Une drôle de pratique

Une drôle de pratique

12345
Loading...

Cherryl




UNE DRÔLE DE PRATIQUE

Une drôle de pratique ? Un endroit sous-estimé par bien des gens. Un lieu où plusieurs personnes se rassemblent afin d’assouvir leurs fantasmes les plus osés. Voyeurisme, curiosité et plaisir sont au rendez-vous. La place où tout est permis… un bordel.

Liana s’y rend régulièrement environ deux fois par mois. Elle s’y rend par voyeurisme et plaisir. Elle adore regarder les échanges entre les personnes et y participe sans se rendre à l’acte final. Un vendredi soir où elle avait envie d’être coquine, elle enfila son soutien-gorge noir avec une brésilienne en dentelle, où l’on pouvait entrevoir ses parties intimes et s’y dirigea. 

Une fois arrivée et dénudée, elle se mit à regarder les lieux avec un verre à la main. Rien de très plaisant à voir. Alors qu’elle était assise près d’un couple en plein ébat, elle vit un beau jeune homme à l’horizon. Un homme à la stature impressionnante aux cheveux foncés, les yeux bruns perçants, un fessier à croquer et des mains que peu de femmes seraient capables de résister lui faisait de l’œil. Sur un pas décidé, elle alla l’aborder. Ce jeune homme au parfum sexuellement envoûtant se prénommait Emrik. Il était à la fois un peu timide et très drôle. Elle l’invita donc à prendre place sur un divan. Aussitôt assise, elle lui caressa la cuisse d’une main ferme et l’embrassa en lui mordillant la lèvre. Langoureusement, elle le prit par le cou et elle se mit à le mordiller un peu plus sauvagement. Sans plus attendre, Liana l’amena dans une salle où des objets étaient mis à la disposition des clients. Elle lui ordonna de se déshabiller et de s’asseoir sur le lit.

Une fois Emrik assis, Liana prit un bandeau qu’elle mit   autour de ses yeux. La jeune femme prit place près de lui. Celle-ci prit sa main et, d’une voix sensuelle, elle lui dicta: « caresse moi, petit vilain. » Ses doigts épousaient à la perfection son clitoris, puis elle lui ordonna d’augmenter la vitesse et d’introduire un doigt, puis deuxième. Une fois bien excitée, elle se leva et lui attacha les mains avec délicatesse. Elle lui chuchota à l’oreille : « as-tu été assez gentil ? » Emrik lui répondit : « Je l’ignore. » Liana commença à le mordre en lui serrant les côtes tout en descendant ses mains vers ses parties intimes. Elle effleura d’abord ses parties avec ses mains, ensuite, avec sa bouche, elle le lécha subrepticement, mais ne compléta rien afin que Emrik soit à son maximum d’excitation. Ne pouvant rien faire, n’y voir, il lui dit : « Je ne suis plus capable d’attendre, la tension est trop haute. » Elle répondit : « C’est moi qui décide, donc tu attendras, comme un bon garçon. »

Tandis que l’homme de ses tourments se cabrait sous l’assaut de son désir, Liana sentit ses mamelons se raidir d’excitation. Voir Emrik pris au dépourvu, par sa propre excitation, faisait palpiter son sexe de plaisir. Rendue à ce stade, elle glissa tranquillement sa main délicate le long de son torse parfaitement sculpté et descendit. Elle sentait sous ses doigts le V qui la mènerait droit au but. Elle continua doucement à descendre, puis, prit fermement son sexe dans sa main et s’approcha dangereusement avec sa bouche. Elle prit le temps de tourner doucement le pénis d’Emrik sur ses lèvres fermées. Par la suite, elle sortit sa langue et caressa le bout de son membre imposant. Elle le prit profondément dans sa gorge, tout en faisant un mouvement de va et vient avec sa main droite. De son autre main, elle prenait soin de le tenir à la base de son érection de manière ferme. Liana lui dit : « J’adore le goût de ton pénis. » Elle le sentit frissonner d’engouement. Son sexe pulsait dans sa main. Emrik lâcha un cri de désespoir lorsque la main de Liana quitta vivement son pénis. Elle savait qu’il allait jouir et ce n’est pas comme ça qu’elle avait décidé qu’il y parviendrait. 

Sans préavis, elle le poussa pour l’obliger à se coucher sur le lit. Emrik poussa un grognement et intima à la jeune femme : « Tu me rends fou Liana ! » Elle ne lui répondit rien pour accentuer davantage le néant dans la tête du jeune homme privé de son sens de la vue. Un sourire de satisfaction gagnait littéralement le visage excitée de Liana. Elle entreprit de lui enlever son bandeau de sur les yeux. Elle marcha lentement à quatre pattes sur le corps tendu de sa jolie victime et le chevaucha. Liana descendit son sexe sur sa bouche en lui ordonnant de la lécher. Elle prit ses cheveux bruns dans sa main et les lui tira pour orienter la pression vers son entre jambe déjà bien humide. Elle pencha la tête vers l’arrière de plaisir et entrevit un couple les observer et s’offrir du plaisir à les regarder à travers les parois translucides. Après plusieurs minutes de succion intensive sur son clitoris, ses jambes tremblaient, elle gémissait. Elle sourit à Emrik en voyant une lueur de contrôle éclairer ses grands yeux bruns. Il pensait pouvoir choisir quand elle jouirait, mais elle le regarda directement dans les yeux et lui fit savoir qu’elle en déciderait autrement. Elle prit appui sur ses pieds et se tira vers l’arrière en lui tenant ses larges épaules. Elle pris soin de le grafigner légèrement au passage. Elle mordit, fort, son cou et offrit le même traitement à ses tétases. Le couple les observait encore en se caressant. 

Liana, se rappelant du lieu où elle siégeait, se demanda si elle s’autorisait d’aller jusqu’au bout et de franchir ses propres limites. Elle entreprit de regarder les alentours et constata comment le moment présent était parfait, autant l’endroit choisi que l’homme qui se trouvait sous elle. Elle lui chuchota d’une voix suave : « Es-tu au garde-à-vous, mon petit coquin ? » Elle sentit la gorge de l’homme vibrer de sa voix chaude : « Oh, oui, je suis tellement dur pour toi. » Elle entreprit une lente descente pour s’empaler délicieusement sur son membre dressé. Tranquillement, elle débuta un mouvement de hanche en comprimant son vagin sur le pénis d’Emrik. Liana faufila sa main pour serrer tranquillement son cou. Il s’exclamait : « Continue exactement comme ça, j’adore ton corps ! » Liana augmenta le tempo en s’appuyant sur ses pieds. On pouvait entendre le claquement de son cul contre ses testicules à chaque fois qu’elle glissait sur son pénis tendu. Elle pouvait toujours apercevoir le couple, l’homme prenait sa compagne du moment contre le verre froid qui entourait le lieu où elle se trouvait avec Emrik. Liana menait la danse comme elle l’entendait et sentait monter la pression chez elle comme chez lui. Emrik lui intima : « C’est incroyable, non, tu es incroyable, tu vas me faire jouir tellement fort ! » Elle sentait son orgasme se pointer, mais avait besoin de plus. Elle lui arracha d’un coup sec ses menottes et lui ordonna de lui caresser rapidement son clitoris gonflé. Liana lui dit: «continue, n’arrête pas je vais jouir». Entendre les paroles et les petits cris de Liana lui donna la force de continuer sans jouir tout de suite. Liana fut prise d’un silence soudain et tout son corps se tendit lorsque son orgasme prit le contrôle de son corps. Emrik sentit le vagin de la jeune femme se contracter à plusieurs reprises et, n’y tenant plus, pris la taille de Liana pour s’en extraire et jouir violemment sur ses seins magnifiques. Comblés, le jeune homme et la jeune femme prirent le chemin du retour. Ils aperçurent les voyeurs tremblants et en sueurs atteindre leur orgasme. Liana et Emrik eurent un regard complice face au plaisir qu’ils venaient de voir chez les voyeurs. Ils quittèrent l’endroit le sourire en coin.

CETTE HISTOIRE VOUS A PLU ? N’OUBLIEZ PAS DE LA COMMENTER ET DE LA PARTAGER !

Donnez nous votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *