UNE DOMINATRICE INATTENDUE

9 – Soirée particulière

 

Tu deviens célèbre, vermicelle. Lise, une de mes amies m’invite ce soir chez elle à dîner et elle m’a demandé de t’amener. Un de ses amis sera là aussi. Je l’ai déjà croisé et c’est un beau mec.

Dans la bouche de ma Maîtresse, il faut traduire par « un mec qui me plaît et sur lequel je suis prête à sauter ».

Je suis un peu surpris, car je ne la vois pas partager. Elle fait des ravages. Lise me fait penser à une panthère avec des cheveux courts et un regard perçant et pervers. Les mâles ne lui résistent pas. La première fois que nous nous sommes croisées, j’ai cru qu’elle était lesbienne. Plusieurs fois, je l’ai vue me regarder avec intensité et se frotter à moi par inadvertance. Enfin, c’est ce qu’elle a voulu me faire croire. On verra bien. Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça, vermicelle.

Pourquoi, en effet ? Cette façon de me raconter cette histoire ravive mes interrogations sur sa proximité avec ses amies dans les moments intimes. Lors de la soirée avec Sylviane et son amant black, je n’ai vu aucune attention de l’une envers l’autre et aucun geste intime, mais je n’ai aperçu que peu de choses, alors…

Je conduis la voiture pour allez chez Lise. Je trouve ma Maîtresse particulièrement en beauté. Une robe un peu moins courte que d’habitude mais dont le bas en porte feuille ne demande qu’à s’ouvrir et révéler si elle a mis une culotte et un haut assez sage mais par sa large ouverture on a aucun doute que seins sont libres. Avec ses hauts talons, c’est irrésistible.

Maîtresse, je me permets de vous dire que je vous trouve particulièrement sexy ce soir.

Aucune réponse, et un léger sourire. Je me dis qu’elle a une idée derrière la tête.

Ma Maîtresse est chaudement accueillie par son amie et par un homme qui doit être son compagnon ou son amant.

Effectivement, Lise est très fine, cheveux auburn très courts et yeux perçants. De belles fesses cachées par une combinaison pantalon très moulante et haut largement ouvert. Sa poitrine est totalement plate, à ce que je peux en juger. Un style ambigu d’une croupe féminine associée à un haut de corps et coiffure de garçon. Il m’a semblé que lors de leur embrassade à l’arrivée, Lise a embrassé ma Maîtresse sur le coin des lèvres.

Je suis dévolu pour servir les apéritifs et le dîner. Un serveur rien de plus, sauf que je suis nu en shorty dentelle, laissant visible la cage, et laisse attachée au collier.

Au café, j’attends dans le couloir que l’on ait besoin de moi.

Lise m’appelle et me demande de venir m’agenouiller devant elle, assise sur le canapé, aux côtés de ma Maîtresse.

Tu permets, demande-t-elle à ma Maîtresse. Sans attendre sa réponse, elle passe le bout de sa chaussure dans mon entrejambe pour me faire écarter les jambes.

Descends ton shorty, que je voie ton vermicelle. Ah oui, en effet c’est minuscule. Presque une fille.

Elle ne se gène pas pour donner son avis.

Tu devrais lui faire enlever ces boules si elles ne servent pas. Pourquoi tu ne le féminises pas ? Tu devrais lui percer les tétons et lui faire porter de grands anneaux comme les femmes esclaves noires autrefois. Allez, sors je n’ai plus besoin de toi.

La soirée continue, l’ami de Lise nous quitte assez tôt.

Je m’attends à ce que ma Maîtresse rentre elle aussi mais Lise intervient :

Tu n’es pas pressée, reste encore un peu.

Je sers à nouveau à boire aux deux femmes, et Lise a la main sur les cuisses de ma Maîtresse qui se laisse caresser.

Reste, me dit Lise, si ta Maîtresse est d’accord. Va te mettre le nez contre le mur et ne te retourne pas. Tu le fesses de temps en temps ?

Ma Maîtresse répond par l’affirmative et sans que je m’y attende lui propose d’essayer.

Comment as-tu deviné, ma Chérie ? J’ai toujours eu envie de fesser une lopette. Viens ici vermicelle.

En se levant elle remercie ma Maîtresse en glissant sa main entre ses cuisses et l’embrassant à pleine bouche. Ma Maîtresse lui caresse la nuque et fait durer le baiser. Lise en profite pour prolonger sa caresse entre les jambes. Je suis certain qu’elle lui caresse le minou.

Ce n’est pas la première fois qu’elle fesse un homme ou… une femme.

Une fessée bien appuyée qui me brûle et m’excite. Une fessée sans violence juste pour montrer qu’Elle est une femme supérieure.

Retourne te mettre le nez contre le mur. Le reste ce n’est pas pour toi.

Bruits mouillés, gémissements, les deux femmes se donnent du plaisir mutuellement.

Viens ici, me dit ma Maîtresse.

Je découvre qu’elle est assise sur la bouche de Lise et qu’elle se fait lécher.

Viens lécher cette chienne en chaleur, et n’oublie pas sa rondelle. Interdiction de la toucher avec tes doigts.

La chatte de Lise est trempée. Aucun doute que ma Maîtresse l’a déjà léchée une première fois. Je m’applique en laissant bien mes mains sur le sol.

Je n’ai aucun mal à faire jouir Lise tellement elle est excitée. Mon visage est trempé de ses sécrétions. Ma Maîtresse plonge les doigts dans sa fente pour la faire crier, alors que je lui lèche sa corolle et me sert de ma langue pour forcer ce petit trou qui s’ouvre sans difficulté. Lise lui rend la pareille.

Une fois les deux femmes calmées, j’attends à quatre pattes à côté de ma Maîtresse,

Minuscule queue, mais je comprends pourquoi tu l’as choisi.

Ma Maîtresse n’en a pas fini.

Dis-moi, tu n’as pas hésité quand je t’ai demandé de lécher Lise. Lécher devant moi une autre femme, ça ne te dérange pas ! Je vais te fesser et si tu avais hésité tu aurais été aussi puni, pour mon seul plaisir.

Elle me fesse devant son amie, s’appliquant à me rougir les fesses au maximum de la couleur. Puis ma Maîtresse va chercher dans son sac une cravache et passe à la vitesse supérieure. Je sens la morsure de la cravache qui me fait geindre et m’excite.

Regarde, Lise, c’est sur l’intérieur des cuisses que cela fait le plus mal.

Et ma Maîtresse me cingle l’intérieur des cuisses. Je serre les dents pour ne pas crier et j’essaye de la provoquer en écartant encore plus les cuisses et en tendant mes fesses.

Tu aimes vraiment ça, petit vicieux. Stop !

Lise, j’aimerais bien te fesser aussi pour t’exciter si il y a une prochaine fois. Une chienne et mon soumis sous mon fouet.

Nous rentrons à l’appartement.

u ne dis rien ?

Maîtresse, j’attends que Vous m’interrogiez.

Je suis sûre de ce que tu vas me dire. Tu ne t’attendais pas à ce que nous nous caressions entre femmes. C’est ça ? Tu ne connais pas encore tout de moi.

Oui Maîtresse, un peu étonné. Mais je me suis posé déjà la question si vous aimiez aussi les femmes.

Et que penses-tu de Lise ?

Je trouve son look androgyne et son attitude ambiguës. C’est cela qui m’excite en elle. Sans parler de son regard vicieux. Quand elle me regarde, je me dis qu’elle n’attend aussi que de me fouetter et de me faire crier.

Ma Maîtresse éclate de rire.

Je préfère les hommes. Il faut qu’ils soient bien montés. Moi aussi son look androgyne m’excite aussi et comme elle m’a fait des avances dès notre arrivée, j’en ai profité. Pas certaine que tu me revois une autre fois dans cette situation, dit elle en riant. Mais j’ai vu que tu aimes lécher une autre chatte que la mienne. Tu auras peut être d’autres occasions quand je te l’ordonnerai mais tu devras le payer ensuite.

Puisque nous sommes dans les confidences, dans quelle tenue tu me préfères ?

Quand vous êtes coiffée avec une queue de cheval, sur les hauts talons et avec une minuscule robe. Votre queue de cheval accentue votre air supérieur.

Et qu’as-tu préféré dans ces premières semaines de dressage ?

Je réponds sans hésitation :

Nettoyer le sperme de votre amant entre vos cuisses et le fouet reçu devant votre amie Sylviane.

J’en était sûre pour les deux. Avec le fouet tu as joui en plus ! Tu auras d’autres occasions. Ce soir, tu m’as donné d’autres idées pour la suite de ton dressage.

A suivre ….

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

***

Retrouvez les autres histoires de Vermicelles :

https://www.meshistoiresporno.com/author/vermicelle/

Vous avez aimé ce texte, vous aimerez sûrement ...

  1. Mizouh31 le à
    Mizouh31

    alors,vivement la suite….vive l’acupuncture…

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *