu.

Des clientes payent et quittent le salon. Au regard qu’elles me jettent, elles ont entendu ce que j’ai dit en arrivant. Je pense que nous sommes seuls dans le salon.

C’est bon, allons y.

L’esthéticienne me conduit dans une cabine.

Déshabillez vous complètement.

Et surprise pour moi, elle ne ferme pas le rideau et reste dans le couloir face à la cabine pour me regarder me mettre nu. Elle doit vérifier que je ne porte pas de sous vêtement d’homme.

Allongez vous sur la table et mettez vos jambes écartées sur les bras de chaque côté. Votre Maîtresse m’a demandé de vous épiler intégralement le maillot et les fesses. Je vais vous épiler à la cire et finir à la pince à épiler pour que ce soit parfait.

Elle met une paire de gants, examine bourse et petit bout, et avec un sourire :

En effet, c’est minuscule. Votre maîtresse m’avait prévenu.

Le rouge me monte au visage. L’épilation recto/verso se passe bien. Je reste silencieux.

C’est terminé. Restez allongé. Attendez votre Maîtresse

Au bout de quelques minutes, ma Maîtresse arrive accompagnée de l’esthéticienne.

Bonsoir vermicelle. Ah oui, c’est le nom que je t’ai trouvé. Ça lui va bien, tu ne trouves pas. Je n’ai jamais vu un bout aussi ridicule, on ne peut parler de sexe.

Elles ont l’air très complices.

Je t’ai amené un petit cadeau.

L’esthéticienne pouffe de rire. Le cadeau est une micro cage en acier qui ne me permettra plus de toucher à mon « vermicelle » et qui ne permettra plus d’avoir 1mm d’érection.

Madame prend une paire de gant pour me mettre la cage, et met les clés sur une chaîne autour de son cou.

C’est la bonne taille. Tu vas oublier ce que veux dire bander. Au début ce sera un peu difficile la nuit, mais tu vas t’y habituer et de toute façon la cage est fermée pour un an minimum. Allez, on y va .

Je m’habille sous les yeux des deux femmes et ma Maîtresse vérifie en même temps que je ne porte plus de slip.

Normal.

La prochaine fois, tu lui donneras un rendez vous en pleine journée quand tu as des clientes et tu laisseras le rideau ouvert que tes jeunes esthéticiennes et tes clientes puissent voir. N’hésitez pas à vous moquer pour lui rappeler qu’il est soumis.

5 – Ma Maîtresse et son amant

Nous rejoignons son appartement. Sans attendre, je monte les escalier, et arrivé devant sa porte je me mets nu, les habits dans le placard. J’ai l’impression d’avoir toujours été comme ça.

Ce soir, je sors. Tu vas m’attendre attaché comme un bon soumis. Prends le temps d’apprécier la chance que tu as. A mon retour, si tu as été sage, tu seras récompensé.

Elle m’attache avec la laisse, à genoux, au radiateur à côté de la porte d’entrée comme un bon chien qui attend sa Maîtresse. Les mains attachées dans le dos, si j’ai soif, je ne pourrai que laper l’eau qu’Elle a laissée dans une écuelle.

Elle sait que m’ayant parlé de cadeau, je vais m’interroger jusqu’à son retour. Cadeau agréable ou cuisant ?

J’essaye de rester zen. Le calme, la concentration et savoir attendre. Je vais devoir faire des efforts moi qui suis ou plutôt qui était si impatient. Je me sens bien dans ce début de nouvelle vie, ce qui peut sembler étonnant.

Combien de temps suis je resté à genoux, je n’en sais rien, mais des voix sur le palier et la clé dans la serrure me fait revenir sur terre.

C’est bien la voix de ma Maîtresse, et la voix d’un homme que je ne connais pas. Ils ont l’air heureux.

Ne fais pas attention, c’est mon soumis. Il est là pour le service.

Effectivement l’homme me regarde à peine et passe les mains sur les fesses de Madame, puis se retourne pour regarder entre mes cuisses.

Tu l’as encagé ? Avec cette longueur tes amants ne risquent pas grand chose même à l’air libre !

Ils éclatent de rire.

Ma Maîtresse me détache du radiateur et m’attache tout prêt de sa chambre, toujours dans le couloir puisque la chambre m’est interdite.

Tu vas goûter au vrai plaisir de la cage. Ton bout ridicule va durcir en m’entendant faire l’amour avec mon amant.

Elle m’a attaché de manière à que je puisse rien voir mais j’entendrai tout, jusqu’au moindre soupir. Comme la première fois, Elle ne se prive pas d’être bruyante et de parler de la belle et large queue de son amant. Il la fait jouir de nombreuses fois.

Une fois parti, Elle vient me voir dans le couloir.

Alors, vermicelle, tu as bien profité ? Et ton vermicelle a apprécié sa prison ? Tu vas voir dans quelques semaines, tu seras tellement frustré que je pourrai te demander ce que je veux, y compris des choses pour lesquelles tu hésiterais aujourd’hui, et tu feras sans hésiter. Tu commenceras à être bien dressé. Pour l’instant, viens avec moi, je te l’ai dit j’ai un cadeau pour toi.

Elle m’entraîne à quatre pattes tiré par la laisse jusqu’à salon. Madame s’assoit dans le fauteuil, passe les jambes au dessus  des accoudoirs et offre à ma vue sa chatte épilée dont les lèvres sont ouvertes comme les ailes d’un papillon et gonflées tellement elle a été pénétrée. Le clitoris est encore sorti de sa cachette.

Un large filet gluant coule entre ses lèvres.

Dépêche toi de venir nettoyer ta Maîtresse. Tu vas profiter aussi de mon amant. Tu as de la chance, tu vois comme je suis bonne avec toi, je partage mon amant avec toi.

La frustration de la cage et l’excitation font leurs effets. Je n’hésite pas et je colle ma bouche pour lécher ce qui coule, un mélange de ses sucs et du sperme de son amant, un mélange âcre et sucré. Une saveur inconnue qui m’excite. Je suis au bord de l’éjaculation tellement je suis excité à la lécher. J’essaye de ne pas laisser une seule goutte et j’essaye de pointer ma langue à le plus loin à l’intérieur de sa chatte. Je veux garder ce goût le plus longtemps possible. Et pas question d’aller aspirer avec mes lèvres son clitoris qui me nargue et semble n’attendre que cela.

En levant les yeux, j’aperçois ses deux tétons qui sont encore tendus par les exploits de son amant. Autrefois, j’aurais tendu les mains pour les faire rouler entre mes doigts, mais aujourd’hui avec ma Maîtresse, pas question. Je risque une punition sévère pour lui avoir désobéi. Je sais qu’un jour je le ferai en sachant que la punition sera élevée, uniquement pour lui prouver que je suis capable de tout accepter d’Elle.

Eh bien dis donc, on dirait que tu aimes ça. C’est de lécher ta Maîtresse ou de lécher du sperme qui t’excite comme ça ? Tu m’avais caché ça. On en reparlera. Ça me donne des idées pour ton dressage. Vermicelle est bi ? Stop, sinon je te fouette. Tu vas aller dans la salle de bain me couler un bain puis tu me laveras tout en douceur avec une éponge et tu me sécheras avec une serviette. Quand je n’aurai plus besoin de toi, tu partiras.

En rentrant chez moi, rien que de repasser ces images d’une chatte ouverte laissant couler son nectar mélangé au sperme de son amant, mon petit bout explose sans y toucher. Une large tâche sur le devant de mon pantalon, alors que je n’ai pas eu le moindre plaisir à cette éjaculation ruinée. Une première mais sûrement pas la dernière.

J’ai du mal à m’endormir, partagé entre fatigue et excitation. La première nuit va être compliquée avec la cage qui bloque le bout. Compliqué aussi de basculer le lendemain dans le monde du travail, toujours avec ce rappel entre les jambes. Je dois maintenant pisser assis comme une fille, pour éviter d’en mettre partout. Encore une habitude à prendre. Mais je ne regrette rien, je suis heureux .

J’apprendrai plus tard qu’il est normal pour un soumis encagé de mouiller comme une fille et d’avoir des éjaculations incontrôlées juste pour vider sans plaisir.

(A suivre…)

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Vermicelle :

https://www.meshistoiresporno.com/author/vermicelle/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *